leral.net | S'informer en temps réel

Une vendeuse de couscous envoûtée et escroquée


Rédigé par leral.net le Samedi 9 Juin 2012 à 15:24 | | 1 commentaire(s)|

Une vendeuse de couscous envoûtée et escroquée
C’est maintenant la traque contre les escrocs opérant en gang dans la banlieue dakaroise. Le quartier Afia sis au 2e étage de la route de Boune a donné le ton, dimanche dernier, avec à la clef le démantèlement d’un réseau de malfaiteurs nichés dans la zone. Parmi les individus arrêtés, un homme qui avait envoûté et escroqué une vendeuse de couscous.



Quatre individus ont été livrés aux limiers de la commune de Yeumbeul pour escroquerie. Il s’agit d’Abdoulaye Cissé, Cheikh Diallo, Saloum Diallo et Goumbo Cissé. Ces derniers sont des natifs du village de Kaboyel de la région de Sédhiou. L’un d’eux a envoûté et détroussé une vendeuse de couscous du nom de Fatou Bop. Il a auparavant convaincu celle-ci de la puissance de feu de ses pouvoirs mystiques avant de la conduire dans sa chambre pour ensuite commettre son forfait. Mais lorsque la demoiselle a quitté les lieux pour rentrer à la maison, les populations de la localité ont découvert les agissements du présumé escroc avant d’assiéger son domicile et le livrer à la vindicte populaire.

L’affaire remonte à la nuit du dimanche 20 mai aux environs de 20 heures. Fatou Bop vend du couscous au niveau du carrefour de Yeumbeul. Un individu du nom d’Abdoulaye Cissé arrive et demande à la fille de lui offrir une pièce de 100 francs pour acheter une bougie. Cette dernière tergiverse et finit par lui filer la pièce de monnaie. Le jeune garçon la remercie et lui formule des prières. Il lui parle aussi de ses connaissances mystiques et ésotériques et se propose de rendre ses activités commerciales florissantes. Il profite aussi de l’occasion et lui demande de venir dans sa chambre. Mais la demoiselle décline l’invitation et promet de passer là-bas dans les jours à venir.

Le bonhomme insiste et parvient à convaincre la marchande. Celle-ci confie alors sa calebasse de couscous à sa collègue d’à côté et se met en route. Elle achète, sur demande du «marabout», un œuf frais et deux papiers blancs. Elle y formule des prières et des souhaits à son arrivée dans la chambre et redonne l’œuf à Cissé. Ce dernier le prend, en fait de même et le pose sur une natte au milieu de la pièce. Il demande alors à la fille de marcher dessus. Celle-ci prend peur et refuse. Elle ramasse ses affaires au sol et tente de quitter la chambre. Mais «l’homme miracle» la rattrape, la rassure et insiste. La demoiselle accepte et marche sur l’œuf qui se casse. Le jeune garçon ramasse les débris par terre et tombe sur une bague, des coupes de cheveux et des fils à coudre. Il exhibe en l’air les objets, remue la tête et dépeint un avenir sombre à la vendeuse qui, à l’en croire, a été maraboutée. Il lui réclame de l’argent sans fixer le montant et soutient être en mesure d’éradiquer le «mal».

La vendeuse de couscous panique, ouvre sa pochette et tombe sur une somme de 600 francs (sa recette journalière). Elle se soucie un peu de la modicité du montant et décide d’aller emprunter de l’argent. Mais le jeune garçon l’en dissuade et préfère se contenter des 600 francs. Elle griffonne quelques écrits coraniques sur un bout de papier blanc et demande à sa cliente de partir. À peine franchit-elle le portail de la maison, Fatou croise net des habitants du quartier qui crient à l’escroquerie en série dans le secteur et menacent de lyncher le «marabout» ainsi que les présumés compères de ce dernier (Cheikh Diallo, Saloum Diallo et Goumbo Cissé). Ils font irruption dans la maison, tabassent le bonhomme de même que ses compères avant d’alerter la police.

La vendeuse de couscous confirme avoir été invitée dans la chambre par le nommé Abdoulaye Cissé pour une séance de démonstration de la puissance des pouvoirs mystiques de celui-ci. Elle affirme toutefois n’avoir subi aucun dommage et soutient avoir remis sans contrainte les 600 francs au jeune garçon. «Je ne porte pas plainte contre lui. Car je lui ai donné l’argent sans aucune forme de violence contre ma personne. Il ne m’a fait aucun mal durant tout le temps que nous sommes restés ensemble dans la pièce. On était seul à l’intérieur», indique la marchande.

Les présumés escrocs ont réfuté en bloc les accusations. Abdoulaye Cissé, le présumé principal auteur des faits, dit avoir été plutôt sollicité par la fille pour des séances de prières en vue de rendre le commerce de celle-ci florissant. Il affirme avoir juste griffonné des écrits coraniques pour la demoiselle moyennant 600 francs. «On ne s’est plus revu depuis lors. C’est aujourd’hui (3juin) que des gens du quartier ont fait irruption dans la maison pour m’accuser d’avoir séquestré la vendeuse. Ils m’ont taxé aussi d’escroc avant de me bastonner. Je n’ai jamais demandé à la petite d’acheter un œuf et des papiers blancs pour une quelconque séance de démonstration de mes connaissances mystiques. Je n’ai pas non plus sorti de l’œuf une bague ni des coupes de cheveux pour ferrer la marchande», renseigne Cissé.

Cheikh Diallo, Saloum Diallo et Goumbo Cissé ont opté pour la même stratégie de dénégations et battent en brèche les accusations de complicité d’escroquerie. Ils ont été néanmoins déférés hier au parquet pour escroquerie par la police de Yeumbeul.




SOURCE:Walf
Vieux Père NDIAYE



1.Posté par thiou le 09/06/2012 19:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

il faut faire tres attention a ses natifs de sedhiou ..kolda...sont des jeunes ki ne conaisent que du mal....afairou you bone rek la niou khame ....

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site




Hebergeur d'image