leral.net | S'informer en temps réel

Un imprimeur établi à Touba et un faussaire ghanéen arrêtés

L’OBS – Une bande de faussaires spécialisés dans le trafic et la mise en circulation de faux billets de banque a été partiellement démantelée par les limiers de la Sûreté urbaine de Dakar. Plusieurs liasses, composées de fa


Rédigé par leral.net le Jeudi 19 Juin 2014 à 23:00 | | 1 commentaire(s)|

Un imprimeur établi à Touba et un faussaire ghanéen arrêtés
Le phénomène de la mise en circulation de faux billets de banque en cours dernièrement à Dakar peut valablement être partiellement imputé à la bande de faussaires (un Ghanéen, un Sénégalais et un Nigérian) démantelée par les limiers de la Sûreté urbaine de Dakar. Le gang était parfaitement structuré avec un rôle donné à chacun des 3 membres.

Le ressortissant nigérian non encore identifié (en cavale) avait la délicate tâche d’aller au charbon pour acquérir d’importants stocks de faux billets de différentes devises (Cfa, Euros, dollars etc.). En accomplissant sa mission, il met, de fait, en scelle son acolyte ghanéen : John Kennedy Asere, né en 1972 à Accra. A charge pour ce dernier d’écouler ces faux devises dans le marché noir, en usant de divers procédés. Soit, il procède au blanchissement des billets, en les mettant discrètement en circulation, ou alors, il les troque avec des billets authentiques. Cette dernière méthode semble être la plus prisée par le Ghanéen qui bénéficie d’un important portefeuille de clients qui sont prompts à acheter clandestinement ces faux billets pour, à leur tour, les blanchir. C’est à ce niveau de la chaîne qu’intervient l’imprimeur sénégalais Aliou Diouf. Né en 1965 à Touba, il est à la tête d’une imprimerie ayant pignon sur rue dans la cité religieuse de Cheikh Ahmadou Bamba.

Leur acolyte nigérian activement recherché par la police

Ce trio, qui opère en parfaite intelligence, est parvenu à gruger plusieurs victimes. Seulement, leur activité répréhensible a fini par être infiltré par les hommes de l’ombre de la Sûreté urbaine de Dakar. Après avoir cerné les contours de cette machine huilée, mise en marche au grand dam d’honnêtes citoyens, les limiers fouineurs ont mis la puce à l’oreille du commissaire Ibrahima Diop qui, après avoir ouvert une enquête, a mis dans le coup les éléments de sa Brigade de recherches. A la faveur de filatures et autres planques, les limiers sont venus à bout du Ghanéen John Kennedy Asere, interpellé sur la voie publique, le 12 juin dernier, vers minuit, aux Hlm Grand-Yoff. Des liasses de 100 euros et 50 euros, tous faux, sont découverts par dévers lui, ainsi qu’un billet de 10 000 FCfa authentique. Exploitant les relevés téléphoniques du Ghanéen, les hommes du commissaire Diop ont remonté la filière jusqu’à localiser l’imprimeur Aliou Diouf, de passage à Dakar (Mbao). Un piège lui est tendu. Il mort à l’hameçon et se présente au rendez-vous (Hlm Grand-Yoff) que lui ont fixé les policiers qui se sont fait passer pour des clients potentiels. Sur place, il a été découvert, dans une sacoche qu’il portait, 4 faux billets de 10 000 FCfa.

Interrogé, il déclare avoir acheté ces billets incriminés au Ghanéen John Kennedy Asere. Mieux, il soutient avoir remis à celui-ci la somme de 15 000 FCfa authentiques contre un montant de 50 000 FCfa en faux. Il précise avoir déjà écoulé un billet de 10 000 FCfa dans le marché noir et qu’il lui resté 40 000 FCfa retrouvés sur lui.

Placés en garde à vue, John Kennedy Asere et Aliou Diouf ont été déférés lundi dernier au Parquet. La police est aux trousses du Nigérian en cavale.

ABDOULAYE DIEDHIOU






Hebergeur d'image