Leral.net | S'informer en temps réel



Urgences saturées à cause de la grève des médecins? "Le vrai test a lieu ce lundi"

le 29 Décembre 2014 à 11:05 | Lu 196 fois

Alors que SOS Médecins se joint ce lundi au mouvement de grève des médecins, le ministère de la Santé affirme qu'il n'y a eu aucune affluence anormale dans les services d'urgence. Qu'en est-il réellement sur le terrain?


Urgences saturées à cause de la grève des médecins? "Le vrai test a lieu ce lundi"
De nombreux cabinets de médecins généralistes et spécialistes affichent porte close depuis la semaine dernière. A partir de ce lundi, c'est SOS Médecins qui rejoint le mouvement de grève. Logiquement, les malades devraient donc se tourner vers les urgences. Pourtant, le ministère de la Santé affirme que "comme chaque année, à la même période, une tendance à la baisse de l'activité globale des services d'urgence est observée".
Sur le terrain, les sons de cloche sont différents. Comme à l'hôpital d'Amiens où les appels ont doublé voire triplé, rapporte France 3. "On est réquisitionné à tour de bras. Les urgences sont, malgré ce que dit la ministre Marisol Touraine, hyper débordées" comme "à Doullens (Somme) où elles ont doublé leur activité" et "sont en saturation" ou à Beauvais où le SAMU "a failli exploser samedi midi", alors que l'ensemble des services d'urgence de l'Oise étaient "au bord du gouffre", affirme Dominique Ringard, président de SOS Médecins.
Urgences débordées dans l'Oise et en Vendée
En Vendée ou dans l'Oise, le SAMU fait face à "une explosion de demandes de régulation. Donc il semble bien que beaucoup de médecins aient fermé leurs cabinets sans proposer de solutions de remplacement", renchérit Claude Leicher, président de MG-France. A Saint-Nazaire, Ouest-France note une augmentation d'environ 20% de l'affluence. A Roubaix également, les urgences sont débordées, note Le Monde.
A l'hôpital Jean Verdier à Bondy (Seine-Saint-Denis), aucun effet grève ne s'est pour l'instant fait ressentir. "Sur les 110 patients que nous avons eus hier, quatre seulement étaient venus parce qu'ils n'avaient pas trouvé de médecins", explique à L'Express le Dr Romain Dufau, chef des urgences. Les généralistes ont (...)


Lire la suite sur lexpress.fr


Plus de Télé
< >

Samedi 3 Décembre 2016 - 19:54 Fidel Castro : la fin du voyage