leral.net | S'informer en temps réel

VIOL - Ecopant de 3 ans de prison : Le vulcanisateur avait mis la musique à fond pour des rapports discrets

Une partie de plaisir, deux versions. Viol selon la fille, supposée victime ; consentement, se défend le prévenu. Entre les deux protagonistes, la demoiselle semble convaincre plus le procureur qui avait requis une condamnation de 5 ans de prison ferme. Au finish, Mamadou Faye écope de 3 ans de prison pour viol.


Rédigé par leral.net le Vendredi 27 Juillet 2012 à 20:27 | | 0 commentaire(s)|

VIOL - Ecopant de 3 ans de prison : Le vulcanisateur avait mis la musique à fond pour des rapports discrets
Quelques minutes de plaisir pour 3 ans de prison ferme. Ainsi pourrait se résumer la condamnation du vulcanisateur Mamadou Faye par le tribunal des flagrants délits. Il était accusé de viol par la demoiselle Maïmouna Sagne du même village que lui. Un viol qui a d’ailleurs entraîné une grossesse.

Pour obtenir réparation, la demoiselle Sagne a réclamé au prévenu la somme de 5 millions de francs. Une accusation balayée d’un revers de main par la personne mise en cause qui parle de consentement. La fille qui soutient la thèse du viol déclare que Ma­ma­dou, qui revenait juste du village, l’a trompée pour l’amener chez lui avant de la violer. «Il m’a appelée par téléphone pour me dire que ma maman lui a remis de l’eau bénite pour moi. Quand je suis venue à son atelier (à Fass), il m’a demandé de le suivre chez lui pour qu’il me donne la commission. J’ai refusé, mais il a insisté», raconte Maï­mouna qui dira avoir accepté finalement de suivre Mamadou.

Une fois dans la chambre, c’est la mésaventure. «Il m’a demandé de coucher avec lui ; j’ai refusé. Quand il a voulu me forcer, j’ai crié. C’est alors qu’il a pris la télécommande de la mini-chaîne pour augmenter le volume de la musique», ajoute la plaignante. C’est ainsi, si l’on se fie à la version de la fille, que son «bourreau» lui a arraché son hymen.

Quant au prévenu, il s’est livré à une dénégation systématique, tout en offrant sa version. D’après Mama­dou, c’est plutôt la supposée victime qui l’a appelé sans qu’il s’en aperçoive, alors qu’il était dans L’horaire qui devait le ramener à Dakar. «Quand à la descente j’ai vu son appel en absence, je l’ai appelée et elle m’a dit que je lui manquais», rectifie le prévenu. Au bout du fil, poursuit Ma­ma­dou, la fille lui demande s’il était à son atelier. La réponse est affirmative.

«ELLE M’A PROVOQUE»
Maïmouna vient alors à la rencon­tre de Mamadou. Elle lui demande ensuite qu’ensemble ils aillent chez lui. «J’ai refusé. Je lui ai dit que j’ai deux femmes, juste parce que je veux éviter des relations hors mariage.» Le jeune homme dit avoir donné ainsi à la fille 500 francs pour qu’elle rentre chez elle. Lui, se dirige vers sa maison à Colobane. «Mais au lieu de rentrer, Maïmouna m’a suivi chez moi.» Une fois dans la chambre, elle exige de son parent du village qu’il lui fasse l’amour, d’après toujours le prévenu. Il ajoute avoir refusé, mais que la fille a menacé de crier et de dire que Mamadou a voulu la violer. Pen­sant que c’est risqué de laisser la fille crier, Mamadou augmente le volume de la radio avant d’accéder à la de­mande de la «provocatrice».

Face à ces deux versions, la confusion s’installe. Cependant, immédiatement après les rapports, la fille est allée porter plainte à la police. Elle ajoutera que les parents ont voulu mê­me verser une somme de 150 mil­le francs à sa maman pour étouffer l’affaire. Une proposition rejettée par la fille, selon ses dires.

Quant au mis en cause, il a quitté Dakar trois jours après les faits, parce que, dit-il, il devait se soigner de maux de tête à Missira. Un dé­place­ment interprété par le Par­quet com­me une fuite. Con­vaincu de la culpa­bi­lité de Mamadou Faye, il a requis une peine de 5 ans ferme.



Source:lequotidien.sn






Hebergeur d'image



Hebergeur d'image