leral.net | S'informer en temps réel

Violences faites aux filles en milieu scolaire : 124 cas en 9 mois au Sénégal

Une enquête médiatique de l’ONG Action Aid sur les violences faites sur les filles en milieu scolaire (VFMS) qui couvre la période allant de juillet 2009 à mars 2010 classe le Sénégal premier sur 18 régions de l’Afrique. Action Aid a tiré la sonnette d’alarme sur la gravité de la situation lors d’un atelier de formation des professionnels des médias sur « les violences faites aux filles dans le secteur de l’éducation » organisé en partenariat avec Plan international du 1er au 4 juin 2010 à Mbour.


Rédigé par leral.net le Jeudi 3 Juin 2010 à 14:55 | | 2 commentaire(s)|

Violences faites aux filles en milieu scolaire : 124 cas en 9 mois au Sénégal
L’étude médiatique menée par l’Ong Action Aid a permis de compiler et d’analyser dans les médias nationaux de 18 pays, où elle a des bureaux, les cas de violences faites aux filles en milieu scolaire (VFMS) comme obstacle à l’accès, au maintien et au succès à l’école. Au total 574 cas ont été répertoriés du 1er juillet 2009 au 31 mars 2010 dans les 18 pays. Le Sénégal occupe la première place avec 124 cas (sur cinq quotidiens), suivi du Kenya 103 cas (sur trois quotidiens), de la Gambie 89 cas (sur un quotidien), du Ghana 79 cas (sur cinq quotidiens).



Le juriste Mame Ngor Diouf qui a exposé sur les instruments juridiques de protection des enfants a invité les journalistes à ne pas déclarer à la hâte un viol sans enquête judiciaire préalable, mais parler d’attentat à la pudeur ou d’abus sexuel. « Seul le juge est habilité a déclaré un viol » a-t-il souligné.

Les victimes quant à elles doivent se présenter à l’établissement de santé dans les 72 heures qui suivent le viol pour la collecte des preuves. « Il faut laisser intacts tous les éléments susceptibles de constituer des preuves de viol tels que les cheveux, les habits déchirés, les taches de sperme et de sang etc….et mettre l’accent sur le suivi psychosocial » a soutenu Kandakhassé Kanouté consultante en santé de la reproduction. Et le juge Mame Ngor Diouf d’ajouter que « chaque nouvelle répétition du drame constitue une nouvelle agression » dans le cadre de l’enquête d’où la nécessité de trouver d’autres méthodes.

Awa Diédhiou

Visitez www.pressafrik.com



1.Posté par degue le 03/06/2010 15:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

il n y'a plus une fille vierge au senegal en ce moment , soit elle est violée ou elle a goutte le sexe par son propre gré

2.Posté par vivi le 03/06/2010 18:34 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

hamal sa boppe mes gni donne bakh ba tay ngon qui bakh

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site




Hebergeur d'image