Leral.net | S'informer en temps réel



Tsvangirai dénonce un blocage sur le partage du pouvoir

Rédigé par leral .net le 12 Octobre 2008 à 00:20 | Lu 610 fois

Le leader de l'opposition zimbabwéenne Morgan Tsvangirai a dénoncé jeudi un "blocage" dans les discussions avec le président Robert Mugabe sur la composition d'un gouvernement d'union et a estimé que seule une médiation régionale pouvait le résoudre.


Tsvangirai dénonce un blocage sur le partage du pouvoir
Les négociateurs du principal parti d'opposition et du parti au pouvoir au Zimbabwe se sont rencontrés mercredi pour tenter de trouver un accord sur l'attribution de postes-clés dans un gouvernement d'union, mais ont une nouvelle fois échoué à s'entendre, selon l'opposition.

"Notre équipe de négociations menée par le secrétaire général Tendai Biti a eu une réunion avec l'équipe de négociations de la Zanu-PF (Union nationale africaine du Zimbabwe-Front patriotique), mais la situation reste inchangée", a déclaré à l'AFP à Harare le porte-parole du Mouvement pour le changement démocratique (MDC, opposition), Nelson Chamisa.

"C'est une impasse. La situation peut seulement être débloquée par le médiateur, l'ancien président sud-africain Thabo Mbeki, et la Communauté de développement de l'Afrique australe (SADC)" qui a mandaté M. Mbeki, a-t-il estimé. Le président zimbabwéen Robert Mugabe et son rival Morgan Tsvangirai, chef du MDC, ont signé le 15 septembre un accord de partage du pouvoir qui prévoit que le premier reste chef de l'Etat et que le second devienne Premier ministre.

Trois semaines plus tard, cet accord n'existe toujours que sur le papier. Le parti au pouvoir, le MDC et une faction dissidente de cette formation se sont à plusieurs reprises rencontrés pour tenter de résoudre leur différend sur la répartition des portefeuilles dans le futur gouvernement de coalition, mais jusqu'à présent en vain.

Le MDC assure que la Zanu-PF réclame tous les postes-clés -- Défense, Intérieur, Renseignement, Finances -- en violation de l'esprit de l'accord du 15 septembre.

Pour sortir de l'impasse, le MDC en a appelé à plusieurs reprises notamment à la SADC.

Le Zimbabwe est paralysé depuis les élections générales du 29 mars, où le régime avait essuyé une défaite historique. Lors du second tour de la présidentielle le 27 juin, M. Mugabe, au pouvoir depuis 1980, l'avait emporté, après que M. Tsvangirai, arrivé en tête du premier tour, eut renoncé, invoquant les violences contre ses partisans.

Le pays est plongé dans une très grave crise économique et humanitaire avec une l'hyperinflation de plus de 11,5 millions pour cent par an.