leral.net | S'informer en temps réel

Un savant parle de l'apparition du croissant lunaire ( A écouter )


Rédigé par leral.net le Vendredi 3 Juin 2016 à 23:14 | | 0 commentaire(s)|


Le Zakat AL FITR
L’impôt de la fin du mois de Ramadan est exigible pour tout musulman, homme ou femme, jeune ou vieux.

Selon Ibn Abbas : « le Prophète a prescrit le Zakat al Fitr comme purification pour celui qui a jeuné contre les actes frivoles et les propos indécents et comme nourriture pour les pauvres ».

Elle est recevable pour celui qui s’en acquitte avant la prière et devient une aumône après la prière.

Le Zakat al Fitr est imposé à tout musulman libre qui possède une quantité de provisions supérieures pour assurer sa subsistance et celle des personnes qui sont à sa charge pendant la nuit qui précède le Fitr de la rupture et pendant la journée de cette fête .

Pour chaque individu, le montant du Zakat équivaut à une mesure de dattes ou d'avoines de blé ou de riz,de mais ou de mil ou d'une denrée dont se nourrissent la plupart des gens

La mesure conventionnelle est le contenu des deux mains jointes d'un homme majeur ni trop ouvertes,ni trop concaves ou dans le cas des céréales ,cela équivaut à 2,1 kg par personne

Les Règles Fondamentales du Ramadan

1.L’intention

C’est la ferme résolution d’accomplir le jeûne en signe de soumission à Dieu et avec le désir de demander sa grâce, car « tout acte dépend de l’intention qui l’inspire ».L’intention doit être formulée la nuit c'est-à-dire avant l’aube. Une fois formulée, cela suffira pour tout le mois s’il n’y a pas rupture entre temps

2.L’abstinence

C’est éviter tout ce qui rompt le jeûne, c’est-à-dire de boire , de manger et d’avoir des rapports sexuels et toutes les actions prohibées durant tout le jour
3.La durée de l’abstinence

C’est toute la journée, de la pointe de l’aube au coucher du soleil

4. Actes à éviter en période de jeûne

•Exagérer dans le rinçage de la bouche et dans l’aspiration de l’eau par le nez au moment des ablutions

•Embrasser (avec désir charnel), c’est un existant capable de rompre le jeûne par l’émission du liquide prostatique ou entrainer un rapport sexuel nécessitant une réparation expiratoire

•De fixer longuement une femme ou un homme avec l’intention d’en jouir

•Evoquer des images concernant la sexualité

•Le vomissement provoqué

Les Mérites et Profits du Mois de Ramadan

Ses Mérites et Profits d’après les Hadiths :

•Le jeûne préserve de l’enfer, tel un bouclier au combat

• Le Celui qui jeûne un jour pour l’amour de Dieu, sera éloigné du feu d’une distance parcourue en 70 ans

•Le L’invocation de celui qui jeûne sera exaucée chaque fois qu’il rompt son jeûne

•Il existe une porte du paradis « Rayane »ou porte des rafraichissements où seuls ceux qui jeûnent la franchissent

NB: le jeûne qui procure cette délivrance est décrit par notre maitre Imam AL GHAZALI que Dieu soit satisfait de lui comme étant le jeûne du cœur des mauvaises pensées, des soucis temporels, des yeux ,des oreilles, de la langue, des mains, des pieds …

Avantages Sociaux

Le jeûne constitue un moyen d’union et d’amour pour la communauté car il ressuscite en elle, la pitié et la charité, la préservation à la méchanceté et à la corruption.

Avantages Physiques

Du point de vue de la santé, le jeûne assainit les intestins, régénère l’estomac, débarrasse le corps des produits résiduels et soulage de l’embonpoint.

Serigne Sam Mbaye Né à Louga vers 1922, de parents dignes et respectés qui ont fondé une famille réputée par son érudition et sa vertu religieuses, SERIGNE SAM fût baptisé MAME MOR DIARRA frère utérin de KHADIMOU RASSOUL CHEIKH AHMADOU BAMBA. Son père AHMADOUL MOUKHTAR, plus connu sous le nom de AHMADOU SAKHIR , fût un savant émérite, un grand adorateur pétri de dons et de miracles. Sa mère, SOKHNA FATOU THIAM, fervente musulmane très vertueuse, avait coutume de donner de la nourriture à son entourage et aux nécessiteux. Elle était une femme dévouée corps et âme à son époux et se distinguait également par son intelligence rare. L’Homme : son cursus A la fleure de l’âge, c’est d’abord chez le marabout MBAYE TOURE que SERIGNE SAM fut initié au SAINT CORAN avant d’être envoyé à COKKI par son père chez son propre disciple CHEIKH AHMAD SAKHIR LO, pour parachever ce qui lui restait du Coran. En un temps record, SERIGNE SAM mémorisa le saint Coran à la surprise de son maître qui lui enseigna le Droit Islamique, la grammaire et beaucoup d’autres disciplines. SERIGNE SAM voyagea ensuite vers Saint-Louis où il étudia auprès d’éminents savants parmi lesquels Serigne Diakhaté à Guet Ndar qui enseignait de célèbres disciplines.

Ecoutez.









Hebergeur d'image