leral.net | S'informer en temps réel

Un véhicule incendié après une manif’ d’étudiants et de jeunes chrétiens

La brouille entre l’Eglise et le président Wade continue de faire des dégâts collatéraux. Zone à forte densité chrétienne, la basse-casamance ne pouvait être en reste dans la polémique qui entoure la construction du monument de la renaissance africaine.


Rédigé par leral.net le Mercredi 6 Janvier 2010 à 23:35 | | 0 commentaire(s)|

Un véhicule incendié après une manif’ d’étudiants et de jeunes chrétiens
C’est ce qu’on appelle un « cocktail explosif ». La journée du mercredi 06 janvier a été chaude à Ziguinchor où une marche de protestation d’étudiants combinée à un sit-in des jeunes chrétiens sur le parvis de la cathédrale Saint-Antoine de Padoue a dégénéré. Bilan : le véhicule de l’inspecteur d’académie incendié dans l’enceinte de l’université de Ziguinchor.

Selon des témoins, « les élèves ont arraché la voiture du chauffeur pour le conduire dans l’enceinte du centre universitaire régional avant d’y mettre le feu. » D’urgence, le gouverneur de la région, Cheikh Tidiane Dieng, a convoqué une réunion de sécurité. La plupart des étudiants protestaient ainsi contre leur non-orientation malgré l’obtention du baccalauréat. Ils ont fait le tour de la ville pour déloger tous les élèves de la ville, paralysant ainsi la quasi-totalité du système scolaire. La tension était palpable dans le centre-ville où les forces de l’ordre, notamment les éléments du Gmi, veillaient au grain.

En même temps, un sit-in des jeunes chrétiens se tenait devant la cathédrale avec l’intention d’organiser une marche à travers les artères de la capitale du Sud ; Mgr Maixent Coly est parvenu à les en dissuader. « C’est notre façon de contester les propos de Me Wade et de montrer le mécontentement de la communauté catholique basée en Casamance. Des événements se sont déroulés, il y a quelques jours », avait expliqué la veille un porte-parole de l’Eglise.

"Le cardinal Théodore Adrien Sarr a adressé une lettre à tous les Evêques du Sénégal leur disant que le Président multiplie beaucoup de démarches privées pour s’excuser de ce qui s’est passé. Maintenant, nous avons le devoir et le rôle de demander à nos fidèles chrétiens d’être beaucoup plus sereins dans l’affirmation de leur foi. Puisque la marche est difficilement contrôlable, nous avons ainsi choisi de tenir un sit-in à la place », a déclaré l’abée Samson Kantoussan. Ces jeunes ont par la suite adressé un message au chef de l’Etat dans lequel ils ont dénoncé ses propos jugés « offensants ».

- Par Papisco -nettali






Hebergeur d'image



Hebergeur d'image


Hebergeur d'image