leral.net | S'informer en temps réel

Un nouveau contrat social en faveur des femmes

L’autonomisation des femmes rurales et leur rôle dans l’éradication de la pauvreté et de la faim, le développement et les défis actuels, tel est le thème de ce 101e anniversaire de la Journée Internationale de la Femme. Un thème que l’Association Africaine pour la Recherche et le Développement (AAWORD/AFARD) a très tôt pris en compte dans son programme de recherche.


Rédigé par leral.net le Samedi 10 Mars 2012 à 15:38 | | 0 commentaire(s)|

Un nouveau contrat social en faveur des femmes
Les femmes rurales sont au cœur du thème de cette année. Elles jouent un rôle essentiel dans la société, et de surcroît, elles constituent l'épine dorsale de l'économie rurale. L’Association Africaine pour la Recherche et le Développement (AAWORD/AFARD), a très tôt compris cela, de par les recherches qu’elle a menées dans huit (8) pays africains sur l’intégration du genre dans les Stratégies de réduction de la pauvreté, particulièrement dans le secteur agricole. L’organisation, tout en reconnaissant et saluant les efforts déployés à ce jour pour améliorer la situation des femmes rurales, estime que beaucoup reste à faire. « Malgré les déclarations faites par les Chefs d’États dans différents fora économiques d’attribuer 10% de leur budgets nationaux au secteur agricole, cet objectif, est en deçà des attentes dans plusieurs pays », selon Odile Ndoumbé Faye, la secrétaire exécutive de l’organisation.

Elle ajoute que des mécanismes nationaux et internationaux doivent être mis en place dans le cadre de l’efficacité du développement pour accroître la redevabilité des gouvernements dans les politiques publiques menées dans le monde rural, surtout en ce qui concerne les femmes. Elle reste convaincue que « la justice économique est la condition préalable pour l’accès des femmes à la terre et au contrôle des ressources ». Une préoccupation que son organisation vient de partager avec les participantes de la 56ème session de la Commission des Nations Unies sur le Statut de la femme (CSW56) à New York. Occasion saisie également par le Lobby des Femmes Africaines de demander l’application concrète de la résolution 62 /136 de l’Assemblée Générale des Nations Unies du 18 décembre 2007 portant amélioration des conditions de vie et de travail de la femme rurale. Cela à travers un nouveau contrat social qui place la couche laborieuse que sont les femmes au cœur des politiques de développement, dans les instances de prises de décisions économiques, politiques, sociales ou culturelles.

Cette année 2012 marque le 101e anniversaire de la Journée Internationale de la Femme. Une nouvelle ère remplie d’espérances et de promesses de succès à venir pour toutes les organisations de lutte pour le respect des droits humains et plus particulièrement pour le droit des femmes. C’est le moment aussi d’accorder un intérêt sur l’inaliénabilité des droits des femmes et de leur rôle important dans le monde. Par conséquent, AAWORD/AFARD, dans son message en cette Journée Internationale de la Femme, ajoute sa voix à celle de tous les mouvements d’autonomisation des femmes rurales. Madame Odile Ndoumbé Faye, au nom de l’organisation qu’elle dirige et en tant que membres de la société civile, affirme qu’il ne saurait y avoir de développement, ni éradication de la pauvreté sans la participation de la femme rurale, et que sa participation au développement ne sera possible, que lorsqu’elle sera d’avis que son travail est reconnu et valorisé, et son statut réel pris en compte.


a propos de l'auteur:cesti-info.com






Hebergeur d'image





Hebergeur d'image