leral.net | S'informer en temps réel

Vidéo : « L’éthique et la morale ont disparu de la scène politique sénégalaise », estime Mady Gassama

C’est à une véritable démonstration de force que le Mouvement des Démocrates Sénégalais, MDSE, a convié la classe politique sénégalaise, ce samedi, à Paris. Devant une foule toute acquise à sa cause, M. Mady Gassama, le président, a passé en revue la situation socio politique du Sénégal. Et le bilan qu’il a dressé de la gestion du régime est affligeant.


Rédigé par leral.net le Vendredi 29 Mai 2015 à 14:23 | | 0 commentaire(s)|

Comme s’il voulait lever tout équivoque et balayer tout soupçon de proximité avec un quelconque parti politique, M. Mady Gassama a, d’entrée en matière, martelé que « le MDSE est mouvement politique indépendant et en conséquence se veut un cadre politique d’échange afin de fédérer les compatriotes et les amis du Sénégal autour d’un projet ambitieux de reconstruction d’un Sénégal plus humain

Aux antipodes du « Sénégal où, selon Ibrahima Sonko de l’UCS,  le mensonge d’Etat et l’insécurité règnent en mode de gouvernance« . Si Mady Gassama et ses camarades en sont arrivés à se jeter ainsi, corps et âmes dans l’arène politique, c’est qu’à leurs yeux « la politique, telle que pratiquée, aujourd’hui sur le continent, a des côtés pervers » et sont à la base des échecs successifs constatés à tous les niveaux.

Alors, c’est pour dénoncer ces manières scandaleuses de faire et afin de former des générations de leaders plus humanistes, plus réalistes et ancrés dans les réalités de leurs sociétés que le MDSE a décidé de s’engager pour le Sénégal. S’ils se reconnaissent d’opposition, les Démocrates ont pris leurs distances avec celle politicienne allergique à Macky Sall: celle qui s’oppose frontalement à toute propositions sans rien soumettre à la place.

Au contraire de cette «opposition irresponsable», les Démocrates pensent que « le rôle de l’opposition est de créer des gardes fous capables d’être des contre-pouvoirs » dans le but d’améliorer les conditions de vie des populations. « Le rôle de l’opposition, à en croire Mady Gassama, est de se positionner en force de proposition et de contrôle de la gestion du régime« . Mais, l’attitude  des contestataires, dans son ensemble, aujourd’hui n’est pas reluisante.

Pourtant, malgré cette distance idéologique clairement affichée, l’opposition sénégalaise s’est fortement fait représenter au meeting du MDSE. Et s’est voulut solidaire au combat de l’homme dont le parcours dans l’accompagnement dans la régularisation des sans papiers en France est extraordinaire. Et par la voix de Sidy Fall du MSU en France, elle a invité Mady Gassama et ses camarades à rejoindre le Front patriotique, un melting pot de politiciens frustrés, dirigé par Mamadou Diop Decroix ancien marxiste-socialiste devenu libéral.

Si le MDSE n’a pas opposé une fin de non recevoir à cette demande, il ne s’est pas, pour autant, clairement  prononcé sur de possibles retrouvailles avec les frontistes, se limitant juste à déclarer « être de l’opposition responsable. » En langage moins codé, le MDSE est lucide et mesuré dans son jugement tandis que l’autre partie ne fait que dans le dilatoire et l’excès.

Alors, s’il a brocardé la gestion -des affaires publiques- par l’actuel locataire du palais, il a, en outre, salué les efforts du président dans sa recherche de la paix au sud du pays.

Passant à la loupe la situation économique du pays, le leader du MDSE a fait comprendre qu’aucune mesure sérieuse n’est entreprise par le gouvernement pour le développement agricole du Sénégal. «Des milliards, a-t-il affirmé, sont dépensés chaque année et on ne voit pas les résultats

Alors pour mettre un terme à ce gâchis, Mady Gassama aimerait que des jeunes soient formés à des métiers agricoles et qu’un salaire leur soit versé afin qu’ils se consacrent, uniquement, à ce métier qui est à même de sortir notre pays du sous-développement et retenir les jeunes dans leurs provinces.

A défaut d’appliquer ces mesures révolutionnaires, le pays ira à-vaut-l’eau, les administrés deviendront de plus en plus pauvres, les enfants des élites remplaceront leurs géniteurs aux postes de responsabilité, alors ils ne restera aux enfants des pauvres qu’à prendre le chemin de l’exil: le désert ou la mer, à la quête d’un Eldorado qui n’existe plus, nulle part.

Aussi, dans ce sombre tableau dressé par Mady Gassama, les opposants à Macky Sall n’ont pas le beau rôle. « Ils sont irresponsables ! Par leurs pratiques, ils ne jouent pas le jeu démocratique, ramenant tout à des calculs politiciens« , pense le premier responsable du MDSE. Cette pavée jetée dans la mare des leaders du Front patriotique ne sert, pour autant, pas à faire avancer la barque du camp présidentiel. A en croire le conférencier, « Macky Sall est en train d’appliquer les mêmes pratiques reprochées au défunt régime« . Ces manières de faire qui ont miné le développement du pays depuis son indépendance et qui ont pour noms gabegie, oligarchie, népotisme….

Avant que son leader ne prenne la parole, c’est M. Kara Soly, qui, en sa qualité de chargé de communication,  a ouvert le feu des critiques sur « le régime Sall-Faye », des noms du président et de son épouse accusée d’être impliquée à toutes les prises de position de son mari.

Faisant le bilan du népotisme des gouvernants sénégalais depuis Abdou Diouf, M. Soly a énuméré les nom de Magued Diouf intronisé ministre par son frère, la famille nucléaire Wade qui, après s’être grassement servi, s’est fait accompagner par les enfants d’anciens ténors du pouvoir comme Moustapha Guirassy le fils de l’ancien baron socialiste, Maba Guirrassy, Moustapha Sourang, fils de Maba Sourang

Mais, c’est avec Macky Sall qu’on a battu tous les records du népotisme. A défaut d’imposer ses enfants biologiques -puisqu’ils sont très jeunes-, il a bombardé sa famille à tous les postes de responsabilité. Comme s’il égrenait un interminable chapelet, M. Soly a évoqué les cas Amadou Diallo nommé Consul général du Sénégal en France, frère du ministre sénégalais de l’Intérieur Abdoulaye Daouda Diallo,  Aliou Sall, cadet du chef de l’Etat imposé maire de Guédiéwaye, Mansour Faye, de la fratrie de la Première dame nommé ministre dans le gouvernement de son beau frère. Sans compter celui mainte fois décriée d’Aminata Tall et de sa famille récompensées par des postes depuis le régime d’Abdoulaye Wade.


lindependantnews.com







Hebergeur d'image



Hebergeur d'image