leral.net | S'informer en temps réel

Trois milliards injectés dans l’arène en 2009 : Le fisc guette la « mafia »

XIBAR.NET - Dans l’arène sénégalaise, les coups et les crocs-en-jambe entre lutteurs du jour en cachent d’autres continus, plus meurtriers et rentables ; qu’il faut cacher. Mais, attention : maintenant, l’Etat, aussi, veut sa part du butin.


Rédigé par leral.net le Mercredi 12 Août 2009 à 12:54 | | 0 commentaire(s)|

Trois milliards injectés dans l’arène en 2009 : Le fisc guette la « mafia »
Grâce aux deux principaux sponsors de la lutte avec frappe, Orange et Tigo, publicité gratuite, les lutteurs qui ont combattu cette saison se sont partagé plus d’un milliard cinq cent millions ; avec des fortunes diverses : Yékini n’est pas Yaou Diallo, qui n’est pas Gris Bordeaux. De même, Lac de Guiers a été moins servi que Baboye, qu’il a défait. Dans ce cercle, les revenus sont fonction du gabarit, de l’attraction de l’affiche du jour et du nombre de combats. Du côté des promoteurs, c’est également le dénivellement. Il y a deux niveaux : celui des débrouillards et celui des amis des sponsors. Dans le premier rang, on peut citer les Ndèye Ndiaye Tyson et Modou Niang, « le promoteur de l’alternance ». Luc Nicolaï et Gaston Mbengue sont les plus nantis, parce que les plus réseautés. Ils sont les seuls à être sponsorisés. C’est pas seulement pour l’attrait des affiches qu’ils proposent. C’est parce que,
révèle un promoteur, « ils sont de connivence avec les responsables marketing des deux grands sponsors de la lutte, que sont les deux premières maisons de téléphonie mobile, à qui ils reversent, sous la table, des dividendes ». Ce serait faute du blanc-seing de ces agents que le fils de Doudou Ndiaye Coumba Rose, Djiby, avait laissé ses dents dans l’arène et s’était fait humilier. Pourtant, souligne notre source, dans son affiche, il avait le « Tigre de Fass » ;mais il n’avait pas compté avec la mafia », soulignent nos sources. Ainsi, les deux « rois des promoteurs » ont gagné à eux seuls, presque l’équivalent de l’enveloppe de tous les lutteurs de cette saison réunis ; les sponsors ayant dégainé près de trois milliards de nos francs ; les annonceurs n’étant intéressés que par les grandes et alléchantes affiches. C’est ce qui fait Luc Nicolaï, qui prétend n’être resté dans l’arène que sur ordre de son marabout, Serigne Bara Mbacké, et Gaston, qui prétend s’acquitter de son sacerdoce pour faire plaisir aux Sénégalais, ne font qu’endormir leurs concitoyens. Le pactole est si gros, qu’on ne lui montre pas le dos. Mais, les deux « rois », qui n’ont rien rapporté au Trésor, auront fort à faire l’année prochaine. Ils devront faire avec l’Etat, qui travaille dans le sens de pouvoir prélever des taxes sur les revenus de la lutte. Les pratiquants de cette discipline au parfum du projet, s’apprêtent à réclamer, dès la saison prochaine, d’être payés Toutes taxes comprises, pour ne pas passer à la caisse du fisc. Belles empoignades en vue !






Hebergeur d'image