leral.net | S'informer en temps réel

Un an après le référendum du 20 mars 2016: seuls cinq points sur quinze concrétisés

Présenté comme un projet pour la consolidation de de la démocratie, un an après le référendum, les autorités tardent à matérialiser dix des quinze points du projet.


Rédigé par leral.net le Mardi 21 Mars 2017 à 12:36 | | 0 commentaire(s)|

Un an après le référendum du 20 mars 2016: seuls cinq points sur quinze concrétisés
Alors que le Oui l'avait emporté à 63%, le Président Macky Sall tarde à mettre en oeuvre les 15 points qui avaient valu des milliards aux contribuables. Les Sénégalais attendent toujours la publication de la nouvelle version de la charte fondamentale. Ils attendent toujours l'application de 10 points sur les 15 soumis alors au référendum.

En effet, le premier point du projet de révision constitutionnelle qui intéresse au premier chef la classe politique, n'est pas encore à l'ordre du jour. Il s'agit de la modernisation du rôle des partis politiques dans le système démocratique. Jusqu'à présent, rien n'a changé dans le fonctionnement des partis politiques pour espérer une consolidation de la démocratie. Les leaders de partis qui s'attendaient à un financement de leurs formations politiques, commencent à déchanter.

Alors que e financement des partis continue encore à échapper au contrôle de l'Etat, beaucoup d'acteurs politiques redoutent des financements occultes des partis.

Le deuxième point tarde également à être concrétisé par le pouvoir en place, le peuple attend en effet de savoir ce que le Président Macky Sall entend par la reconnaissance de nouveaux droits aux citoyens, notamment les droits à un environnement sain, sur leur patrimoine foncier et leurs ressources naturelles. Les Sénégalais ne sont pas encore non plus élucidés sur le point 5 qui a trait au renforcement de la citoyenneté par la consécration des devoirs du citoyen, c'est toujours le statu quo.

L'opposition à qui le Président de la République avait promis plus de liberté, est en train de vivre la restriction de ses droist. Alors que dans le projet de révision constitutionnelle, figurait un septième point portant sur le renforcement des droits de l'opposition et de son chef.

Autre point, le renforcement du Conseil Constitutionnel est encore à l'état de promesse. Alors qu'il était prévu l'augmentation du nombre des membres du Conseil Constitutionnel de 5 à 7 et l'élargissement des compétences de l'institution pour donner des avis et connaître des exception d'inconstitutionnalité soulevées devant la Cour d'Appel.

En définitive, le dernier référendum apparaît plus que jamais comme un prétexte pour le régime de dérouler son programme et d'éviter toute surprise.

source: l'AS