leral.net | S'informer en temps réel

Violence à ascendant : Samba Laobé Diop violente sa propre mère, la menace de mort et risque 6 mois ferme

Le sieur Samba Laobé Diop n’a décidément rien d’un bon fils. L’enfant indigne n’a en effet rien eu de mieux à faire que d’asséner sévèrement des coups à sa vieille mère âgée de plus 80 ans. La bonne dame Fatou Seck, n’en pouvant plus des menaces de mort de sa progéniture, a esté en justice. A l’origine de l’affaire: une histoire d’héritage.


Rédigé par leral.net le Mercredi 22 Juin 2016 à 03:40 | | 2 commentaire(s)|

C’est une vieille dame inquiète et déboussolée qui s’est présentée à la barre du tribunal des flagrants délits de Dakar pour poursuivre son propre fils pour violence et menace de mort. Interpellée sur les raisons du couac entre et son fils et elle, la dame déclare : «à son décès, mon mari a laissé une maison, une somme d’argent et du matériel en guise d’héritage. Quelque temps après, mon fils a commencé à réclamer sa part de l’héritage. La famille s’est donc réunie pour vendre la maison et un de mes fils vivant en France a décidé d’acheter la maison. L’affaire est donc réglée et chacun a reçu sa part. Mais seulement, deux ans plus tard, Samba m’a appelé pour me dire qu’il est malade et qu’il voulait être aux côtés de la famille. Je n’y voyais pas d’inconvénients. Cependant quelque temps plus tard, il a voulu qu’on refasse la distribution de l’héritage. Ce que j’ai naturellement refusé. Depuis, il ne veut rien entendre. Il passe son temps à nous insulter et à nous violenter. Un jour, alors que les enfants étaient en train de se battre, la bonne Falla Niang est allée les séparer par peur qu’ils se blessent entre eux. C’est sur ces entrefaites que Samba a surgi pour nous administrer des coups à moi et à la bonne», a dit la mère de famille.

Des propos rejetés, à la barre, par le prévenu qui, prend sa mère comme responsable de tous les malheurs qu’il subit dans la maison. Donnant sa version des faits, le jeune homme déclare : «ce jour-là, j’ai trouvé ma mère, mes sœurs et la bonne en train de frapper ma femme parce que nos enfants se battaient. Alors pour séparer mon épouse avec ces dernières, j’ai asséné un coup à Falla Niang qui était en train de violenter ma femme, mais je n’ai rien fait à ma mère», s’est défendu Samba Laobé qui indique que l’héritage n’est pas fini. Prenant ses réquisitions, le procureur a estimé que les faits sont constants. Il a par la suite demandé que le sieur Samba soit condamné à 6 mois de prison ferme. De son côté, l’avocat de la défense a renseigné que son client est le fils mal aimé de la famille avant de plaider pour la relaxe pure et simple. Le délibéré est fixé pour le 27 juin prochain.

Sidy Djimby NDAO (Jotay.net)






Hebergeur d'image





Hebergeur d'image