leral.net | S'informer en temps réel

Une conférence animée par Serigne Mansour Sy Djamil sur le rôle de la diaspora dans le paysage politique et socio-économique du Sénégal

La réunion annuelle des mouvements ''Bess du Nakk'' basés en Europe s’est tenue à Bruxelles en présence de leur leader Serigne Mansour Sy Djamil en tournée de mobilisation de ses militants de la diaspora. Il a, cet effet, saisi l’occasion pour s’entretenir avec les sénégalais vivant en Europe, dans le cadre d’une conférence axée sur la place de la diaspora dans la nouvelle configuration du paysage politique et socio-économique du Sénégal. Souleymane Jules Diop, chef du bureau économique et culturel, Alioune Diop, coordonnateur de l’Apr Benelux, Moustapha cissé du Ps ou encore le célèbre politicien belgo congolais de la ville de Bruxelles Bertrand Mampaka et tant d’autres d’illustres invités, ont, dans leurs interventions, enrichi les débats.


Rédigé par leral.net le Vendredi 4 Janvier 2013 à 00:25 | | 8 commentaire(s)|

Une conférence animée par Serigne Mansour Sy Djamil sur le rôle de la diaspora dans le paysage politique et socio-économique du Sénégal
Le mouvement dirigé par le guide religieux Serigne Mansour Sy Djamil, par ailleurs Député, Vice-président à l’Assemblée Nationale élargit ses bases au niveau de la diaspora européenne. En marge de la tournée qu’il a initiée depuis une décade, il a effectué un périple d’Allemagne en France, en passant par la Belgique où le séjour a été clôturé par une conférence éminemment cruciale sur le thème : « Le rôle et la place de la diaspora dans la nouvelle configuration du paysage politique et socioéconomique du Sénégal ». « C’était important pour les sénégalais de la diaspora d’identifier davantage leurs places dans le nouveau paysage politico socioéconomique de leur pays d’origine, le Sénégal, mais aussi d’appréhender les paradigmes de leurs apports financiers dans le développement du pays » a laissé entendre le sieur Dame Diouf, coordonnateur du mouvement en Belgique. Avec un panel composé d’intervenants dans le domaine de l’immigration et de la diaspora, les jalons ont été posés d’entrée.
Dans son intervention, Alioune Diop, coordonnateur de l’apr Benelux a axé son exposé sur les spécificités de la diaspora tout en déclinant leurs rôles et apports dans l’évolution du monde avec un exemple sur le cas du Sénégal et l’Afrique. Moustapha Cissé, coordonnateur de parti socialiste sénégalais a, quant à lui, évoqué les différentes compétences de la diaspora notamment celle du Benelux qui doit être mise davantage en valeur au niveau économique et géopolitique. Dans le même sillage, on note l’intervention remarquée du député bruxellois Bertin Mampaka, ancien, échevin de la solidarité internationale de la ville de Bruxelles qui a appelé les africains à s’engager encore plus pour accéder aux postes décisionnels surtout politiques pour changer la perception de la diaspora dans les pays européens. reconnait-il, les diasporas d’Afrique sont de véritables acteurs de développement. Quant à Karel Uyttendaele, il prône l’émergence d’une nouvelle économie de croissance de l’Afrique. Il a aussi présenté un projet pilote de migration circulaire avec le Sénégal où des entrepreneurs et cadres hautement qualifiés seront invités à effectuer un stage de travail d’un an dans une entreprise belge.
L’intervention de Mansour Sy Djamil
Prenant la parole, le Député et président national du mouvement ''Bess du Nakk'' Serigne Mansour Sy Djamil a remercié les sénégalais de la diaspora notamment les communautés mouride, Hal Pular et chrétienne de Belgique et tous ceux venant des différents pays de la Belgique, d’Allemagne, d’Italie, de France, d’Espagne du Sénégal etc pour la conférence. Il s’est, en outre, félicité de toutes les contributions faites par les intervenants. Une initiative des organisateurs d’élargir les débats et de rassembler plus de compétences sur un sujet aussi important pour la diaspora. Dans la même veine, le député a rendu hommage aux journalistes Latif Coulibaly et Souleymane Jules Diop qui, dit-il, ont été des acteurs de changement au Sénégal en assumant véritablement ce rôle de contre pouvoir contre le régime d’Abdoulaye Wade. « A eux deux, ils ont donné au journalisme sa dignité et à la presse son authenticité » a précisé le président de ''Bess du Nakk''. Poursuivant sur Souleymane Jules Diop, il a déclaré : « Il a sacrifié sa famille pour le Sénégal. Lui, au moins il n’a pas vendu son âme et sa dignité. Si, aujourd’hui, on n’a pu terrasser Abdoulaye Wade, c’est en très grande partie grâce à Souleymane qui a donné espoir aux sénégalais et notamment à ceux de la diaspora qu’on pouvait être à l’extérieur du pays et contribuer de façon efficace à la bonne marche de la démocratie. Il est rentré au pays et représente son pays dignement. En fait, il incarne en sa personne le thème de la conférence d’aujourd’hui » a soutenu Mansour Sy Djamil. Pour lui, l’apport de la diaspora s’est aussi avérée non négligeable surtout dans le cadre des assises nationales où la diaspora a contribué à l’instance citoyenne et politique dans la réflexion pour l’évolution du pays. Ce sont les cas des diasporas de France, de canada, des Etats Unis dont l’apport a été considérable avec, à la clé, une participation à la conférence des Nations Unis axée les diasporas dans le développement économique de l’Afrique.
3 millions 500 sénégalais hors du pays
En effet, prés de 30 millions d'Africains, soit environ 3% de l'ensemble de la population, vivent hors du continent, selon le député qui considère qu’il est aujourd’hui essentiel de cerner la question des diasporas. Pour le cas du Sénégal, 3 millions 500 personnes vivent hors du pays, soit le quart de la population totale. Toutefois, précise t-il : « Il y a une diaspora qui se trouve d’abord en Afrique avec ses spécificités dans la contribution et la diaspora basée hors de l’Afrique. Pour lui, la question qui mérite réflexion est comment faire bénéficier les acquis financiers et humains de la diaspora aux pays d’Afrique. Il y a les transferts d’argent, il y a aussi les contributions au commerce et les investissements directs. Les investissements domestiques sont les richesses détenues par les africains de la diaspora. « Toutes ces questions ont fait l’objet de débats sérieux au niveau de la banque mondiale » affirme Mansour Sy Djamil qui a mis l’accent sur l’importance du transfert d’argent individuel dans la stabilité sociale du pays. « C’est Modou qui envoie de l’argent à sa mère, ou encore les communautés villageoises, les communautés ethniques, ou celles religieuses qui envoient de l’argent. Ces fonds mandatés sont souvent destinées à la vie quotidienne, à la construction d’écoles, d’hôpitaux ou centres de sante, de mosquées, de forages. C’est ce qu’on appelle le connecting investissement. En France, chaque village a son association, son compte bancaire avec des millions d’euros. Comment orienter cet investissement dans des secteurs productifs par l’Etat, c’est là une problématique posée par le conférencier qui a mis en exergue le rôle déterminant de la diaspora dans le transfert de compétences, dans la science et la technologie. C’est d’ailleurs pour cette raison, il a relaté le cas du sénégalais d’Allemagne Atou Khalide Lô âgé 88 ans qui, depuis 1958, travaille dans les réactifs, un laboratoire les plus grands du monde. « Quand Lady Diana est morte, c’est son laboratoire qui a fait le test pour voir si son chauffeur avait bu ou non, si l’Europe peut identifier la quantité de drogue chez une personne, c’est Atou Khalide Lô, chez les pilotes de ligne, c’est également Atou Khalide Lô qui a inventé tout çà » souligne Mansour Sy Djamil. En effet, Mr Atou Khalide Lô, professeur de renommée internationale à Steinenbronn-Stuttgart avait sollicité le régime de Wade pour former et transmettre son savoir, gratuitement, à des étudiants chimistes sénégalais. Une requête de l’année 2003 restée sans réponse. « S’il a eu cette expertise là, c’est parce qu’il est resté dans la diaspora, mais aujourd’hui il veut donner ce savoir et cette expertise aux sénégalais» a dit le député. Mais pour lui, il faut que les Etats essaient de mettre place des politiques qui tiennent compte de la contribution de la diaspora pour essayer de tirer au maximum de leur apport.
Le leader du mouvement ''Bess du Nakk'' a également évoqué dans son intervention la question de la double nationalité : « je suis peiné de voir un gars aussi compétent qu’Abdou Lô qui a fait ses preuves en Allemagne, le Président Macky Sall a voulu faire bénéficier de ses compétences en le nommant Ministre, mais il y a eu une vague de protestations pour dire qu’il est allemand. On ne peut pas l’empêcher d’être sénégalais, pour moi c’est un faux débat » a asséné Mansour Sy. Pour lui, ce cas doit interpeller les citoyens de la diaspora parce que : « c’est quelques chose qui vous concerne, demain vous allez avoir des enfants, parce qu’ils ont d’autres nationalités, qu’on ne va pas leur reconnaitre leur identité sénégalaise. Ce n’est pas les cas des autres pays d’Afrique. C’est au niveau des conventions qu’on règle ces problèmes là. Donc, cette bataille il faut la mener ici » a t–il lancé à l’endroit de la diaspora. C’est le cas pour le droit de vote, également un combat qu’il faut mener au niveau des sénégalais la diaspora. Car, sur 3 millions 500 d’émigrés sénégalais, seuls 180 000 s’étaient inscrits à la dernière présidentielle dont seulement 34 000 votants. Hors, cette population d’émigrés, même si elle s’est détournée progressivement de la politique à cause des « tromperies », est appelée à exercer son devoir et son droit citoyens a dit le charismatique député.
Ses 40 ans à l’étranger
En effet, ce dernier, après avoir vécu 40 ans à l’étranger dont 27 ans en Arabie saoudite, 8 ans à Paris et 6 ans à Londres, est un homme de la diaspora apte à comprendre au mieux les besoins de cette diaspora. C’est pourquoi se demande t-il « Les initiatives prises par les gouvernements conviennent-elles ou pas à la diaspora ? » En tout état de cause, la facilitation aux investissements par les pays peut donner de la diaspora une sorte d’incitation à retourner dans les pays. Mais, le fait que les pays européens demandent aux sénégalais et africains de la diaspora de rentrer au prix d’un appui, « est ce que ce n’est pas un piège » s’interroge t-il parce qu’il demeure convaincu du rôle essentiel de la diaspora dans l’émergence du Sénégal. Dans la mesure, celle-ci envoie chaque année plus de 800 milliards de fcfa dont 2 milliards par jour, 19% du Pib et deux fois que l’aide au développement de la Banque mondiale, du Fmi, de l’Union européenne etc… Le vice-président à l’Assemblée Nationale n’a pas manqué de décliner les initiatives du Gouvernement du Sénégal à travers le Ministère des Sénégalais de l'Extérieur avec pour mission de préparer et de mettre en œuvre la politique de l'Etat en matière de gestion, de protection et de promotion des Sénégalais de l'Extérieur par des actions adaptées à leurs besoins. Ainsi, il y a la mise en place d’un Fond d’investissement direct de 330 millions visant à renforcer les compétences des sénégalais de l’extérieur, il y a aussi le projet de mobilisation des ressources de la diaspora. Il a également mis l’accent sur les bureaux d'Appui aux Sénégalais de l'Extérieur (BASE) dans les missions diplomatiques et consulaires chargés de mener des actions comme le recensement des compatriotes expatriés pour asseoir un système de collecte et de gestion des données dans 10 pays à forte concentration de Sénégalais de l'extérieur (France, Italie, Espagne, Gabon, Mauritanie, Côte d'Ivoire, Maroc, Etats-Unis, Canada, Arabie Saoudite). Il y aussi le Fonds d'Appui à l'Investissement des Sénégalais de l'Extérieur (Faise) qui vise à maximiser les effets positifs de la migration sur le développement économique et social du pays. Tous ces programmes et projets ont été déclinés par le député devant l’assistance. A noter que la tenue de cette conférence fait suite à une rencontre qui se veut désormais annuelle entre les différentes sections du mouvement ''Bess du Nakk'' de l’Europe et a débouché sur la mise en place d’une fédération européenne prête à se lancer à la conquête du Vieux Continent. Selon Dame Diouf, coordonnateur en Belgique « ce mouvement est une plateforme de réflexions et d’actions qui transcende les barrières idéologiques, socioculturelles et religieuses » souligne t-il. Une force composée aussi de femmes dynamiques qui œuvrent pour la cause de ''Bess du Nakk''. Il s’agit de la secrétaire à la communication Bineta Cissé, de Alimatou Sow, ou encore de Athia Sy pionnière du mouvement en Belgique.
Jamil THIAM Bruxelles



1.Posté par mame boye le 04/01/2013 01:40 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

du nouveau sur skype vous voulez connaitre votre avenir ajoutez moi la.voyante89 Merci

2.Posté par enfant du sénégal le 04/01/2013 08:44 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Merci Monsieur Sy pour ce travail remarquable. VOus êtes l'espoir pour la révolution morale au Sénégal. Quelque puisse être les résultants économique du pays tant qu'on aura pas attaqué la question des valeurs ce pays ne décollera pas.

3.Posté par FocusActu le 04/01/2013 09:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bonjour à tous! Votre nouveau site d'information est désormais en ligne: focusactu.com. Bienvenue à tous!

4.Posté par tapha le 05/01/2013 22:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Cette rencontre a été surtout marquée par l'Intervention d'Alioune DIOP Coordinateur de l'APR qui a fait un exposé d'excellente facture, qui a traité avec munitie le sujet jusqu'à ceque Serigne Mansour Sy Djamil n'ait rien à y ajouter. A lire ce texte de ce jounaliste on a l'impression que c'est Mansour Sy Djamil qui était porteur de substance, non c'est faux et c'est pas juste.

5.Posté par deug le 09/01/2013 22:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

franchement il ya des gens qui ne savent pas faire la difference entre etre la vedette et voler la vedette. mr diop n'a pas été courtois. c'etait pas lui le conferencier mais serigne mansour sy djamil, et il a tout simplement abusé de son temps de parole. msr diop a beaucoup a apprendre en diplomatie mais en bon sens surtout. il est trop petit pour courcircuiter un msr du calibre de serigne mansour sy( intellectuellement parlant; je precise pour les esprits limités comme vous tapha).il a tout gaché. ce qui'il a fait est a la portée de quiconque; ouvrir son pc et lire. Serigne mansour avez une tout autre orientation et il lui a bouffé tout son temps de parole..... c dommage mais quand le genie de monsieur diop frappe ,il ne laisse personne indifferent malheuresement. vous l'apprendrez a vos depends. wassalam.

6.Posté par Bes Du Nakk Diaspora le 10/01/2013 09:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Nous avons été très peinés et surpris de lire dans la presse, que c’est M. Alioune Badara DIOP, Coordonnateur de l’APR à Benelux, qui aurait fait la conférence de Bruxelles sur le rôle de la Diaspora dans la configuration politique actuelle à la place de l’honorable député et Président d’honneur du mouvement citoyen Bes Du Nakk Mansour SY Djamil.
Il est vrai que par volonté de rassemblement, le mouvement Bes Du Nakk a considéré qu’il était de son devoir dans sa première manifestation politique à Bruxelles de choisir un sujet qui intéresse et interpelle toute la communauté sénégalaise et au-delà, la communauté africaine vivant en Belgique. Ce faisant, il a pris soin d’assurer une large participation en invitant des personnalités de marque capables de contribuer intellectuellement à cet important sujet. Ce souci d’ouverture s’est largement traduit dans la composition du panel.
On a demandé à Monsieur Alioune Badara DIOP par courtoisie et élégance de présenter le conférencier Monsieur Mansour SY. Mais M. DIOP, n’a pas compris son rôle qui était purement protocolaire et a tenté de faire la conférence à la place du conférencier.
Il est vrai qu’il a longuement parlé abusant du temps du conférencier et de la patience de l’audience qui, de guerre lasse était obligé de l’arrêter.
On a suivi le tour de table pour honorer les invités (Moustapha Cissé du PS, Souleymane jules DIOP, éminent journaliste, Bertrand Mampaka, célèbre politicien belgo-congolais et député de Bruxelles) avant de donner la parole à M. Mansour SY le conférencier que les gens étaient venus écouter, et qui a su montrer la maîtrise qu’il avait du sujet en posant les questions adéquates et en donnant les réponses que les nombreuses personnes qui se sont déplacées attendaient de lui.
Lorsque le débat fut ouvert, aucune question n’a été adressée à Alioune Badara DIOP, l’audience n’en a pas retenue grand-chose de sa longue intervention.
Il n’est outillé ni politiquement encore moins intellectuellement pour traiter un sujet qui dépasse de loin son niveau et qui requiert une expertise qu’on peut attendre d’un agent de développement tel que Monsieur SY. Son rôle, rappelle-t-on, était purement protocolaire et ne devrait pas, pour un homme intelligent et bien élevé, dépassait 3 mn.
Même Souleymane Jules DIOP a bénéficié d’une question pertinente à laquelle il a répondu avec la petillance intellectuelle qu’on lui connaît.
Nous ne croyons pas que les participants à ce débat se souviendront de la longue intervention de M. DIOP qui est passé complètement à côté du sujet.
Monsieur SY et les autres participants du panel ont su répondre avec passion mais aussi avec lucidité à toutes les questions posées par l’audience.
La leçon que Bes Du Nakk devrait tirer de tout ça, c’est qu’il y a des individus qui n’avaient pas leur place dans ce panel, qui n’ont pas l’intelligence nécessaire de se limiter à leur rôle et qui profitent d’une occasion et d’une audience qu’ils n’auraient pu jamais provoquer ni mobiliser pour piteusement faire leur show. Cela ne devrait jamais se répéter.
A bon entendeur, salut !


Bes Du Nakk Diaspora

7.Posté par Nioks le 10/01/2013 11:54 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Alioune Diop ne merite pas de réponse. Il n'est pas intelligent. Répondre à ce commentaire c'est lui accorder du crédit. Comparer Alioune Diop et Serigne Mansour Sy Djamil trés grave.

8.Posté par Bespagne le 11/01/2013 21:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

C'est décevant, regrettable, minable... mais surtout honteux, en tant qu'invité pour introduir un thème de conférence que de vouloir gauchement se substituer à un conferencier, quel qu'il soit, et se venter d'avoir développé integralement le sujet, soit-disant pour se faire une publicité. Au contraire, ce que l'on est entrain de démontrer, dans ce cas, c'est surtout son opportunisme, les carences et limites intellectuelles de soi-même, sa malhonêtete intellectuelle, son manque de maîtrise des formules protocolaires dans une grande conférence comme celle organisée par Bes Du Ñakk Belgique... Quand cela vient du Coordonnateur de l'APR au BENELUX, c'est tout simplement PREOCCUPANT.

Nous autres qui étions dans la salle, avions un mélange de sentiment de honte et d'état d'ennui. Certains avaient même demandé aux organisateurs de nous délivrer de ce supplice que représentait pour nous la tirade de M. Diop.

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site




Hebergeur d'image



Hebergeur d'image