leral.net | S'informer en temps réel

Vente aux enchères de biens appartenant à l'homme d'affaires : La Banque Atlantique dépouille Zoheir Wazni

A la requête de la Banque Atlantique du Sénégal, plusieurs biens immobiliers appartenant à Zoheir Wazni seront vendus aux enchères le 08 mars prochain. En cause, une ardoise de 06 milliards F Cfa que la banque réclame à l’homme d’affaires libanais.


Rédigé par leral.net le Jeudi 25 Février 2016 à 11:59 | | 3 commentaire(s)|

Vente aux enchères de biens appartenant à l'homme d'affaires : La Banque Atlantique dépouille Zoheir Wazni
Zoheir Wazni va t-il sortir indemne des multiples poursuites judiciaires initiées contre lui par des banques de la place dakaroise ? Selon les informations de Libération, plusieurs biens immobiliers de l’homme d’affaires sis à la Rue Brière de l’Isle x Rue du Maréchal Gallieni seront vendus aux enchères le 8 mars prochain. Ce, à la requête de la Banque atlantique du Sénégal dont les conseils procéderont à la vente des biens répartis en trois lots.
Cette institution réclame à l’homme d’affaires la rondelette somme de 6 milliards de FCfa contractée par l’homme d’affaires sous forme de prêts au nom d'une de ses sociétés EDS SARL.
Cette dernière s'était portée caution hypothécaire pour le compte de SCP RIM, SCP SANTAL et SCP URANUS, des sociétés contrôlées par Wazni.
Cette vente aux enchères fait suite à l’ordonnance numéro 200/2016 rendue à pied requête le 04 février 2016 par Amadou Samba, juge au tribunal de grande instance hors classe de Dakar.
Pour rappel, Zoheir Wazni avait été inculpé et placé sous mandat de dépôt par le doyen des juges à la suite d’une plainte déposée contre lui par la Société Générale de Banques du Sénégal (SGBS). La SGBS lui réclamait le paiement d’une créance évaluée à 8 milliards de FCfa.
Ecroué au Cap Manuel, il avait bénéficié d’une liberté provisoire après plusieurs mois de détention préventive. L’homme d’affaires libanais est aussi en contentieux avec la Banque Of Africa (BOA).
Le défunt Directeur de cette structure expliquait que Wazni leur devait 06 milliards à travers des prêts contractés au nom de ses deux structures ATOL (05 milliards) et SIPLAST (01 milliard). Tout récemment, il a porté plainte contre «Jeune Afrique» pour diffamation et injures publiques après la publication d’un article au vitriol.






Hebergeur d'image