leral.net | S'informer en temps réel

VIOLENCES CONJUGALES A DIAMAGUEUNE: Une femme et son bébé ébouillantés par une «ñareel»

Parce que son époux l'a abandonnée au profit de sa coépouse pour des câlins qu'elle trouve trop bruyants à son goût, Awa Dia domiciliée au quartier Samba Dramé de Diamagueune n'a pas cherché midi à quatorze pour régler cette affaire. Elle a tout simplement ébouillanté sa coépouse et n'a pas épargné le bébé de cette dernière âgé juste de onze mois. Un acte qui a valu à Awa Dia d'être cueillie par les éléments de la section de recherches du poste de police de Diamgueune-Sicap-Mbao avant d'être déférée au parquet.


Rédigé par leral.net le Vendredi 28 Novembre 2008 à 18:30 | | 0 commentaire(s)|

VIOLENCES CONJUGALES A DIAMAGUEUNE: Une femme et son bébé ébouillantés par une «ñareel»
C'est connu, il est rare de voir des coépouses entretenir de bonnes relations. Très souvent, elles se donnent en spectacle et n'hésitent pas à se crêper les chignons. Mais quand le mari s'y mêle accordant sa faveur à l'une à la place de l'autre, la situation devient délétère et la violence s'invite davantage dans la maison. C'est ce qui est arrivé au quartier Samba Dramé à Diamaguene dans la banlieue de Dakar où la nommée Awa Dia vivait tranquillement avec son mari. Seule dans sa maison, elle s'est toujours "bien occupée" de son mari selon ses voisins. Cela jusqu'au jour où son époux décida de convoler en secondes noces en prenant une deuxième épouse. Une véritable "Drianké" venue de Thiaroye/mer. Après ce second mariage, les deux épouses Awa Dia et Yaye Mbaye Niang se sont retrouvées dans une même maison à Diamagueune. Cependant c'est à croire que la seconde épouse, en véritable léboue, a réussi à ravir la vedette à la première. En effet, briffée par ses parents, Yaye Mbaye Niang a fait étalage de ces astuces dont seules les femmes ont le secret pour ferrer leur mari. C'est ainsi que des câlins bruyants entre la nouvelle épouse et son mari ont fini par excéder Awa Dia, la première épouse, qui s'en est expliquée en ces termes devant les enquêteurs du poste de police de Diamagueune-Sicap-Mbao. « Je reconnais avoir ébouillanté ma coépouse. Depuis quelque temps, ma cohabitation avec cette dame est devenue difficile et la responsabilité en incombe à notre mari qui m'a marginalisée, se permettant même de faire des actes innommables avec ma coépouse à qui elle manifeste plus d'attention». Poursuivant, Awa Dia révèle que son époux n'accomplissait plus son devoir conjugal à son égard : « Cela fait trois mois qu'il ne m'accorde plus mon "tour" », renseigne Awa Dia qui s'est dit alors « trop c'est trop » et décida ainsi de régler son compte à sa coépouse, coupable, à ses yeux, de lui avoir ravi la vedette auprès de son époux. Le mardi 25 novembre dernier, après une banale dispute avec sa coépouse portant sur le couvercle d'une théière, Awa Dia se retire dans la cuisine pour bouillir de l'eau avec laquelle elle a fini par ébouillanter sa coépouse et le bébé de cette dernière. « J'ai saisi cette occasion (la dispute) pour bouillir de l'eau et lorsqu'elle s'est approchée de la cuisine, je l'ai ébouillantée », reconnaît Awa Dia. Le bébé de onze mois que sa coépouse s'apprêtait à porter sur le dos n'a pas été épargné. Atteint par des jets d'eau chaude, M.G (ce sont les initiales du bébé) s'est également retrouvé avec de graves blessures tel que l'a relaté sa mère. « Je suis tombée et presque immédiatement, je me suis levée pour quitter les lieux en courant. Nous avons été ensuite évacués, mon bébé et moi, au centre de santé de Sicap-Mbao ». Deux certificats médicaux, l'un de 35 jours d'Itt pour le bébé et l'autre de 21 jours pour la mère du bébé, ont été joints à la plainte déposée au poste de police de Diamagueune-Sicap-Mbao. À signaler qu'au moment de sa conduite au parquet quarante-huit heures après son arrestation, Awa Dia a regretté son geste avant de solliciter la clémence de la justice.

Source: L'observateur






Hebergeur d'image