leral.net | S'informer en temps réel

Vélingara- trafic international de bébés : la Guinéenne, Mariama Diaby, qui a volé un bébé en Gambie arrêtée par la gendarmerie

Guinéenne d’origine, Mariama Diaby séjourne depuis hier en prison. Elle avait volé à Bassé (Gambie), un bébé qu’elle convoyait dans son pays. Elle a été arrêtée à Vélingara (Kolda) par la gendarmerie.


Rédigé par leral.net le Mardi 21 Mars 2017 à 12:19 | | 0 commentaire(s)|

Dans la commune de Vélingara (région de Kolda), un sujet est sur toutes les lèvres ; il s’agit du vol d’un bébé, dérobé dans la ville de Bassé (Gambie) par la ressortissante guinéenne, Mariama Diaby.

Agée de 22 ans, la mise en cause avait quitté son pays natal, il y a de cela quelques semaines, pour se rendre dans la ville de Bassé (Gambie), une localité frontalière distante de 15 Km de Vélingara.

Au cours de son séjour, elle s’est présentée à ses hôtes comme une femme d’affaires. Elle se rend au marché de la ville où elle n’a pas tardé à nouer des affinités avec des commerçantes gambiennes parmi lesquelles, la nommée Adjia Sidibé. La Guinéenne qui avait visiblement planifié son dessein, a jeté son dévolu sur le bébé de sexe masculin de cette dernière.

Mariama Diaby propose à sa nouvelle relation de lui tenir l’enfant, afin que celle-ci puisse s’occuper de ces clients qui avaient envahi son commerce. « La dame en question m’a demandé de lui remettre mon enfant qui pleurait, afin que je puisse marchander tranquillement avec les clients. Ce que j’ai accepté. Il y avait beaucoup de clients autour de moi. Elle a profité de cette situation pour disparaitre discrètement avec mon bébé. Apres moult recherches, j’ai avisé la police » raconte Adjia Sidibé.

Pendant ce temps, la Guinéenne Mariama Diaby avait fini de vider les lieux à bord d’un véhicule de transport en commun en partance pour la ville sénégalaise de Vélingara (région de Kolda). Arrivée au premier poste de contrôle de Badiara (Sénégal), la Guinéenne voleuse d’enfant a déclaré aux policiers qu’elle avait perdu sa pièce d’identité nationale. Elle a cependant présenté aux policiers, un laissez-passer en son nom : Mariama Diaby. Un document qui a expiré depuis deux mois.

Elle est, malgré tout, autorisée à poursuivre son chemin qui l’a conduit à Vélingara. Selon les termes de l’enquête préliminaire, elle a par la suite cherché à rallier la ville de Diaobé, d’où elle comptait embarquer dans un véhicule en partance pour son pays.

Seulement, à court d’argent, elle tente de convaincre un chauffeur de transport en commun de le conduire à Diaobé sans bourse délier, mais en vain. C’est alors qu’elle a décidé de se poster à la sortie de la ville pour faire l’auto-stop afin de rallier Diaobé.

Entre-temps, les hommes du commandant de la brigade de la gendarmerie de Vélingara, Mamadou Diagne, avaient été saisis par la police gambienne de cette affaire. Décision est prise d’occuper sans délai la principale artère qui mène à la sortie de la ville. C’est ainsi que les pandores en faction à la périphérie de la commune sont parvenus à mettre le grappin sur la Guinéenne qui tenait entre ses mains le bébé volé.

Interrogée, elle a reconnu les faits, mais précisé que la mère de du bébé lui a remis son enfant avant de disparaître. L’enfant a été remis à ses parents gambiens. Tandis que Mariama Diaby a été mise à la disposition des policiers gambiens pour être jugée sur instruction du procureur de la République près le Tribunal de Grande instance de Kolda.

L’Observateur

 








Hebergeur d'image