leral.net | S'informer en temps réel

Valérie Pécresse Docteur Honoris Causa de l’UCAD : une provocation puérile, ridicule et inutile ( Saes)


Rédigé par leral.net le Jeudi 5 Mars 2015 à 19:39 | | 8 commentaire(s)|

Valérie Pécresse Docteur Honoris Causa de l’UCAD : une provocation puérile, ridicule et inutile ( Saes)
Alors que les vilénies déblatérées par un certain Nicolas Sarkozy à l’UCAD II, en juillet 2007, n’ont pas fini de hanter nos mémoires meurtries tant elles ont été mensongères, abjectes et insultantes pour l’Afrique et les Africains, voilà que les étudiants et les enseignants de l’UCAD sont conviés à une cérémonie, prévue le 06 mars 2015, qui compte consacrer Madame Valérie Pécresse, Docteur Honoris Causa de l’Université Cheikh Anta Diop. Pour honorer Pécresse, le Rectorat de l’UCAD a mis les petits plats dans les grands. De jolis cartons d’invitation ont été envoyés aux différents personnels d’enseignement et de recherche. Les enseignants de rang A et les académiciens sont même priés par le Rectorat de venir en toge !!! Nos professeurs et agrégés sont donc ainsi invités à écouter, en toute solennité, la Leçon de Mme Pécresse : « L’Université, facteur de croissance et de développement ».
Qui est Valérie Pécresse ? Le carton d’invitation se contente de la présenter comme : « Député des Yvelines et ancien Ministre des universités et de la recherche de France ». Pécresse c’est l’ex Ministre des universités et de la recherche de France qui a mené une réforme extrêmement controversée qui a plongé les universités françaises dans une ébullition jamais atteinte ; ébullition qui visait à terme l’évaporation de l’autonomie des enseignants et des chercheurs. En effet, c’est sous le joug d’un certain nombre d’impératifs économiques que sa réforme dite Loi relative aux Libertés et Responsabilités des Universités (LRU) a consacré la précarisation de l’enseignement et de la recherche avec la multiplication exponentielle des précaires (ATER et post-docs) au détriment de vrais postes de titulaires. La LRU a également consacré une évaluation (bibliométrique) catastrophique de la productivité scientifique dans la mesure où elle a institutionnalisé le primat du quantitatif sur le qualitatif. La LRU c’est aussi le retrait du pouvoir de recrutement, d’évaluation et de promotion des universitaires, aux pairs, pour son transfert à des administratifs qui n’ont ni les aptitudes scientifiques, ni les dispositions méthodologiques et encore moins les orientations déontologiques nécessaires pour faire ce travail. Ce fut donc là une balafre criminelle et impardonnable sur l’autonomie scientifique ! Balafre d’autant plus criminelle qu’elle fut savamment préméditée ! Last but not least, la LRU, ce sont des orientations vers un nouveau type de management universitaire qui affaiblit les représentations des enseignants et des chercheurs dans les instances de décision académiques ! Impératifs économiques avons-nous dit plus haut, au rang des motivations de la réforme Pécresse, il faut ajouter à cela des impératifs politiques puisque tous les gens qui savent lire entre les lignes ont unanimement reconnu, à des variantes près, que la LRU porte en creux une même et unique idée : « l’enseignant-chercheur n’est pas économiquement rentable et il est politiquement dangereux ; il faut lui régler son compte » !!!
Dans cette loi que la ministre annonçait comme la grande opération de rapprochement du monde académique et du monde "réel", en particulier des entreprises - figures emblématiques de la société -, l'examen attentif de la présence réelle des personnalités extérieures dans les conseils d'administration des universités en montre le fiasco complet, parallèle, d'ailleurs, avec le très faible rendement de la collecte de fonds via les fondations universitaires.
Le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche du Sénégal, gonflé à bloc par les bailleurs (Banque Mondiale), a décidé de pomper, et de mal pomper d’ailleurs, la LRU à travers sa Loi cadre ignorant ainsi, ou faisant peut-être mine d’ignorer dans une tension suicidaire, que la LRU a multiplié les assemblées générales, les grèves et les manifestations en France ; qu’elle a jeté dans la rue jusqu’à près de 100.000 personnes lors de certaines manifestations, qu’elle a bloqué, pendant des mois, des dizaines d’universités, qu’elle a revigoré toute la communauté universitaire française pour la défense de ses intérêts y compris ceux qui parmi les enseignants et chercheurs, pour diverses raisons, ne semblaient plus éprouver une ardeur syndicale. L’UCAD, que tous les esprits lucides savent être une poudrière ouverte qui n’attend qu’une brindille pour s’embraser, pourrait-elle, sans coup férir, survivre à une telle surchauffe ?
Piqué par on ne sait quelle mouche, l’UCAD a décidé d’honorer Mme Pécresse qui symbolise, plus que toute autre personne, la précarisation, la marchandisation et la privatisation des universités ainsi que la dégradation volontaire de l’autonomie des universitaires. Mesure-t-il le poids de ses responsabilités, mesure-t-il les risques de ce casus belli dans un contexte on ne peut plus délétère ?
Le SAES, par cette déclaration, affirme à l’attention de Mme Pécresse que l’UCAD ne saurait être un laboratoire d’expérimentation de ses idées et que les universitaires sénégalais n’ont que faire de sa leçon : « L’Université, facteur de croissance et de développement » ! Les universitaires sénégalais qui se rendent régulièrement en France, dans le cadre de voyages d’étude ou de colloques, constatent la clochardisation avancée des universités françaises, ce par la magie (maléfique) de ses idées lumineuses, promue par la LRU!!!
Le SAES, par cette déclaration, attire l’attention du Ministre de l’Enseignement Supérieur, Mary Teuw Niane, sur le fait que le destin qui unit sa Loi cadre à la LRU de Pécresse est du même rapport que le destin qui unit un mauvais produit à sa contrefaçon : tôt ou tard tous deux se retrouveront à la poubelle !
Le SAES affirme à l’attention du Rectorat qu’il ne cédera pas à cette provocation inutile, puérile et ridicule !

LA LUTTE CONTINUE !
VIVE LE SAES !!!
VIVE L’ENSEIGNEMLENT SUPERIEUR !!!
Syndicat Autonome de l’Enseignement Supérieur (SAES)
saes.info@gmail.com






Hebergeur d'image



Hebergeur d'image