leral.net | S'informer en temps réel

{Vidéo} Soirée du 15 août : Abou Thioubalo étouffe le ravin, Paco Jackson en distributeur de liasses, le couvre en billets de banque

Le 15 août est une date à caractère hautement religieux mais au Sénégal, le caractère mondain a pris le dessus si l’on sait que la célébration est faite dans des conditions qui ne rappelle en rien l’Assomption. En effet, si d’aucuns ont payé le ticket pour se rendre au nord du Sénégal qui a une réputation bien assise, d’autres ont jeté leur dévolu dans les boîtes de nuits de la capitale où bon nombre des artistes donnaient de belles prestations. Parmi ces vedettes de la musique sénégalaise, citons Abou Thioubalo, cette nouvelle trouvaille de la banlieue dakaroise qui lui, aussi, à l’instar de ses pairs, fêtait son anniversaire ou disons son baptême de feu au Ravin night Club. Et de gros moyens ont été déployés pour la réussite de la première sortie de Aboubakry Sy alias Abou Thioubalo de l’ethnie des haalpular lébous.


Rédigé par leral.net le Lundi 17 Août 2009 à 04:17 | | 1 commentaire(s)|


En effet, arrivés sur les lieux vers 01 h du matin, il a fallu entamer quelques « démarches » pour ne pas s’éterniser devant la porte. L’extérieur était déjà noir de monde. A l’intérieur, en cette période de forte canicule, les admirateurs de la nouvelle vedette de Pikine ne sentaient pas la chaleur qui battait son plein. Les filles n’ayant pas trahi leur réputation pouvaient être vues dans des culottes, Maanaa* soutenues par un décolleté pendant que les homme mettaient un tee shirt body et pantalon kaki : été oblige. Mêmes les homosexuels au péril de leur vie, n’ont pas voulu rater l’événement. Tous, comme un seul homme, attendant avec impatience que leur idole apparaisse. En hors d’oeuvre, il leur est servi un nouveau talent qui a eu à interpréter deux morceaux pour tenir en haleine le public qui commençait à ressentir l’effet de la chaleur malgré l’action des plafonniers.

Ce fut aux environs de 02 h du matin que l’atomique Boubabar Diallo alias Dj Boubs est monté sur scène pour maintenir l’ambiance et dérouler le tapis rouge à l’interprète de Solution. Solution ? Vous avez bien dit solution ? La solution était toute trouvée en l’apparition de Abou Thioubalo tant attendu par ce public venu nombreux. Pendant que les instrumentistes de son groupe géraient la balance, Abou, dans un niéetty Abdou (Tenue traditionnelle faite de trois pièces, Ndlr), de couleur jaune, surgit, l’air surpris par ce beau monde qui l’acclamait dans cette salle du ravin devenue trop petite pour servir de cadre à la première sortie de la nouvelle Coqueluche de la banlieue. Mais rien n’y fit, les choses sérieuses devaient commencer.

En guise de lever de rideau, Abou Thioubalo interprétera "Yaye Booy" en hommage à sa mère sous l’oreille attentive de ce public déjà acquis à sa cause dès les premières heures. Passé ce morceau, le rythme s’accélère, alors, il peut défaire le grand boubou pour pouvoir bouger sans aucune contrainte. Le public en extase en redemandait encore et encore. Puis vînt le moment de passer le micro aux autres artistes venus lui témoigner leur soutien. Ainsi, l’entrée en lice de Balla Beye 2 ou Baboye pour les intimes a contribué à mettre en « transe » les adeptes de la lutte qui ne étaient légion dans la salle. C’est après la belle prestation du lutteur que les artistes, Yves Niang, le rappeur Fata ou El Presidente, Alé Dieng, Secka, pour ne citer que ceux là, se sont relayés sur scène afin de prêter main forte à leur petit frère.

Mais il n’y avait pas que les chanteurs qui étaient invités sur scène. Suivez mon regard…Eh oui, vous avez bien vu. Les gros bonnets de la jet set dakaroise aussi étaient de la partie : Les indécrottables m’as-tu vu ! Et dans ce sillage, l’éternel Packo Jackson Thiam de son vrai nom Pape Elimane Thiam avec ses liasses de dollars n’a tout simplement fait que rééditer ses coups connus du grand public. Abou Thioubalo s’est vu couvert de billets de banque au point que la main avec laquelle il recevait les largesses de l’ami d’El Hadji Diouf n’en pouvait plus.

Pendant ce temps, les banlieusards ne montraient aucun signe de fatigue puisqu’ils attendaient l’interprétation de la chanson fétiche de l’opus de leur fils. Sachant l’intérêt qu’ils vouent à ce morceau, ce dernier les fera attendre ! Quatre heures du matin et toujours rien. La salle commence à être vidé de son monde, la chaleur est passée par là mais aussi l’impatience.

Il faut aussi dire que certains devaient faire un tour avec leur compagne afin de profiter des quelques heures qui restaient de la nuit. Même votre serviteur n’a pu attendre l’interprétation de Solution qui était attendue par tous les spectateurs comme un bébé qui au lieu de neuf mois, devait en mettre deux de plus pour venir au monde. Et tout ceci sous l’œil vigilant de mastodontes, certainement recrutés dans l’arène, armés de gourdins et devant assurer la sécurité de la vedette mais aussi de ses admirateurs. Sachez que Abou Thioubalo peut hisser les épaules et crier qu’il a trouvé la solution.

*personnalité

Galsentv.com



1.Posté par HASSANE NDOUR le 17/08/2009 10:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

du courage abou thioubalo, bonne continuation, tu redores le blason des talents de musiciens des pikinois aprés la disparition de ndong lo. conseils: fais des recherches de thèmes et rythmiques musicaux , soit bien organiser autour de ta personnes en gestion financiere, de groupe, en communication, en matériels. sache ke il te reste beaucoup à faire soit un travailleur musical car tun'es k'au début de ta carrière musiscale, éloigne toi des loups autour de toi. QUE ALLAH TE PROTEGE

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site




Hebergeur d'image



Hebergeur d'image


Hebergeur d'image