Leral.net | S'informer en temps réel



Une victime juive de l’attentat de Bruxelles sera enterrée au Maroc

le 11 Juin 2014 à 09:25 | Lu 440 fois

L’attentat odieux du Musée juif de Bruxelles du 24 mai 2014, a fait quatre victimes, dont Alexandre Strens, un jeune de 25 printemps, fils d’une mère juive et d’un père kabyle.


Une victime juive  de l’attentat de Bruxelles sera enterrée au Maroc
Ce jeune a été assassiné lâchement par Mehdi Nemmouch, un extrémiste jihadiste franco-algérien qui ne connait rien de la religion musulmane et qui refuse de répondre de ces crimes immondes devant la justice belge.

Feu Alexandre Strens avait été élevé dans la tradition juive par sa mère, et ses familles paternelle et maternelle ont convenu d’enterrer, le 10 juin 2014, le défunt au cimetière juif de Taza où il reposera pour l’éternité auprès de ses deux grands parents.

Il est exclu que j’utilise ce drame pour faire de la publicité sur le Maroc, mais les lecteurs conviendront avec moi, que la décision prise par les familles d’inhumer à Taza leur défunt dans un cimetière juif constitue la preuve irréfragable que le Royaume du Maroc est un pays où la tolérance religieuse existe et que les lieux de culte et cimetières ne peuvent être profanés ou violés, comme il l’est malheureusement constaté en France et ailleurs en Europe.

Un phénomène qui ira crescendo suite à la percée scandaleuse de l’extrême droite aux élections européennes et au laxisme des autorités concernées mais également aux règlements de compte que se livrent sans pitié les ténors des partis politiques traditionnels pour sauvegarder leur éphémère pouvoir et tenter inutilement d’échapper à la justice.

Une honte, quand on a vu que la France et l’Europe ont été libérées par des musulmans, des juifs, des chrétiens venus du Maroc, d’Algérie, de Tunisie, du Sénégal et de tant d’autres pays africains.

Sans eux, la France et l’Europe seraient encore une colonie nazie et leurs peuples ne doivent pas l’oublier.

Les archives militaires pourront le confirmer, pendant que les généraux français ou autres européens étaient à Londres, à Alger ou loin à l’arrière des combats, les juifs, les arabes, les africains combattaient avec bravoure en Italie, en Provence et Alsace-Lorraine et ont libéré Paris outragé ! Paris brisée ! Paris martyrisée ! Mais Paris libérée ! Comme l’avait déclaré le Général De Gaule à son retour de Londres. Les extrémistes français l’ont-ils oublié ?

Sans eux, ils seraient aujourd’hui des esclaves à la solde de pervers nazis.

Plus tard, ils ont participé activement et avec ferveur à la reconstruction des pays détruits par la guerre. Ils ont constitué la première génération d’immigrés.

Ces juifs, ces musulmans, ces chrétiens, ces arabes, ces africains et ces asiatiques n’ont-ils pas construit les autoroutes de France et de Navare et d’Europe ? N’ont-ils pas été la cheville ouvrière des usines Renault, Citroên et Peugeot ? N’ont-ils pas été les mineurs infatigables dans les Corons du Nord de la France ? N’ont-ils bâti tous ces ensembles immobiliers ? N’ont-ils pas toujours constitué l’ossature de l’équipe de France de foot, de basket, de hand, d’athlétisme, de rugby, tennis, de judo, autres sports ? Ne sont-ils pas majoritairement les Prix Nobel de France et d’Europe ? Ne sont-ils pas les acteurs, chanteurs, humoristes les plus primés ?

Les français et les européens sont malheureusement amnésiques, ingrats et non reconnaissants.

Même la pension militaire accordée à ces vrais libérateurs de la France et de l’Europe est inférieure à celle que reçoivent encore ceux, qui majoritairement, étaient derrière eux dans les combats.

Je conclue mon papier en présentant à la famille, aux proches et amis du défunt mes sincères condoléances. Que le défunt repose en paix auprès des siens.

Farid Mnebhi


Plus de Télé
< >

Samedi 3 Décembre 2016 - 19:54 Fidel Castro : la fin du voyage