leral.net | S'informer en temps réel

Un Sénégalais brutalisé à mort à Paris : Amadou Koumé a été étranglé par la police française

En France, les circonstances de la mort d'Amadou Koumé préoccupent. Son décès qui remonte à la nuit du 5 au 6 mars dernier dans les locaux du commissariat du 10e Arrondissement de Paris, qui a été caché à l'opinion, s'est ébruité hier après que la presse française fut mise au courant de cette affaire qui a entraîné la mort de ce père de famille d'origine sénégalaise.


Rédigé par leral.net le Mardi 21 Avril 2015 à 09:21 | | 0 commentaire(s)|

Un Sénégalais brutalisé à mort à Paris : Amadou Koumé a été étranglé par la police française
Domicilié en France, Amadou Koumé, 33 ans, est décédé dans les locaux du 10e Arrondissement de Paris. Un décès intervenu, il y a quelques semaines, mais qui a été tenu secret jusqu'à ce que la presse hexagonale ébruite l'affaire. Selon les premiers éléments de l'enquête, Amadou Koumé a été arrêté le 6 mars dernier vers minuit à proximité de la gare du Nord alors qu'il tenait des propos incohérents. Quand les limiers ont voulu lui mettre la main dessus, il se serait débattu, poussant les policiers à effectuer une manœuvre d'étranglement afin de lui passer les menottes. Mais, remarque La Tribune, à l'arrivée au commissariat 25 minutes plus tard, Amadou Koumé était amorphe. Une version confirmée par une source judiciaire parisienne. Le décès de notre compatriote a été constaté 5 minutes après, soit à minuit et demi dans les locaux de la police où il a été conduit.

La famille d'Amadou Koumé, qui déclare ne pas disposer de beaucoup d'informations dans l'enquête sur le décès de leur fils, a déposé une plainte contre X pour violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner et abstention de porter assistance à une personne en danger. Un autre élément troublant pour la famille de la victime, c'est la distance entre le moment de l'interpellation et l'heure du constat officiel du décès. "On ne sait pas comment il est mort", a déclaré la grande sœur de Koumé qui indique, en plus, que lorsque des membres de la famille se sont rendus à l'Institut médico-légal, ils se sont aperçus qu'Amadou présentait des blessures au visage.






Hebergeur d'image