leral.net | S'informer en temps réel

Un homme échappe de justesse à la prison pour avoir frotté son sexe contre le derrière d'une femme

Il faut vraiment être un obsédé sexuel pour oser sortir son sexe, dans une salle d'audience, pour se frotter à une dame. Accusé d'outrage public à la pudeur, l'homme marié et père de 6 enfants, a échappé de justesse à la prison.


Rédigé par leral.net le Mercredi 25 Mars 2015 à 12:26 | | 4 commentaire(s)|

Un homme échappe de justesse à la prison pour avoir frotté son sexe contre le derrière d'une femme
Quelle mouche a bien pu piquer Mbaye Diagne pour qu'il ose sortir son sexe dans l'enceinte de la salle d'audience pour le frotter sur le derrière d'une femme jusqu'à un début d'éjaculation ? Une question qui reste encore sans réponse. Quoi qu'il en soit, il faut noter que c'est un public médusé qui a assisté à ce procès d'outrage public à la pudeur tenu séance tenante. L'homme, marié et père de 6 enfants, a, en effet, été conduit au box des accusés par un gendarme. La salle, qui était tout ouïe, a ainsi religieusement écouté la dame qui est largement revenu sur les faits. Selon elle, elle était dans les rangs insouciante lorsque, soudain, elle a senti comme une chaleur sur son derrière. Et c'est quand elle s'est retournée qu'elle a vu que Mbaye Diagne avait complètement sorti son sexe pour le frotter contre elle. La dame, qui parle d'un début d'éjaculation, a montré une tache qu'elle assimile à du sperme. Des accusations qui ont été balayées d'un revers de main par le prévenu qui, l'air confus, a dit n'avoir jamais sorti son sexe. Mais, la salle d'audience s'est tordue de rire quand le président a demandé à Geneviève si le sexe était de couleur claire ou noire.

Si la dame n'a rien réclamé en guise de réparation, la représentante du ministère public a jugé les faits constants avant de requérir une peine d'emprisonnement de 3 mois ferme. Mais le hic, c'est que personne parmi ceux qui étaient sur place, au moment des faits, n'a voulu témoigner. Mbaye Diagne, n'ayant pas de conseils, deux avocats, Mes Diongue et Diop, se sont simultanément constitués pour assurer sa défense. Le premier, qui dit n'avoir noté aucune trace de sperme sur le pagne de la femme, parle de simples déclarations non étayées par des témoignages. Il a ainsi plaidé pour une relaxe pure et simple, à défaut, au bénéfice du doute. Me Diop, quant à lui, parle d'une absence de preuves et affirme que la question devait être posée au gendarme qui l'a conduit au box. L'avocat d'affirmer qu'en 30 ans de carrière, c'est la première fois qu'il voit un homme accusé de tels faits. "Personne n'a compris, on a subitement vu un gendarme le conduire", a dit l'avocat qui a présenté ses excuses à la dame Geneviève avant d'implorer le tribunal de lui faire une application bienveillante de la loi et de comprendre "cet homme ahuri".

Mbaye Diagne a eu de la chance puisqu'il a été relaxé au bénéfice du doute.






Hebergeur d'image