leral.net | S'informer en temps réel

Vers la création d’une université des métiers au Sénégal

Le Sénégal disposera sous peu de sa première université des métiers, a appris APA mercredi auprès de responsables de la Fondation Concorde- Développement solidaire Sénégal lors de la présentation du projet.


Rédigé par leral.net le Vendredi 16 Avril 2010 à 18:26 | | 0 commentaire(s)|

Vers la création d’une université des métiers au Sénégal
Selon M. Michel Rousseau, Président de la Fondation Concorde, le projet sera implanté dans la communauté rurale de Diebène Gandiole situé à 12 km de la ville de Saint-Louis (au nord du Sénégal).
Il estime que le projet répond aux besoins du Sénégal notamment ceux des entreprises. C’est ainsi que les promoteurs entendent mettre l’accent sur un certain nombre de filières.
M. Rousseau avance, (sous réserve de l’accord des autorités sénégalaises) les filières concernant secteurs tels que la santé (métiers d’auxiliaire de la médecine), l’écotourisme, l’hôtellerie, la restauration, les bâtiments et les travaux publics, les télécommunications.
Il y aura également un volet réservé aux énergies renouvelables, le traitement des déchets et l’assainissement. Ce dernier volet justifie la pertinence du choix du site choisi qui est au centre d’une zone connaissant des problèmes d’eau potable.
L’importance des différents volets de formation envisagés par les promoteurs de l’Université des métiers justifie le soutien des autorités de la Chambre de commerce de Dakar d’après le docteur Daouda Thiam, vice –président de cette institution consulaire.
« Ce projet est une réponse au chômage endémique des jeunes qui représentent 30% de la population sénégalaise, a dit le docteur Thiam, ajoutant que le Sénégal a besoin de ressources humaines de qualité dans le cadre de l’emploi salarié et non salarié.
Pour sa part, Jean Christophe Ruffin, ambassadeur de France au Sénégal, classe le projet dans le cadre de la stratégie de la France de lutte contre l’immigration. C’est pourquoi, a-t-il dit, le ministère français de l’Immigration a mis dans ce projet des fonds d’un montant de 1.200 million d’euros.
Moussa Sakho, ministre sénégalais de l’Enseignement technique et de la Formation professionnelle, a précisé que le coût du projet est de 5 millions d’euros dans sa première phase et 2 millions d’euros pour la deuxième.
La pause de la première pierre est prévue pour le premier juin 2010 par le Président Wade.

APA






Hebergeur d'image



Hebergeur d'image