leral.net | S'informer en temps réel

Vingt porteuses de fistules bénéficient d’une prise en charge

Le ministre d’Etat Ndèye Khady Diop et la directrice du Centre de la CEDEAO pour le développement du genre (CCDG), Aminatta Dibba ont procédé vendredi au lancement de l’initiative pilote de prise en charge de 20 femmes porteuses de fistules obstétricales sur une centaine de victimes ciblées.


Rédigé par leral.net le Samedi 2 Octobre 2010 à 03:06 | | 0 commentaire(s)|

Vingt porteuses de fistules bénéficient d’une prise en charge
Financé à hauteur de 4 millions de francs CFA par le CCDG, cette initiative concerne cinq pays Etats membres de la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’ouest (CEDEAO) dont le Sénégal. Dans chaque pays, 20 victimes seront prises en charge.

Elle entre dans le cadre de la mise en œuvre de son plan stratégique 2009-2010. Cet exercice de phase pilote vise aussi à préparer le terrain pour la mise en œuvre effective d’un projet régional pour l’élimination de ce fléau dans toute la sous-région.

‘’Nous pensons qu’avec cette initiative, nous allons prendre en charge 20 femmes victimes de fistules vésico-vaginales obstétricales que des spécialistes de la santé qui exercent au niveau de l’Hôpital de général de Grand-Yoff (HOGGY) vont opérer’’, a fait part Mme Diop lors de la cérémonie officielle de lancement de l’initiative pilote de prise en charge des fistules obstétricales chez la femme et la fille.

Le ministre de la Famille, des Organisations féminines et de la Protection de l’enfance a relevé que pour le démarrage de l’initiative pilote, ‘’trois femmes ont été opérées et sont maintenant en parfaite santé’’. Les 20 femmes qui vont bénéficier de ces opérations de réparations de fistules vésico-vaginales obstétricales viennent en plus de Dakar, des régions de Kolda, Kaolack, Tambacounda.

Au vu du succès enregistré dans les premières opérations de réparation chirurgicale, avec les premières femmes bénéficiaires, le ministre d’Etat a salué l’équipe médicale de l’hôpital pour le travail abattu dans l’accueil et la prise en charge des malades.

‘’Après ces opérations, poursuit-elle, nous pensons qu’il est important d’œuvrer à la réinsertion de ces femmes porteuses de fistules’’, précisant que ‘’le plus important reste la prévention par une bonne communication pour éviter la maladie et la stigmatisation’’ car la femme ou la fille qui en souffre est souvent abandonnée ou délaissée par son entourage, sa famille et par toute une communauté.

Aussi a-t-elle souligné l’importance de la prévention en matière de santé de reproduction. ‘’Nous avons besoin de l’appui de tout un chacun, des organisations de femmes des toutes les populations pour une prévention de ces grossesses précoces chez les adolescentes’’ à l’origine souvent de ces fistules, a-t-elle ajouté.

Partenaire du ministère de la Famille, des Organisations féminines et de la Protection de l’enfance, dans cette initiative pilote pour la prise en charge des porteuses de fistules, la directrice du CCDG a estimé, pour sa part, que ‘’la santé des femmes mérite une attention toute particulière car elles rencontrent d’énormes difficultés à obtenir les soins de santé dont elles ont besoin’’.

‘’Très souvent, la santé reproductive des femmes est fortement compromise et dans des cas extrêmes, les femmes peuvent être mutilées à vie ou même perdre la vie’’.

Aminatta Dibba a indiqué que la fistule obstétricale est l’un des problèmes fondamentaux en matière de santé de la reproduction des femmes qui se pose dans la région de la CEDEAO et dans d’autres parties du monde en développement.

‘’Ainsi, compte tenu de la gravité des conséquences que la fistule obstétricales a sur la femme et leur entourage et pour donner une meilleure vie, le centre de la CEDEAO pour le développement du genre (CCDG) a pris l’initiative cette année d’opérer une centaine de femmes porteuses de fistule’’, a expliqué Mme Dibba.

APS






Hebergeur d'image





Hebergeur d'image