Leral.net | S'informer en temps réel



Une cinquantaine de réfugiés meurent au large de la Tunisie

le 11 Juillet 2012 à 13:14 | Lu 458 fois

Ces migrants, originaires d'Érythrée et de Somalie, ont dérivé pendant quinze jours à bord d'une embarcation de fortune alors qu'ils tentaient de rejoindre l'Italie


Une cinquantaine de réfugiés meurent au large de la Tunisie
Cinquante-quatre immigrés, provenant en majeure partie d'Érythrée et de Somalie, sont morts de déshydratation dans le canal de Sicile, après avoir dérivé pendant quinze jours.

Selon le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR), l'unique survivant de ce nouveau drame de la mer est un jeune Érythréen de 25 ans. Il a été recueilli dans un état d'extrême faiblesse par les garde-côtes tunisiens et hospitalisé dans la ville tunisienne de Zarzis. Il a vu mourir ses compagnons «un à un», dont trois de ses parents.

Leur embarcation, un canot pneumatique doté d'un petit moteur hors-bord, était partie fin juin de Tripoli. «Il ne leur avait pas été permis d'embarquer une grande provision d'eau. Arrivé en vue de Lampedusa, leur canot est tombé en panne et s'est mis à dériver au large, emporté par les courants. Leur réserve d'eau douce épuisée au bout de quelques jours, certains ont commencé à boire de l'eau de mer. Un bon nombre d'entre eux sont morts assez vite, les autres succombant après une longue agonie, déshydratés sous un soleil de plomb. De surcroît, leur embarcation a commencé à se dégonfler et à prendre l'eau», a précisé Laura Boldini, porte-parole du HCR pour l'Italie.

Dans un communiqué diffusé mardi soir à Genève, le numéro 2 du HCR, Thomas Alexander Aleinikoff, parle d'une «véritable tragédie» et «en appelle à tous les commandants de navire croisant en Méditerranée en leur demandant de se porter au secours des immigrés en difficulté». «La Méditerranée connaît un trafic énorme. Il est temps de rétablir l'antique tradition de la mer imposant de venir en aide les naufragés», a-t-il ajouté.

Le HCR indique que 4500 immigrés ont gagné cette année l'Italie par voie de mer, provenant d'Afrique du Nord, de Grèce, d'Égypte ou de Turquie. Quelque 1300 partis de Libye ont débarqué depuis janvier sur les côtes italiennes. Un millier d'autres ont gagné l'île de Malte en douze arrivages différents. Le HCR estime que 170 immigrés sont morts ou disparus en mer cette année.


Par Richard Heuzé