leral.net | S'informer en temps réel

Trois ans après la deuxième alternance au SENEGAL, où en est notre pays ? Par Serigne Fallou Mbacké

La réponse servie par nos concitoyens est majoritairement la même, partout : il n’y a aucun secteur qui marche. Aucune initiative de nature à démontrer que le SENEGAL est sur la voie de l’émergence qu’on nous avait tant chantée, n’a émergé.


Rédigé par leral.net le Lundi 30 Mars 2015 à 23:30 | | 4 commentaire(s)|

Trois ans après la deuxième alternance au SENEGAL, où en est notre pays ? Par Serigne Fallou Mbacké
Au plan économique, le programme yoonou yokouté vendue au peuple sénégalais a été abandonné et rangé aux oubliettes après deux ans de tâtonnement.
Monsieur MACKY SALL a publiquement avoué en effet que son programme qui devait impulser le développement économique et social de notre pays était inopérant et inapplicable.
Cet aveu qui consacre l’échec patent de sa vision économique à débouché sur le plan Sénégal émergent, avec comme horizon d’achèvement l’année 2035 !
Ce plan aussi démagogue qu’irréaliste a été accueilli de manière mitigée par les partenaires économiques et sociaux du SENEGAL.
C’est ainsi qu’au moment où nous parlons, seuls 34,6% du financement des projets d’actions prioritaires ont été mobilisés, et le Ministre de l’Economie et des Finances a clairement dit que notre pays est à l’an zéro de sa mise en œuvre.
La baisse du coût de la vie qu’on nous avait promise, est toujours attendue.
500 000 emplois en raison de 100 000 emplois par an ont été aussi promis. Jusqu’à présent, le peuple sénégalais a attendu en vain.
Aujourd’hui, le constat fait par l’ensemble des sénégalais est que rewmi dafa Macky !
L’Acte III de la Décentralisation est une réforme mort né, dès son lancement : après avoir fait le tour du SENEGAL et promis plus de 2 500 milliards, les régions visitées attendent toujours un début d’exécution des promesses annoncées à grande fanfare de déclarations démagogiques et saugrenues !
Les bonnes intentions qui pavent l’enfer dans lequel nous croupissons ne sont toujours pas suivies ne serait ce que d’un début d’exécution : la couverture maladie universelle est à ses balbutiements ; les bourses sociales sont un sarakh déguisé clairement détourné de son objectif initial et elles sont utilisées comme moyen de propagande politique pour embrigader une population maintenue dans la précarité, dans l’indigence, dans la misère, dans le dénuement.
En trois ans de mandat, le premier résultat de MACKY SALL aura été donc d’appauvrir ses compatriotes et de généraliser la pauvreté.
Les agriculteurs ont perdu tout espoir de vivre du fruit de leur labeur : les campagnes agricoles désastreuses ont mis à genoux ce secteur qui fait partie des secteurs les plus sinistrés.
La conséquence est un exode rural plus important encore qui dépeuple nos campagnes et accentue la précarité des ménages en milieu urbain, avec les conséquences ingérables créés par cette situation de macrocéphalie galopante.
Que dire de la Jeunesse aux abois, pourchassée des artères des grandes villes et qui ne sait plus à quel saint se vouer ?
L’avenir s’est complètement obscurci pour cette catégorie majoritaire de notre population. Elle n’a plus d’avenir sous le régime de MACKY. A l’université, On tue les étudiants au lieu de les écouter.
On leur impose des réformes sans les consulter, et le rapport de force est érigé en règle de gouvernement.
C’est la raison pour laquelle trois ans après l’arrivée de MACKY SALL au pouvoir, l’Ecole sénégalaise est menacée d’une année blanche aux conséquences funestes.
Le tourisme, n’en parlons pas. Les tours operators et les touristes ont déserté la destination SENEGAL atteinte désormais par la sinistrose caractéristique du régime de MACKY SALL et son mode de gouvernance.
Les sociétés ferment les unes après les autres, laissant ainsi la place aux entreprises étrangères à qui MACKY a ouvert grandement les portes de notre marché étriqué, par la signature des accords avec l’Union Européenne dont il est un des principaux acteurs.
MACKY est sur ce point le valet servile de la France,
Nous vivons une recolonisation galopante, soixante ans après les indépendances : les télécommunications, le port, les autoroutes, bref tous les secteurs porteurs de croissance ont été cédés en violation flagrante des intérêts nationaux du SENEGAL à la France.
En échange de quoi ?
C’est la question qui mérite d’être posée, surtout que notre Président, né après les indépendances était censé renforcer l’autonomie de notre pays et son ouverture vers l’international par la diversification des partenaires économiques soucieux non pas d’exploiter notre pauvre pays, mais de contribuer à son émergence.
Disons le : trois ans après l’arrivée de MACKY, le SENEGAL est redevenu le terrain de chasse privilégié de la France. Cela est tellement vrai que son ambassadeur s’est cru autorisé d’intervenir sur un dossier judiciaire en cours, mettant ainsi la pression sur MACKY SALL et sa justice.
Dans un tel contexte, la condamnation de notre frère KARIM WADE était indubitable : il faut en effet donner des gages de fidélité à la France, en lui offrant sur un plateau d’argent la tête de ceux qui ont osé contester son leadership au point de couper le cordon d’exploitation qui la liait à notre pays.
Nous n ‘avons pas élu MACKY pour qu’il offre notre pays à la France.
Cette comédie de justice dont l’objectif est d’éliminer un adversaire politique de premier plan doit cesser. Elle consacre un recul démocratique net marqué par la volonté de MACKY SALL d’imposer une pensée unique, et de se maintenir au pouvoir par la force.
Cette forfaiture ne passera pas.
Cette chasse à l’homme habillée du manteau de la lutte contre la corruption sera combattue de la manière la plus démocratique.
Une réponse politique à la hauteur de ces agressions sera servie aux commanditaires de ces pratiques honnies.
Les dossiers à scandale qui ont jalonné les trois ans du régime de MACKY SALL feront l’objet d’un traitement conforme aux dispositions réglementaires en la matière.
L’affaire Petrotim, le scandale Mittal, les marchés gré à gré dont MACKY SALLA détient le record seront auscultés et toute forme d’abus sera sanctionnée à la hauteur des fautes débusquées.
Le SENEGAL de MACKY SALL après trois ans est un pays embourbé. Notre pays le SENEGAL est à l’arrêt.
Pire, il n’y a aucune lueur d’espoir à l’horizon.
Le PSE tant chanté sur tous les toits ne rencontre l’adhésion ni des populations, ni des acteurs économiques, ni des partenaires économiques et sociaux qui constatent une déliquescence totale du tissu économique et industriel de notre pays.
MACKY SALL a donc réussi à mettre notre pays à genoux, et si nous n’y prenons garde, il installera le SENEGAL dans une situation sociale marquée par une instabilité politique qui peut mener notre pays vers des lendemains qui déchanteront plus encore.
Chers compatriotes, chers frères nous devons plus que jamais nous remobiliser.
Nous devons continuer d’être encore les véritables sentinelles de notre démocratie, que les militantes et les militants du PDS ont toujours été.
L’avenir de notre pays est entre des mains inexpertes qui ont fait la preuve de leur incompétence.
Son sort nous interpelle tous.
MACKY a échoué, et il est temps que l’on prépare sa succession, en 2017.
Non à l’emprisonnement injuste de nos frères !
Non à la CREI !
Vive le PDS !
Vive le SENEGAL !






Hebergeur d'image





Hebergeur d'image