leral.net | S'informer en temps réel

Un Farba peut en cacher un Président

Ma douleur si profonde me pousse en me donnant la force d’écrire car les Farba de notre République, depuis l’alternance par leur ignorance, leur arrogance, leur maladresse et leur audace irréfléchie au comble de leur manie au sein de l’appareil d’Etat, dérangent tout sénégalais de bonne foi. La dignité se prive de son plus grand charme quand l’honnêteté, la foi et la modestie l’abandonnent. Soyons dignes par nature d’être ce que nous sommes en respectant bien celles des autres.


Rédigé par leral.net le Mercredi 9 Avril 2014 à 15:49 | | 6 commentaire(s)|

Un Farba peut en cacher un Président
Pour le premier Farba, celui de Wade je veux dire, je ne m’attarderai point à parler de lui ; Dieu en a fait ce qu’il en est, apaisant nos maux et épargnant nos regrets vécus 12 ans durant. C’est ce second Farba, celui de l’APR/Yaakaar, mon parti politique, griot du Président de la République que je vous parle. Celui qui cherche trop, qui dit trop et qui fait trop : trop c’est trop comme on le dit. Ces attaques à l’encontre de Monsieur Birame Faye, ce jeune fidèle au Président qui a versé son sang au soir du 23 Juin 2013, alors qu’il était lui, en train de boire son « Toufam » dans son salon et des fatickois qu’il assimile à des gens qui croient que le Sénégal leur appartient. Est-il conscient que c’est par la volonté divine et grâce au Sine que le Président Sall est au pouvoir ?

Le Sine l’a vu naître, grandir en le plaçant au centre de la société politique avec une base solide soutenue par une fraternité toujours consolante et toujours disposée à l’accompagner. Le rôle de maître de cérémonie qu’il joue partout où son Excellence le Président de la République se rend, la distribution de l’argent aux différentes composantes politiques lors des accueils, la distribution de billets et d’honoraires aux pèlerins des lieux saints, son diktat dans la gestion de l’Etat en disent long sur le trop-plein versé partout par l’homme. En lieu et place du « Xalam », un pistolet dans la poche dégainé sans aucune hésitation à la moindre occasion car sachant que les chiens aboient et la caravane passe. Ce 04 Avril, à l’occasion de la célébration du 54ème anniversaire de l’indépendance de notre pays, Farba s’adjuge la fonction de journaliste commentateur en « Puular » pour la RTS. D’aucuns se sont posés la question à savoir où étaient les journalistes « Alpuular » de la RTS ? Mystère !

Les charmes de son esprit ignare se lit sur son visage fade, dédaigneux, pitoyable, enlisé par la force issue du pouvoir de son roi qui le pousse à agir orgueilleusement comme le fou du roi qui allumaient les lampes en plein jour et les éteignait la nuit. Je vois en lui que la raison est bannie de sa conscience courte, c’est pourquoi par la considération que je porte à son Excellence le Président de la République, Secrétaire général de l’APR/Yaakaar, par les premiers symptômes d’un emportement incontrôlable et incontrôlé de Farba Ngom, les effets prévus retentiront fâcheusement au sein de notre formation. De fait, si aucune mesure n’est prise, au gré du zèle, il créera le malaise au sein de notre parti. En vaut-il la peine ? Agissez chers cousins Puular, Farba est en train de nouer un chaste nœud sur tout ce qui fait la grandeur humaine. Ne le laissez pas sacrifier les convenances républicaines au profit de convenances personnelles. Les comportements indécents n’abrogent jamais le jugement des citoyens qui ont toujours le dernier mot ; Farba Senghor en sait beaucoup maintenant.

Malick Wade GUEYE, Coordonnateur de Comité APR, depuis l’Espagne






Hebergeur d'image