leral.net | S'informer en temps réel

Un village oublié: Le sort des Anciens Combattants revenus d’Algérie

Rappelés par le gouvernement du Sénégal pour assurer la sécurité de leur pays récemment indépendant, les anciens combattants sénégalais furent revenus le 07/07/1966.Ils avaient assuré la sécurité du Sénégal durant 3 années successives.


Rédigé par leral.net le Dimanche 3 Février 2013 à 13:17 | | 1 commentaire(s)|

Un village oublié: Le sort des Anciens Combattants revenus d’Algérie
Durant cette période le Sénégal s’été doté d’une armée solide capable de prendre en charge la sécurité du pays et remplacer les anciens combattants revenus d’Algérie
Libérés, ils étaient confrontés au chômage .Le président du Sénégal de l’époque, Monsieur Léopold Sédar Senghor déclara qu’il ne pouvait pas leur trouver des emplois-réservés.
Ils étaient nombreux que ce n’était pas facile de leur trouver du travail. La seule alternative c’était de leur envoyer cultiver la terre. Senghor convoqua alors son premier ministre : Monsieur Mamadou Dia et l’informa de sa décision d’envoyer les anciens combattants dans le Delta pour aller cultiver la terre. Il fit un arrêté qui avait été publié à la radio nationale.
Ainsi tous les Anciens combattants revenus d’Algérie furent convoqués à l’office national des Ancien combattants.
Ils furent informés et sensibilisés à aller au Delta pour devenir les pionniers de l’agriculture.
C’était décidé. Ils devraient se rendre donc au Delta. Cette décision n’était imposée à aucun combattant. Tous partaient de leur propre gré. Ainsi il fut demandé aux anciens combattants qui accepteraient d’aller au Delta de se présenter à l’office des anciens combattants avec leur famille pour être acheminés au Delta.
Le gouvernement de Senghor avait promis à chaque combattant un logement et 4 hectares de terre cultivable et que 15 ans après les logements devraient leur appartenir d’office.
Le jour du départ vers Kassack-Sud 70 cars appartenant à Antoine Cogny de Kaolack furent loués pour la circonstance. Les cars lourdement chargés se dirigèrent vers le Delta. Arrivés, ils n’ont trouvés aucun logement construit .Ils débarquèrent sur un site désertique. Les derniers venus refusèrent de débarquer et rebroussèrent chemin prétextant que la vie était impossible dans cette brousse. Les combattants qui avaient accepté de débarquer étaient au nombre de 202 avec leurs familles.
Le lendemain des camions chargés de matériaux de construction (fer, ciment………..) arrivèrent dans le site.202 logements furent construits, chaque combattant reçu un logement, certains reçurent 3 hectares et d’autres 4 hectares de terre cultivable. Ils étaient répartis dans 3 cuvettes, encadrés par 3 directeurs de la SAED : Bocar Sy, Paul Berger et Cissoko.Ils y eut des démissionnaires, d’autres avaient préféré rester.
Les années se sont succédés et beaucoup d’entre eux sont décédés et enterrés sans mur de clôture. Aujourd’hui, malgré les potentialités agricoles, les terres sont exploitées par d’autres et les fils des anciens combattants propriétaires des terres sont les saisonniers. A ce jour, Parmi ces anciens combattants 4 sont aujourd’hui vivants.
Les cuvettes sont aujourd’hui exploitées par des ruines pitoyables. Aucune réhabilitation n’a été envisagée.
Nous ne sentons pas l’Etat.
Des milliers d’hectares de riz, de l’eau en abondance, Kassack pourrait être le grenier agricole du Sénégal.
Au moment au le retour vers l’agriculture est prônée et encouragé, les véritables acteurs, concernés ne sont pas impliqués.
Par ailleurs toutes les langues nationales sont parlées, toutes les confréries et toutes les religions du pays sont pratiquées dans ce petit village.
S’il vous ! Venez au secours de ce village et seul village ou ne vivent que des anciens combattants.
Témoignage de Alassane Gangué un des Anciens Combattants revenus d’Algérie, aujourd’hui délégué de quartier de Khouma MBodiéne Richard-Toll(malade, paralysé).
Ce village est dans la Région de Saint-l-Louis, Département de Dagana, Arrondissement de Ross-Béthio, Communauté Rurale de Ronkh , et à 22km de Ross-Bethio en Nord-est et à 5km de la nationale

Cri de cœur d’un fils d’ancien combattant : Bouna Ba



1.Posté par africain le 04/02/2013 12:26 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

ils se sont pas battu contre l'indépendance d'un peuple frére? les pieds noirs n'ont qu'à les aider

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site




Hebergeur d'image



Hebergeur d'image


Hebergeur d'image