leral.net | S'informer en temps réel

Université: la question de la retraite toujours pas résolue, le SAES en route vers une grève générale

Les universités du Sénégal seront paralysées dans les jours à venir. Les différentes sections du SAES, le Syndicat autonome des enseignants du supérieur qui ont débrayé, vont se retrouver samedi prochain pour une réunion du bureau national. Le syndicat veut exprimer sa colère contre le non-respect de l'accord concernant la question de la retraite.


Rédigé par leral.net le Jeudi 9 Mars 2017 à 11:39 | | 0 commentaire(s)|

L'université Cheikh Anta Diop de Dakar
L'université Cheikh Anta Diop de Dakar
Le SAES qui avait annoncé qu'il allait se faire entendre, a mis sa menace à exécution, toutes les universités du Sénégal seront paralysées dans les jours à venir. Le SAES avait annoncé la couleur dès la semaine dernière en indiquant qu'à l'expiration de son préavis de grève le 6 mars 2017, il tiendrait le gouvernement responsable de toute perturbation qui surviendrait dans les universités publiques tout en invitant ses militants à rester mobilisés.

Les enseignants affiliés au SAES disent avoir constaté avec regret et amertume, malgré toute leur disponibilité et leur bonne volonté à oeuvrer pour un climat apaisé dans le sous-secteur de l'enseignement supérieur, que le gouvernement fait preuve de dilatoire dans la gestion du point d'accord sur la retraite.

Déjà en mars 2016, l'organisation syndicale avait convenu avec les autorités sénégalaises un accord qui porte sur quatre points dont le plus important porte sur la modification du régime du fonds national de retraite. Un accord qui devait permettre l'amélioration de la pension de retraite jugée dérisoire par des enseignants du supérieur.

Mais depuis lors, le SAES ne cesse de ruer dans les brancards pour accuser l'Etat de torpiller ce qui était déjà signé sous la supervision du Premier ministre, Mahammad Boun Abdallah Dionne. "Le SAES prend à témoin l'opinion qu'il ne peut plus être lié par la tenue d'une conférence sociale dont l'horizon se déplace régulièrement ( juillet 2016, février, mars 2017) pour la matérialisation de ce point d'accord", souligne le syndicat.

Le SAES a également fustigé la non-convocation par le recteur de l'université de Dakar, de l'Assemblée de l'Université qui est la seule instance délibérative de l'UCAD. D'après les enseignants du SAES, le vote du budget de 2017 et le décret des chercheurs nécessite sa convocation dans les plus brefs délais. Pour ce qui est des contrats de performance, le SAES, section UCAD exige un audit sur ses volets infrastructure et équipement.

Les enseignants du SAES soutiennent que les actions menées par ce programme se sont résumées à l'organisation de séminaires au détriment des filières visant la professionnalisation et du relèvement des plateaux techniques et pédagogiques.

Le SAES souligne que ces situations inacceptables démontrent une fois de plus le laxisme et l'incompétence de l'administration de l'université.

source: walf quotidien










Hebergeur d'image