leral.net | S'informer en temps réel

Un mois avec sursis requis à l'encontre des élèves de Médina Sabakh

Le tribunal régional de Kaolack a condamné à un mois avec sursis une partie des prévenus, dont des élèves, impliqués dans les attaques de la gendarmerie de Keur Ayip et de la sous-préfecture de Medina Sabakh, a appris l'APS, mercredi.


Rédigé par leral.net le Mercredi 20 Mai 2015 à 19:02 | | 0 commentaire(s)|

Un mois avec sursis requis à l'encontre des élèves de Médina Sabakh
''Ils ont été déclarés coupables des faits et condamnés à un mois avec sursis en guise d'avertissement'', a commenté, après le verdict, l'un des avocats de la défense, Assane Dioma Ndiaye.

''Ce qui est important dans cette affaire, a-t-il souligné, c'est qu'on mette fin à la détention des élèves pour qu'ils puissent reprendre les cours."

Me Ndiaye a ajouté : ''Le fait que ces élèves arrêtés puissent regagner leur domicile est de nature à apaiser les esprits et à restaurer la tranquillité publique.''

Me Assane Dioma Ndiaye avait à ses côtés ses confrères Souleymane Ndéné Ndiaye (ancien Premier ministre) et El Hadj Malick Diouf.

Selon une source judiciaire, des mineurs mis en cause dans cette même affaire vont comparaître devant un tribunal des enfants, vendredi.

Vingt-quatre élèves de Médina Sabakh ont été arrêtés la semaine dernière, après des échauffourées à Médina Sabakh et Keur Ayib. Ils exigeaient la libération de trois des leurs arrêtés nuitamment lors de l’opération "Saaxaal Jaam 4" menée par la gendarmerie pour sécuriser les régions de Fatick, Kaffrine et Kaolack.

La gendarmerie les accuse d'avoir attaqué son poste situé à Keur Ayib et la sous-préfecture de Médina Sabakh.

APS






Hebergeur d'image



Hebergeur d'image