leral.net | S'informer en temps réel

UNE CHINOISE CONDAMNEE A UN MOIS DE PRISON : Elle avait tabassé sa bonne pour lui réclamer ses 6 millions F Cfa disparus

Un couple chinois a été attrait hier à la barre pour coups et blessures volontaires sur sa domestique. L'époux est relaxé au bénéfice du doute, l'épouse en prison pour un mois. Lin Zu Li, âgée de 48 ans ayant comparu avec son époux Lin Dao Guan à ses côtés, a pris hier au tribunal départemental de Dakar un mois de prison ferme pour avoir tabassé sa bonne pour lui réclamer une somme de 6.000.000F Cfa disparus à son domicile. Le couple chinois répondait du délit de coups et blessures volontaires (Cbv) ayant entraîné une incapacité temporaire de travail (Itt) de 10 jours. Tout est parti du vol de 6.000.000F Cfa que la Chinoise imputait à sa bonne nommée Adama Djiba. Après avoir travaillé deux jours, elle était restée chez elle en train de laver le linge. Son employée lui a tendu un piège pour la faire venir à son domicile.


Rédigé par leral.net le Jeudi 21 Juillet 2011 à 13:55 | | 1 commentaire(s)|

UNE CHINOISE CONDAMNEE A UN MOIS DE PRISON : Elle avait tabassé sa bonne pour lui réclamer ses 6 millions F Cfa disparus
Cette dernière lui avait fait croire que des habits qu'elle devait laver avaient disparus. Voulant les aider à l'aider à les retrouver, la plaignante a suivi chez elle la dame Li, accompagnée de deux autres personnes. Une fois la porte du domicile franchie, sa patronne a fermé la porte et l'a conduite à l'étage.

« La dame m'a réclamé ses 6.000.000F Cfa et me montra une machine à laver en panne qui contenait des habits, dit-elle, dans lesquels se trouvait un sachet contenant l'argent », raconte la victime. Elle lui rétorqua qu'elle n'a pas vu son argent. Face à l'insistance de la dame et son refus à admettre les faits, son époux est venu lui administrer une gifle avant de la rouer de coups à la tête.

Celle-ci l'avait envoyée à terre. Pour bien opérer son forfait, la Chinoise l'avait séquestrée dans les toilettes, narre la bonne, avant de la bâillonner avec un scotch pour l'empêcher de crier, après avoir fermé les fenêtres. Ne s'arrêtant pas là, sa ravisseuse l'avait ensuite isolée dans une chambre elle et son fils pour brancher son corps sur du courant électrique.

Adama Djiba s'en est sortie avec des blessures lui ayant occasionné une Itt de dix jours. Elle a porté plainte le même jour. Et le couple chinois sera mis aux arrêts une semaine après les faits, c'est-à-dire le 29 juin dernier. Interpellés sur leurs agissements, les époux Guang ont nié les faits. L'époux a signalé n'avoir rien à voir avec ce qui s'est passé. A l'en croire, il était monté à l'étage pour prendre un peignoir et est redescendu puisqu'il était trop pressé.

« J'avais de la visite », dit-il. La dame Li a contesté avoir levé la main sur sa domestique. Pour la bonne et simple raison qu'elle n'a pas force suffisante pour la battre, étant moins forte qu'elle. Poursuivant son argumentaire de défense, la mise en cause dit s'étonner de la voir se plaindre de blessures puisque les faits se sont déroulés le dimanche et elle était venue travailler le mardi.

Son accusatrice serait restée à leur domicile pour travailler de 8 heures à 18 heures. Des propos réfutés par la bonne qui persiste et signe que le couple lui a porté des coups le mardi. Suffisant pour que le procureur retienne la culpabilité de l'épouse. Pour lui, on n'est plus à « l'Etat de nature » pour que celle-ci se permettre d'user de la « justice privée » pour rentrer dans ses fonds.

Selon l'avocat de la société, les blessures ont été constatées et les déclarations contenues sur le procès verbal ont fini de l'incriminer. Sur ce, il a requis à l'encontre de la dame Li un mois de prison ferme. Quant son mari, il a demandé la relaxe au bénéfice du doute puisque rien n'établit la connexité entre la gifle et les blessures constatées. Leur avocat défenseur, Me Ousmane Thiam, qui n'a pas pu tenir trois minutes

dans une cellule au vu des « conditions dégradantes », a invité le tribunal a bien pesé les actes posés par un individu avant de l'envoyer en prison. Pour lui, le tribunal doit suivre le parquet en relaxant le mari au bénéfice du doute. « La dame le mérite aussi pour avoir perdu son argent et pour avoir séjourné en prison pendant longtemps », a-t-il conclu. La dame a finalement pris un mois de prison ferme et doit verser 100.000F Cfa à la victime. Il lui reste encore 9 jours à purger.

Papa Massar S0W
source Lemtindafrique.com



1.Posté par schwarzeraal le 21/07/2011 15:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

bravo dame justice,en chine on me couperait les couilles. les chinois ne sont pas serieux partout oú ils sont dans le monde ,maltraitent leurs employés. ndeyssane ´teyougnoukko nonenaléne yarré, ne respectent pas les valeurs humaines. elle devrait au moins á mon avis 6 mois de prison ferme et expulsée du territoire national. point.

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site




Hebergeur d'image