leral.net | S'informer en temps réel

Violence post-électorale en Afrique : comment le Smartphone peut-il être un remède contre la falsification des résultats

En nous interrogeant récemment sur les élections présidentielles en Afrique, nous avions déjà mis à l'index un certain nombre de pays qui ne remplissaient pas les critères élémentaires de crédibilité. Le Gabon vient de s'y ajouter en commettant la plus grave des fautes : une totale opacité dans la publication des résultats.


Rédigé par leral.net le Dimanche 18 Septembre 2016 à 17:33 | | 1 commentaire(s)|

En nous interrogeant récemment sur les élections présidentielles en Afrique, nous avions déjà mis à l'index un certain nombre de pays qui ne remplissaient pas les critères élémentaires de crédibilité. Le Gabon vient de s'y ajouter en commettant la plus grave des fautes : une totale opacité dans la publication des résultats.

Pourtant, le pouvoir gabonais ne pouvait pas ignorer qu'il n'est désormais plus possible de tricher sur les chiffres depuis que chaque électeur détenteur d'un Smartphone est devenu une commission électorale et une Cour constitutionnelle à lui tout seul. Il lui suffit d'assister au dépouillement dans son bureau de vote, de photographier le procès-verbal et de l'envoyer à une plateforme de compilation des résultats. Cette remontée parallèle des résultats est d'autant plus facile au Gabon, où l'on compte à peine plus de 2 500 bureaux de vote, et où le taux de pénétration de la téléphonie mobile était de 171 abonnés pour 100 habitants en 2014.

Quelques heures après la fermeture des bureaux de vote, dans la nuit du 27 août 2016, les états-majors politiques, les journalistes et les chancelleries avaient les bons chiffres. Apparemment, ce n'était pas le cas de la Commission électorale nationale autonome et permanente (Cénap) dont on avait déjà remarqué qu'elle ne disposait même pas d'un site internet.

Il faut croire qu'Ali Bongo n'avait pas pris conscience des risques que cette avancée technologique faisait courir aux autocrates qui travaillent encore « à l'ancienne ». C'est ainsi qu'il a attendu trois jours pour fermer l'accès à l'Internet, contrairement à ses pairs Denis Sassou N'Guesso au Congo voisin et Idriss Deby au Tchad, qui avaient coupé toutes les connexions pendant le scrutin et même prolongé la mesure pendant un certain temps.

Maladroitement (et tardivement), les autorités gabonaises ont tenté de jeter le discrédit sur les remontées parallèles des résultats en accusant des hackers ivoiriens de diffuser des procès-verbaux falsifiés, sans imaginer qu'une telle manœuvre ferait long feu puisque – comme indiqué plus haut – chaque électeur est en mesure de vérifier si les résultats de son bureau de vote sont conformes à ce qu'il a vu (et éventuellement photographié).

Alors, pourquoi cartographier quand même les résultats de la Cénap ? D'abord parce que ce sont les seuls qui nous sont parvenus à ce jour, Jean Ping n'ayant pas diffusé de résultats contradictoires. Ensuite parce que les trois cartes proposées aujourd'hui sur le site de LAMencartes s'inscriront peut-être un jour dans l'histoire électorale de l'Afrique, du côté obscur. Il n'est d'ailleurs nul besoin de les commenter, car elles parlent d'elles-mêmes.
Et si, malheureusement, l'issue de cette crise devait tourner du côté de la realpolitik (« On sait qu'il a triché, mais il est le seul garant de la stabilité »), on pourra toujours lire ou relire le roman d'Ahmadou Kourouma, En attendant le vote des bêtes sauvages, qui demeure une référence en matière de démocratie africaine.
Landing DIEDHIOU, Leral.net






Hebergeur d'image