Leral.net | S'informer en temps réel



Vendredi, Paris n’a pas ri… Deux jours après les événements, pour ne pas céder au désespoir et à la peur, la capitale rend hommage et parie sur l’humour.

le 17 Novembre 2015 à 09:10 | Lu 261 fois

Une attaque terroriste, d'une ignominie sans nom, a fait 132 morts et plus de 300 blessés dans des lieux de Paris où la culture vit, où les vannes se multiplient et où les rires ne sont jamais endormis.


Vendredi, Paris n’a pas ri… Deux jours après les événements, pour ne pas céder au désespoir et à la peur, la capitale rend hommage et parie sur l’humour.

 

 


En ce XXIème siècle, comme le disait si justement Pierre Desproges, « nous pouvons rire de tout, mais pas avec tout le monde. »

Malgré tout, en France, chacun est libre de se moquer, de faire des blagues, voire une farce aussi, même si elle est de mauvais goût.

Le plus important lorsque l’on pratique cet exercice, c’est de le faire sans mauvaises intention, sans calomnier, sans blesser ou sans vexer.

Le rire, l’autodérision, les décalages entre « sérieux » et « absurde » sont même la marque de fabrique de notre beau pays. Quelle autre Nation peut se targuer d’avoir des citoyens qui déconnent au 13ème degréà tout bout de champ ?

Panayotis, le jeune chroniqueur talentueux du « Petit Journal » l’a tout de suite compris.

Il s'est rendu Place de la République avec ses amis, dimanche 15 novembre, moins de 48h après les terribles attentats qui ont secoué Paris et la France entière, pour filmer les milliers de personnes présentes afin de rendre hommage aux victimes.

Petit plus pour sublimer ces courts moments : faire lire ou faire dire des blagues aux passants, histoire de se décrisper le faciès avec un petit (ou grand !) "SMILE".
 
Un résultat qui sonne bien en ces temps de deuil :
 


 
demotivateur