leral.net | S'informer en temps réel

Un « bout de chou » pour Lechantre

Le Sénégal a fini de reconstruire son staff technique d’après fiasco de la Can 2012. Après la nomination de Pierre Lechantre au banc des Lions, Joseph Koto complète le staff. Le coach des Lions locaux passe adjoint.


Rédigé par leral.net le Vendredi 25 Mai 2012 à 17:52 | | 0 commentaire(s)|

Un « bout de chou » pour Lechantre
La passerelle est toute trouvée ! Entre Pierre Lechantre et le football local, c’est Joseph Koto qui est le lien ombilical. Le coach national des Lions locaux, vainqueur du tournoi de l’Uemoa 2011 va relier le sélectionneur national au football local avec sa nomination de coach adjoint des Lions. Il assistera l’ex-champion d’Afrique 2000 avec le Cameroun dans sa mission de qualifier le Sénégal à la Can 2013 et à la Coupe Monde Brésil 2014. Les deux hommes inaugurent l’ère de la rédemption après le fiasco de la Can 2012.

L’union Lechantre-Koto sera-t-elle heureuse ? Ce saut vers l’inconnue présage un équilibre certain. C’est la rencontre entre un globe-trotter et un sérial-autochtone mâtiné à la sauce locale. Jusque-là, sans grande connexion, les deux hommes partagent un passé de joueur. Mais, sur ce terrain, Joseph Koto coiffe au poteau son patron de la Tanière. Pierre Lechantre n’a pas savouré de sélection avec les Bleus, tandis que Koto a fait les beaux jours de l’équipe nationale du Sénégal, à Caire 1986. Et depuis 2009, ce dernier se trace un destin de Super-coach. Avec ce nouveau poste, il est en passe de réaliser son rêve. Dans le site spécialisé, Ndamli.sn, il s’extasie : « j’ai fait un parcours respectable avec la sélection locale, deux titres de l’UEMOA, deux participations en finale, ça a compté dans la balance ». Coach adjoint des Lions, « c’est une récompense pour tout le travail accompli au niveau local et les titres que nous avons obtenus et à notre participation honorable au CHAN en Côte d’Ivoire », commente l’adjoint heureux.

Sa carrière d’entraîneur national est faite de hauts et de bas. En 2009, pour la première édition du Championnat d’Afrique des Nationaux, il aligne le Sénégal en demi-finale et s’offre le titre de l’Uemoa. Mais en 2010, il perd son titre sous-régional et trébuche à Soudan 2011. Les Lions locaux ne franchissent même pas le premier tour. Joseph Koto réédite le sacre Uemoa en 2011 et efface son mauvais parcours soudanais. Cette résurrection lui permet de glaner de précieux points et le promeut au rang de numéro 2 dans le staff technique des Lions. Pourtant, à la vieille du tournoi de l’Uemoa de Dakar en novembre 2011, sa peau ne valait pas un sous. Mais le sursitaire, avec la médaille d’or au cou rebooste sa valeur technique. Il décroche une promotion et prend même sa revanche sur ses devanciers Amara Traoré et Abdoulaye Sarr qui dès la qualification à la Can 2012 bénéficiaient d’un prolongement de contrat, quand lui attendait. Mai 2012 sonne son heure de gloire qui annonce la grande thérapie du football sénégalais : « nous sortons de blessures et il faut les panser », sérine-t-il dans la presse. Et d’emblée, il balise son terrain et se dessine en partenaire loyal. « Je me mettrai au service de Pierre Lechantre », décline-t-il sur le fil de l’Agence de presse sénégalaise (Aps).

Joseph Koto a grandi avec l’expérience. « J’ai fait des erreurs, on m’a rectifié pour aller de l’avant. A ce poste d’adjoint, je vais encore apprendre même si j’ai tous les diplômes requis pour faire acte de candidature ». Fils de la Jeanne d’Arc où il a fait ses humanités en football, d’abord en tant que joueur. Joseph Koto a fréquenté l’école du banc avec Souleymane Camara Gaucher. Dans cette nouvelle page de sa carrière technique, son expérience de la Tanière lui sera d’un grand apport dans cette phase de finalisation de la reconstruction chère à Me Augustin Senghor, président de la Fédération sénégalaise de football.




SOURCE:lagazette.sn
Boly BAH






Hebergeur d'image



Hebergeur d'image