leral.net | S'informer en temps réel
Hebergeur d'image

Victime d’un vol sans effraction dans son bureau : Le maire de Dendori fait emprisonner son fils pour une histoire de 4 millions


Rédigé par leral.net le Mercredi 15 Novembre 2017 à 10:44 | | 0 commentaire(s)|

Membre de l’APR et actuel maire de la commune de Dendori, Bassirou Doro Ly qui s’active également dans l’immobilier, serait un multimillionnaire. Mais pour autant, il n’a pas hésité à faire coffrer son fils aîné, qu’il accuse du vol de ses 4 millions de francs, disparus dans son bureau. Cette affaire-là, il a en fait une question d’honneur. Mais à coup sûr, elle risque de diviser encore sa famille qui ne semble pas lui avoir pardonné de faire emprisonné son propre fils et non moins collaborateur.

Jugé hier devant le tribunal de Dakar, statuant en matière de flagrants délits, en même temps que son ami Modou Diagne qui serait son complice, Karim Ly continue de nier les accusations de vol qui pèsent sur lui. Mais son père qui se dit être victime d’un vol sans effraction, dans la nuit du vendredi 8 septembre 2017, dans son bureau sis au 38, boulevard de la République, n’en est pas convaincu.

A en croire le père de famille, les faits se sont déroulés à son insu, au moment où il se trouvait à son Fouta natal. Un vol commis sans aucune effraction. Et ce qi est paradoxal dans cette affaire, c’est que c'est son fils aîné, le même qu’il accuse de vol, qui l’a informé du vol. Mais le père, sans hésiter, l’a soupçonné tout en déclarant que c’est le seul à avoir les clés de son bureau.

Le père craque à la barre

En effet, dès l’entame de ses explications, le sexagénaire a craqué. A l’en croire : « ce n’est pas la première fois que mon fils fait ce genre de choses et ce n’est pas non plus à cause de l’argent que je l’ai traduit en justice. Si je l’ai fait, c’est pour qu’il assume et accepte son erreur. J’ai constaté que le bureau et les tiroirs ont été ouverts normalement avec leurs clés, et que 2000 dollars, 2500 euros ainsi qu’un chéquier et un ordinateur ont disparu ».

Mais malgré tout, le jeune K. Ly, qui dit avoir un alibi, a persisté dans ses dénégations. « La nuit des faits, je suis passé à la maison avec des amis vers 20 heures 30, puis on est ressorti vers 22 heures pour aller rendre visite à ma sœur Penda.Ly qui se trouve aux mamelles », s’est-il défendu. Ce que cette dernière a confirmé, même si elle a avoué ne plus souvenir de l’heure exacte de leur visite.

A la barre, le jeune homme a noté qu’il avait certes reconnu les faits, mais en réalité, ce n’est pas lui qui a volé l’argent de son père.

Selon lui c’est vers les coups de 21 heures qu’il est entré dans le bureau. Des déclarations battues en brèche par le gardien, qui soutient que c’est vers les coups d’une heure du matin que le fils de son patron et son ami Modou Diagne sont montés dans l’immeuble.

Malgré ces déclarations, l’avocat de la partie civile a réclamé un dédommagement de 4,487 millions pour toutes causes et préjudices.

Pour le procureur, Karim pouvait bénéficier d’immunité parentale, mais les faits sont établis et ne souffrent d’aucune contestation. Ce qui fait qu’il a requis à leur encontre 2 ans dont 6 mois ferme.

Un réquisitoire que l’avocat de la défense, a jugé anormal. « Quand on veut tuer son chien, on l’accuse de rage. Il n’existe aucune preuve pour entrer en voie de condamnation », a dit l’avocat de la défense, qui a plaidé la relaxe.

Finalement, Karim Ly a été condamné à 2 ans, dont 6 mois ferme, là où son présumé complice a été relaxé.



Vox populi








Hebergeur d'image


Hebergeur d'image