leral.net | S'informer en temps réel

Violente agression de talibés à Thiès : La Fédération nationale des 'daaras' condamne, menace la presse et indexe l'Etat

La Fédération nationale des 'daaras' du Sénégal a vivement condamné l'incident qui s'est produit, samedi, au niveau du 'daara' de Serigne Bassirou Kane, à Thiès. Les responsables de ladite fédération, qui se sont rendus dans ce 'daara', hier, ont condamné l'acte avant de s'en prendre vivement à la presse.


Rédigé par leral.net le Mardi 11 Août 2015 à 10:02 | | 3 commentaire(s)|

Violente agression de talibés à Thiès : La Fédération nationale des 'daaras' condamne, menace la presse et indexe l'Etat
Le vice-président, Mouhamadou Amine Fall estime que le 'daara' est un lieu privé comme tout autre demeure où un délinquant peut s'introduire et faire ce que Moustapha Ngom, le présumé meurtrier, a fait. "Mais pourquoi accentuer le fait sur le 'daara'", s'est-il interrogé poursuivant dans les colonnes du Pop : "Nous n'accepteront pas que des inconnus disent du mal des 'daaras'. Car ce n'est ni de la négligence ni de l'insécurité de la part du Serigne 'daara'", fulmine-t-il considérant qu'il n'y a pas d'effet sans cause. Aussi, pointe-t-il du doigt l'insécurité qui règne dans le pays. Il demande que la presse se limite aux faits et arrête de s'appesantir sur des émissions inter-actives où le citoyen dénigre les Serignes et les 'daaras'. "Nous exigeons que la presse se limite seulement aux faits, les émissions inter-actives, nous n'en voulons pas. La Fédération ne permet à aucune presse ni à un individu de vouloir exploiter les faits en accusant les maîtres coraniques. Nous le déclarons solennellement, nous ne permettrons à aucun média local comme national de faire des émissions inter-actives sur ce thème mais aussi de nommer les enfant et le Serigne", menace-t-il. Mouhamadou Amine Fall d'enfoncer le clou : "La Fédération ira même jusqu'à porter plainte contre toute personnes qui nommera le Serigne 'daara' ou bien les enfants. Il y a une faille et s'il y a des questions à poser, il faut s'adresser aux services sécuritaires. Car l'insécurité est toujours dans la pays. Laissons la police faire son travail". En guise de conclusion, le vice-président avertit les services en charge de l'enquête. "Il ne faut pas que le dossier soit traité à la légère. il ne faut pas qu'on vienne nous dire que Moustapha Ngom alias Dubaï n'était pas lucide au moments des faits ou est un déficient mental. Nous ne l'accepterons pas", a-t-il martelé.






Hebergeur d'image





Hebergeur d'image