Leral.net | S'informer en temps réel



Tunisie : trois ans de prison pour un commentaire sur Facebook

le 13 Janvier 2015 à 19:03 | Lu 346 fois

Tunisie : trois ans de prison pour un commentaire sur Facebook
« Mon fils a été arrêté par ce qu’il a révélé les magouilles du ministère de la Défense! » Agrippée au grillage du tribunal militaire de Tunis, Saida, la mère de Yassine Ayari, interpellait ainsi les soldats, le 6 janvier 2015. Pour elle, la comparution de son fils devant le tribunal militaire pour un commentaire sur Facebook est une aberration.
Ce jour-là, une centaine de manifestants l’entouraient pour demander la libération de Yassine Ayari, bloggeur et activiste tunisien déjà actif sous la dictature Ben Ali, un des enfants terribles de la blogosphère tunisienne. La famille n'a pas pu accéder à la salle d’audience.
Lire aussi: [Un blogueur en rase campagne tunisienne]
Yassine Ayari, 33 ans, marié et père d’un enfant, est le premier civil jugé par les tribunaux militaires depuis l’adoption de la nouvelle constitution en janvier 2014. Arrêté à son retour de Paris, il est incarcéré depuis le 25 décembre 2014. Ses avocats ont demandé - en vain - sa remise en liberté. Il a été jugé par contumace le 18 novembre à trois ans de prison ferme pour avoir « diffamé l'armée » et « insulté le haut commandement militaire ».
Lire aussi: [L'activiste tunisien Yassine Ayari arrêté pour avoir « porté atteinte » à l'armée]
Le père de Yassine, le colonel Tahar Ayari, a été le premier officier tunisien après la révolution de 2011 à mourir dans des affrontements avec un groupe djihadiste, en mai de cette année-là, à Rouhia, dans le nord-ouest du pays. Cela explique sans doute pourquoi, en août 2014, alors que seize soldats venaient d’être tués par des groupes jihadistes dans le mont Chaambi, à côté de la frontière algérienne, Yassina Ayari a accusé de hauts responsables militaires de ne pas avoir pris les mesures nécessaires pour protéger leurs hommes. Il a affirmé que l’Etat major avait été prévenu par les services de renseignement du ministère de l’intérieur. Yassine reproche aussi au ministre de la Défense d’avoir laissé vacant le poste de directeur des renseignements (...)
lemonde.fr