leral.net | S'informer en temps réel

Viviane Bampassy : "Nous travaillons pour avoir un nouveau système de rémunération des agents de l'Etat"

Le ministre de la Fonction publique, du Renouveau du service public et de la rationalisation des effectifs travaille avec celui de l’Economie et des finances pour l’avènement d’un système de rémunération «juste et équitable» des agents de l’Etat, a appris l’Aps.


Rédigé par leral.net le Jeudi 14 Avril 2016 à 12:00 | | 3 commentaire(s)|

Viviane Bampassy : "Nous travaillons pour avoir un nouveau système de rémunération des agents de l'Etat"
«Le chef de l’Etat sait qu’il y a un problème et, aujourd’hui, nous travaillons à trouver des solutions avec nos collègues des finances pour avoir, à terme, un nouveau système de rémunération des agents de l’Etat qui sera juste et équitable», a dit le ministre de la Fonction publique. L’étude menée sur le système de rémunération des agents de l’Etat a montré «un système désarticulé et à plusieurs vitesses avec des disparités énormes en termes de traitement salarial», a soutenu Viviane Laure Elizabeth Bampassy qui était, mercredi, l’invitée de la rédaction de la Rts. «La question des rémunérations est une question récurrente, et le forum sur l’Administration a été un débat ouvert entre le président et les directeurs nationaux sur plusieurs questions, notamment sur cette question cruciale», a-t-elle souligné.
«Le Gouvernement avait fait une étude sur le système de rémunération des agents de l’Etat qui était un engagement avec les partenaires sociaux», a rappelé Mme Bampassy. «Des agents qui sont d’une même catégorie ont des disparités énormes en termes de traitement salarial et il faut tout remettre à plat», a-t-elle dit sans évoquer en détail «ce qui va être fait». La Fonction publique ne gère pas le traitement salarial des agents, mais le ministre a proposé de «revoir déjà la grille salariale qui date de 1961, de revoir tout le package d’indemnités données aux agents de façon désordonnée». En effet, a souligné le ministre, «des indemnités ont été données à des corps et pas à d’autres», une situation qui a créé des «frustrations». «C’est tout le dispositif bâti depuis 1961 qu’il va falloir revoir et on ne peut pas faire ce travail tout de suite et maintenant», a relevé le ministre qui ajoute que des dysfonctionnements ont été pointés dans l’étude avec un point indiciaire bloqué, des indemnités octroyées de «façon anarchique» et pour lesquels il faut «trouver des solutions».






Hebergeur d'image