leral.net | S'informer en temps réel

Venus saisir ses biens, Farba Senghor dit niet à l‘huissier de justice, au commissaire-priseur et au gendarme

Hier, en fin de matinée Farba Senghor a refusé l’accès à son domicile à l’huissier de justice et au commissaire-priseur, qui s’étaient présentés chez lui avec un gendarme. Ces dernier, selon La Tribune, s’étaient rendus au domicile de l’ancien ministre et chargé de la propagande du Parti démocratique sénégalaise dans le but de saisir ses biens dans le différend qui l’oppose à l’artiste Souleymane Diouf dit Fara.


Rédigé par leral.net le Jeudi 21 Mars 2013 à 09:58 | | 2 commentaire(s)|

Venus saisir ses biens, Farba Senghor dit niet à l‘huissier de justice, au commissaire-priseur et au gendarme
Farba Senghor a été condamné en premier instance, le 4 décembre 2009 à payer à Fara la somme 30 millions de francs Cfa. Ce dernier, pour mémoire, l’accuse d’avoir dupliqué et distribué son single dédié à Me Abdoulaye Wade pour animer les meetings lors de la campagne électorale de 2007. Mais Farba Senghor soutient à son tour qu'il s'agit d'une "escroquerie et un acharnement politique" contre sa personne. " L’acte que l’huissier J. S a posé hier en voulant saisir mes biens de mon domicile est illégale. C’est la raison pour laquelle j’ai refusé qu’ils me prennent quoi que ce soit. L’affaire est pendante devant la justice, j’ai fait appel de la décision me condamnant à payer 30 millions de francs à cet artiste et j’attends que le verdict me soit favorable. D’ailleurs le jugement rendu le 4 décembre n’était pas assorti d’exécution provisoire, donc, aujourd’hui, on ne peut pas saisir mes biens ou me contraindre à payer quoi que ce soit", plaide-t-il.



1.Posté par Farba le 21/03/2013 10:37 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

COMMENT PEUT’ON EXPLIQUER LA CASCADE DE MALHEURS QUI ACCOMPAGNENT LA DEUXIÈME ALTERNANCE ???:Les sénégalais se posent des questions sur la recrudescences des malheurs qui s’abattent sur notre pays après la deuxième alternance après les mesures fermes prises par le gouvernement pour promouvoir notre sécurité. Même un ancien militaire a été nomme ministre de l’intérieur pour une meilleure efficacité dans l’atteinte de ses objectifs dans ce domaine. Âpres une année d’observation, les résultats sont catastrophiques et nous faisons face a une involution. C’est le résultat d’une incompétence, d’un malheur divin, de dirigeants porte-malheur….
Presque tous les secteurs de la vie sont affectes par cette insécurité. Les infrastructures,les structures, la société,la culture…..Des malheurs jamais vus auparavant dans notre beau et paisible pays.
Des supporteurs qui saccagent volontairement notre stade Léopold Sedar Senghor par dégoût pour mettre fin a un match de football et caillassent un ministre de la république, en l’occurrence Malick Gackou .
Des accidents des circulations à chaque bout de journée et ses résultats macabres. Aussi bien en zones terrestre ou aquatique. Sans oublier la mort de nos braves pécheurs qui ne sentent aucune protection et laisses a eux-mêmes.
• Les suicides fréquents par immolation, pendaison.
• Les agressions et vols organises avec la masse importante d’armes en circulation.
• Le trafic plus que dense de la drogue et ses dégâts collatéraux.
• Des citoyens, structures ou non, qui attaquent sans arrière-pensée les symboles de l’État. L'attaque à l'ambassade du pays frère le Nigeria est trop édifiant pour ne pas être signalé.
• Des affrontements ouverts entre des communautés avec usage d’armes. On peut citer le dernier exemple des orpailleurs maliens et burkinabais avec un bilan de 9 morts et des dizaines de blessés cette bataille pourrait dégénérer à une guerre entre les 3 pays
• Des maisons et immeubles qui s’effondrent comme des châteaux de paille, et parfois avant leur réception
• L’incursion dans des structures sociétales jadis de références comme les ‘’daaras’’ de la perversion comme le trafic de la drogue, la prostitution, le viol, le proxénétisme…
• Les incendies spontanés dont la fréquence est exponentielle
• La rébellion en Casamance qui ne cesse de s’empirer.
• Les condamnations a mort de sénégalais dans des pays voisins sans aucun respect de voisinage et des textes internationaux.
L’immersion d’un plus grand nombre de nos concitoyens, surtout des jeunes, dans les eaux troubles de la perversions et des lobies à objectifs douteux comme celui des Fra-maçons,des pédophiles, des homosexuels…
• La guerre au Mali dont les incidences se font déjà sentir avec l’infiltration de rebelles au Sénégal.
Le sort des immigres est devenu plus pitoyable. On se soucie plus de leurs drames alors que leurs situations sont plus lamentables.
Le sénégalais doit naturellement se poser des questions devant l’implosion de ces fléaux dans ce court moment qui introduit cette deuxième alternance qui faisait rêver a tant de sénégalais.: Sommes nous plus sécurisés avec la première alternance ? L’État se soucie-t-il réellement de nous pour protéger ? A t-il les moyens de leur politique ?A t-il la vision et les capacités de nous donner cette assurance ?Ou simplement sommes nous dirigés simplement par des oiseaux de mauvaise augure !!!!’’.

2.Posté par Molière le 21/03/2013 17:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

TITRE MAL ECRIT.

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site




Hebergeur d'image