leral.net | S'informer en temps réel

Un bâtisseur s’est éteint

DECES DE IDO RICCHETTI DES ENTREPRISES EGCAP

Ido Ricchetti n’est plus. L’un des bâtisseurs les plus importants du Sénégal d’avant indépendance et post-indépendance a tiré sa révérence, dans le silence fleuri de sa résidence parisienne comme le bon Italien qu’il est, éduqué dans l’Omerta. Il s’est assoupi doucement à l’âge de 85 ans. Celui que la force des biceps, l’intelligence et le talent qu’il avait du maniement de la pierre, de l’équerre et de la truelle, avaient rendu riche à millions voire à milliards nous quitte dans un dénouement où l’Etat du Sénégal l’avait finalement installé, ne lui payant pas ce qu’il lui devait ou en restant lui devoir des sommes faramineuses.


Rédigé par leral.net le Lundi 23 Février 2009 à 04:52 | | 0 commentaire(s)|

Lui qui a donné de sa jeunesse à ce pays, de sa santé, de son savoir, de son savoir faire, de son amour pour construire le Sénégal et lui donner deux enfants, chairs de sa chair, Patrick et Renaldo, meurt chichement comme il aurait cependant vécu, sans ostentation, sobrement discret sans être vulgaire. Rien que les intérêts de la dette que lui doit l’Etat du Sénégal avoisineraient, disent certains de ses proches, les 35 milliards de Fcfa.

Comme pour le polytechnicien- entrepreneur, Barra Tall de « Jls » qu’une situation économique difficile ainsi que les avatars politiciens nés des querelles libérales lèsent au point de l’amener à délocaliser ses activités chez les voisins pour ne pas mourir ruiné comme Ido Ricchetti qui a été contraint dans les années 1996 de s’en retourner en France, son pays d’adoption, quand son autre pays d’adoption l’obligea à fermer boutique. Egcap, son entreprise qui employait plus de 5000 permanents et souvent le double comme temporaires a déposé la clé sous le paillasson à cette date, terrassée par les factures impayées et le harcèlement des banques dont elle était débitrice. On sait hélas sous nos tropiques comment cela se passe pour les entrepreneurs de Btp en particulier : l’Etat le plus gros client vous oblige à nantir vos marchés.

Les banques, fort de cela, vous prêtent l’argent nécessaire avec des taux usuriers (à l’époque, ils étaient, ces taux de près de 20%) à la réalisation de vos travaux en attendant les décomptes, qui eux, tardent ou sont renvoyés d’année budgétaire en année budgétaire. Pendant ce temps, les agios et les créanciers vous essaiment et vous étouffent. Ainsi se meurt nos entreprises et l’on s’étonne de ne voir pas s’émanciper une véritable bourgeoisie nationale. Depuis Ndiouga Kébé et Djily Mbaye, qui furent parmi les principaux maîtres d’ouvrage privés de ses réalisations, on peine à trouver bâtisseur de renom. L’ancien client de l’avocat Wade est mort. Son conseiller ayant depuis les charges les plus hautes de l’Etat, lui aurait promis dit-on de s’occuper de ses affaires en latence, notamment l’hôtel Indépendance qu’un imbroglio juridico-financier a totalement précarisé.

La situation de l’hôtel Indépendance est arrivée à un niveau de pourrissement, du fait de l’Ipres, de la Société nationale de recouvrement (Snr) qui a confondu un crédit dû par M. Ricchetti certainement pour le compte de l’entreprise Egcap pour celui de l’Hôtel. Ce qui fait que l’Ipres est devenu l’actionnaire majoritaire et ainsi le propriétaire des murs. Ce que Joseph Georges Ndiaye, l’administrateur n’a jamais cessé de dénoncer. On assure cependant que le président de la République a pris à cœur le problème et qu’il aurait promis au défunt de son vivant, une solution. Il fera bien. Ido Ricchetti mérite mieux de ses compatriotes d’adoption que nous sommes.

Arrivé dans notre pays à peine sorti de l’adolescence à la faveur d’un concours d’architecte dans les années 1940, le jeune étudiant italien qui n’est pas assurément membre des chemises brunes de Mussolini allait vite s’intégrer, d’autant plus facilement que la guerre ne lui offrait point d’autres issues. Grand bien pour le Sénégal. Il se mit à construire à tour de bras, sortant avec d’autres entreprises de cet e, un pays de la nuit et de sa ruralité. Il aida ainsi grandement à l’urbanisation en construisant à tour de bras et de projets, salles de cinéma (18 rien qu’à Dakar), 20 Hôtels dont le Téranga, l’Indépendance, le Novotel, l’hôtel Kébé Almadies-Club Med…22 lycées, écoles et centres universitaires parmi lesquels, l’école normale supérieure de Mbour, 11 banques et établissements financiers, 33 châteaux d’eau, cuves et réservoirs d’eau, 18 édifices religieux (mosquées, églises, temples, sanctuaires etc..) 79 immeubles à usage divers, 15 résidences 76 villas, 2 palais dont celui de Diouga Kébé à Touba et de Djily Mbaye à Louga, 18 cités, pistes, routes, ponts adduction d’eau, assainissements de réseaux complètent sans être exhaustif ses réalisations.

C’est pourquoi Joseph Georges Ndiaye, Joe pour les amis a bien raison s’adressant à sa veuve éplorée de lui dire : « A mon pays le Sénégal comme à moi, Madame, votre mari, votre ami, mon père, mon ami Ido Ricchetti a tout donné. Un Homme nous a quitté. Le Sénégal, son pays, rendra à jamais un hommage à son bâtisseur des édifices les plus significatifs. Un jour d’été 2006 à Paris, dans votre jardin fleuri de ses mains, j’ai recueilli à l’italienne, le sermon renouvelé devant guidé mes actions futures. Je viendrais recevoir de vos mains ce lion pétri de ses mains dont j’avais humblement différé l’offrande dans l’attente de l’accomplissement de ma mission ». Épitaphe pathétique, mais qui n’en traduit pas une vérité profonde selon tous ceux qui connaissaient l’homme.

Celui qui préférait l’action à la parole et qui savait s’emmurer au lieu de trahir était un Sénégalais de cœur. On raconte qu’un certain ministre actuel de l’attelage libéral, avait pourtant ordonné son expulsion du pays pour avoir simplement construit la piscine au point E de l’actuel locataire du palais de l’avenue Léopold Sédar Senghor. Ce ministre alors de Diouf cherchait certainement à plaire à celui qu’il servait avec autant de zèle et qu’il finit pourtant de trahir sans sourciller. Ido Ricchetti ne savait lui trahir. Demandez aux juges sur l’enrichissement illicite qui lui réclamaient des noms pour abattre leurs glaives. Il fit l’Italien en épelant des noms imaginaires à la barre au point que la cour lui donna congé sans rien tirer de lui.

A ses deux enfants Patrick et Renaldo, à leurs épouses et enfants, aux proches, parents, amis et alliés, à Joseph Georges Ndiaye le fils, Babacar Touré et l’ensemble du personnel de Sud communication présentent leurs condoléances attristées.

par Madior FALL | SUD QUOTIDIEN






Hebergeur d'image





Hebergeur d'image