Leral.net | S'informer en temps réel



Une partie du monde musulman s'embrase contre "Charlie"

le 17 Janvier 2015 à 15:18 | Lu 329 fois

Une partie du monde musulman s'embrase contre "Charlie"
Le monde n'aura été "Charlie" qu'un bref moment. Le temps que "le numéro des survivants" voie le jour avec en une le symbole que le "journal irresponsable" n'était pas mort, mais toujours déterminé à se moquer de tout et surtout du sacré. La représentation du prophète Mahomet du dernier Charlie Hebdo a suscité l'indignation du monde musulman. Alors que le dernier numéro du journal sera tiré à sept millions d'exemplaires, des manifestations ont éclaté dans plusieurs pays, de plus en plus violentes depuis vendredi.

Niger. Au moins un millier de jeunes se sont réunis près de la Grande Mosquée de Niamey, samedi matin, pour protester contre la caricature. Des "À bas la France", "À bas les tricolores français" ou encore "À bas Charlie Hebdo" ont été scandés par les manifestants. Sur place, des dizaines de policiers antiémeute ont tenté de disperser les protestataires, usant ainsi de gaz lacrymogène. Trois églises ont été incendiées. Les violences s'étendent désormais à plusieurs quartiers de la capitale, dont celui de la cathédrale.

Le centre culturel de Gaza a été tagué

Yémen. Samedi matin, des dizaines de manifestants ont aussi dénoncé la une de Charlie Hebdo devant l'ambassade de France à Sanaa, la capitale du Yémen. Les protestataires ont alors brandi des pancartes sur lesquelles il était écrit "Je sacrifie mon père et ma mère pour notre Prophète" ou "L'armée de Mahomet s'est réveillée".

Gaza. Le centre culturel a été tagué dans la nuit de vendredi à samedi. "Vous irez en enfer, journalistes français" et "Tout, mais pas le Prophète" tapissent désormais le mur d'enceinte du centre culturel français de Gaza. Des policiers sont postés devant le centre, ce samedi.

De violentes manifestations dès le vendredi

Vendredi déjà, des milliers de personnes avaient manifesté après la prière du vendredi, dans la plupart des pays musulmans.

Niger. À Zinder, la deuxième ville du pays, les protestations ont été émaillées de violences. Au moins quatre personnes ont été tuées et 45 ont été blessées lors de la manifestation. Le Centre culturel français de Zinder a aussi été incendié et trois églises saccagées par les manifestants.

Pakistan. Le même jour, un rassemblement anti-Charlie Hebdo a également tourné au drame, à Karachi, dans le sud du Pakistan. Les manifestants ont tenté de s'approcher du consulat de France, s'opposant alors à la police. Un photographe pakistanais de l'Agence France-Presse a été grièvement blessé. Des rassemblements ont aussi eu lieu dans d'autres grandes villes du pays, à Islamabad, Lahore, Peshawar et Multan.

Un drapeau français brûlé à Alger

Mali. Plusieurs milliers de personnes ont également déploré un "affront à l'islam", vendredi, alors que le président malien Ibrahim Boubacar Keïta a participé dimanche à la "marche républicaine", en hommage aux victimes de la tuerie.

Algérie. Aux cris de "Il n'y a Dieu qu'Allah, et Mahomet est son messager", des milliers d'Algériens sont descendus dans les rues pour protester contre la une du dernier numéro de Charlie Hebdo. Le journal satirique a d'ailleurs été interdit de distribution dans le pays. Le drapeau français a également été brûlé par des manifestants.

Ailleurs dans le monde, des manifestations ont aussi éclaté au Sénégal, en Jordanie en Mauritanie et à Jérusalem.

Face à ces mouvements de protestation, François Hollande, en visite en Corrèze, a défendu la liberté d'expression. Le chef de l'État a souligné qu'"en France, toutes les croyances sont respectées. En France, c'est la laïcité ; en France, il y a cette volonté de garder ce qui fait notre force", a-t-il déclaré, ce samedi.
m6media