Leral.net | S'informer en temps réel

Voici quelque raisons de détester encore plus les chats !

le 26 Février 2015 à 08:00 | Lu 1556 fois

Voici quelque raisons de détester encore plus les chats !
Cela fait depuis bien des années que les propriétaires de chats et les propriétaires de chiens sont en guerre, chacun vantant les mérites de leurs animaux de compagnie respectifs.
 
Mais récemment, des scientifiques et des chercheurs ont commencé à s’en mêler — et la plupart des résultats de leurs études ne sont pas vraiment en faveur de l’équipe « chats », malheureusement pour eux."Je hais les humains" — Noisette, chat domestique (Felis silvestris catus)
 
Selon les chercheurs, comparés aux chiens, les chats n’ont absolument pas le même genre d’attachement émotionnel à leurs maîtres, et quand ils ressentent un vague sentiment d’affection, c’est beaucoup moins fréquemment que ce que vous pouvez bien penser ! Comme si cela ne suffisait pas, ils représentent un véritable désastre écologique, en tuant littéralement des milliards d’oiseaux rien qu’aux États-Unis — beaucoup de ces oiseaux appartenant à des espèces en danger.
 
Plus alarmant encore, il y a des preuves irréfutables qu’un parasite que l’on trouve le plus souvent dans les déjections de chats peut subtilement modifier la personnalité des gens au cours du temps, augmentant du même coup le taux de névrosisme, de schizophrénie et peut-être même de suicide !  Oui, même quand ils chient, les chats nous veulent du mal.
 
Bref, chaque nouvelle recherche scientifique apporte de nouveaux éléments qui viennent s’ajouter au monceau de preuves accablantes que les chats ne sont rien d’autre que des bâtards sans cœur, égoïstes et qui bousillent l’écosystème en plus de ça. Si jamais vous avez besoin de convaincre quelqu’un de ne PAS acquérir un chat, voici l'article que vous devez absolument leur faire lire !
 
Selon toute vraisemblance, votre chat ne vous aime pas "C'est n'importe quoi cet article, regardez-moi ce regard plein d'amour et d'affection !" — Mme Michèle, à propos de son chat tigré.       
 
Peut-être qu’il ne vous déteste pas non plus, allez savoir ! Mais en tout cas, si Patapon vous paraît adorable et empli d’amour, il y a de fortes chances pour que vous soyez simplement en train de projeter vos fantasmes sur lui… Parce qu’il s’en cogne de vous, comme de l’an 40.
 
Daniel Mills, un vétérinaire et chercheur de l’Université britannique de Lincoln est un amoureux des chats, c’est important de le préciser. On peut même le voir en compagnie de son chat sur son profil sur le site web de l’université ! Pourtant lui aussi a bien été obligé de se rendre à l’évidence et d’abandonner ses rêves naïfs pour le bien de la science, lorsqu’il a découvert la triste vérité. Les expériences qu’il a conduit avec ses collègues suggèrent en effet que les chats, dans l’ensemble, n’aiment pas leurs propriétaires en retour — du moins pas comme le font les chiens.
 
Pour en avoir le cœur net, ils ont mené une petite expérience que l’on utilise aussi avec les jeunes enfants pour la recherche en psychologie infantile. Ils ont donc essayé d’analyser le comportement des animaux lorsque leur maître est présent puis qu’il s’absente, comparé à une personne que l’animal ne connaît pas. Si les chiens  éprouvent une sensation de manque lorsque leur maître les quitte, et qu’ils interagissent davantage avec lui à son retour, le chat lui s’en fiche royalement et son comportement ne change pas si leur maître (ou une autre personne que lui d’ailleurs) s’en va et qu’il revient. Daniel Mills, désabusé, explique que « si les propriétaires s’investissent parfois beaucoup émotionnellement dans leur relation avec leur chat, cela ne signifie pas que le chat s’investit de la même manière ».
 Quand vous appelez ce chat, il vous regarde d'un air condescendant.
 
On pourrait juste croire que les chats sont simplement idiots, qu’ils ne réalisent pas vraiment qui vous êtes et que c’est pour cela qu’ils ne réagissent pas, mais pas du tout ! Non, au contraire, le chat est en fait  un animal plutôt intelligent.
Par exemple, deux chercheurs Japonais ont conduit une expérience qui prouve que le chat sait quand vous l’appelez, et qu’il reconnait son nom. C’est juste qu’il s’en fout complètement et qu’il choisit délibérément de vous ignorer. Peut-être même que ça l’amuse, petit ingrat qu’il est !
 
Mais pourquoi une telle différence entre les matous et les toutous ? Selon certains scientifiques, il se pourrait que cela soit dû à l’histoire de leur domestication et à la sélection naturelle ! Les chiens ont été domestiqués par l’homme il y a environ 15,000 ans contre 9,000 ans à peine pour les chats. On pense aussi que les chiens ont été sélectionnés activement par l’homme (pour les aider à garder les bêtes et à se protéger) alors que les chats se sont probablement sélectionnés eux-mêmes, parce qu’ils mangeaient les rats qui mangeaient les réserves de nourriture.   
 
Votre chat ne vous montre pas vraiment son affection Ce chat possède en tout deux humains, trois fauteuils et six tabourets
 
Alors on voit déjà venir la secte des vieilles à chat qui vont dire « Oui mais MOI mon chat à moi il m’aime, même qu’il me montre son affection, il ronronne et tout et puis il frotte sa tête contre moi et il est tout doux ». ERREUR ! Grossière erreur, vous n’y êtes pas du tout ! Votre chat n’est pas différent des autres, désolé de vous décevoir. En fait, la plupart du temps, ce genre de comportement sont en fait perpétrés avec des objectifs entièrement différents en tête, et la réalité est beaucoup moins sexy...
 
La plupart des chats viennent se frotter contre la jambe de leur propriétaire (ou de tout autre humain d’ailleurs) dès qu’il entre dans la pièce. Il est facile pour nous autres de s’y méprendre et de percevoir cela comme une démonstration d’affection. En fait, le chat possède des petites glandes sur son corps, qu’il frotte un peu partout pour marquer son territoire avec son odeur. Le chat sauvage fait cela sur des arbres, mais votre chat à vous fait cela sur les pieds des chaises, les fauteuils, les murs, et sur vous. En clair, vous ne valez pas mieux à ses yeux qu’un arbre ou que votre table basse, vous faites juste partie intégrante du paysage et donc de son territoire. Vous êtes une simple chose qui lui appartient, il faudra vous faire à cette idée.
 
Parlons du ronronnement maintenant, tiens. En 2009, une étude a montré qu’il y avait deux grands types de ronronnements que le chat fait en présence de l’humain. Quand il a faim, et quand il n’a pas faim. Lorsqu’on a demandé à des humains d’évaluer ces deux types de ronronnement, le bruit émis par le chat qui a la dalle était beaucoup plus déplaisant. On ne sait pas encore tout à fait pourquoi le chat ronronne, mais il semblerait bien  que les chats ont acquis au fil du temps une manière de ronronner qui a pour effet de déclencher une réaction chez l’humain faisant appel à son instinct de protection. Ils ne le font pas tout le temps, mais ils le font quand ils ont faim parce qu’ils savent par expérience qu’ils obtiendront des résultats.
 
Vous êtes choqué ? Pas de caresses pour votre chat ce soir ? Tant mieux, vous répondrait-il (s’il savait parler). En effet, il semblerait bien que les chats n’apprécient pas particulièrement qu’un humain les caresse : En 2013, Mills et d’autres chercheurs ont mesuré le niveau de stress de plusieurs chats. Ils ont ainsi découvert que les chats qui se laissaient caresser avaient un plus gros indice de stress après coup que ceux qui détestaient tellement ça qu’ils préféraient se faire la malle avant d’être caressés. Donc si vous privez votre chat de caresses, vous lui rendez en fait une faveur !
 
Les chats génocident la faune sauvage Un chat en train d'assassiner sauvagement et sans remords une mésange. 
 
Ok, les humais aussi… Mais dites-vous bien que les chats sont une espèce invasive ! Ils viennent du continent Asiatique au départ, et si dans certaines régions du monde la faune sauvage est très bien adaptée à ce type de prédateurs, ce n’est pas le cas d’autres régions du monde. Ainsi, pour tout le continent américain, les animaux sauvages sont sans défense vis-à-vis de ce nouveau prédateur. Les chats qui ont accès à l’extérieur ont une activité carnivore, et cela a un effet désastreux sur les oiseaux sauvages et les populations de petits mammifères. Le pire, c’est que cela arrive même quand les chats sont bien nourris et qu’ils n’ont pas besoin de chasser pour survivre (pour leur défense, c’est instinctif)
 
Bien sûr, ils ne sont pas les seuls, les chiens errants ont eux aussi un effet terrible sur l’environnement sauvage, quand ils ne répandent pas certaines maladies (comme la rage). Pourtant, en termes de chiffres, les chiens ne peuvent pas prétendre à un carnage aussi conséquent que les  chats, même si ces derniers sont beaucoup plus petits… Les chats tuent environ entre 1 à 4 milliards d’oiseaux par an rien qu’aux États-Unis et entre 7 et 20 milliards de petits mammifères…
 
Cela peut vous paraître peu important, mais sachez qu’il s’agit d’un véritable problème environnemental, surtout quand on sait que les chats ne font pas de différence entre les espèces en danger ou en voie d’extinction et les autres. Ils tuent pratiquement autant d’oiseaux que d’autres menaces d’origine humaine, comme la collision avec des antennes, des voitures ou des éoliennes…
 
Rassurez-vous si vous possédez vous-même un chat, vous pouvez empêcher les tueries nocturnes de votre mini-fauve domestique en faisant quelques petits trucs très simples : laissez-les sortir uniquement la journée et pas la nuit, ou bien mettez un petit grelot ou une clochette à leur cou pour que leurs proies éventuelles les entendent quand ils approchent. En plus, si jamais il se perd, vous le retrouverez plus facilement !
 
Votre chat est peut-être en train de vous rendre cinglé Coupe transversale d'un kyste infecté par le Toxoplasma gondii, dans le cerveau d'une souris de laboratoire
 
Enfin, il y a ce lien étrange et plutôt dérangeant entre les chats, un parasite appelé Toxoplasma gondii, et les litières.
 
Ce parasite peut infecter à peu-près tous les animaux existants — humains inclus — mais il ne peut se reproduire que dans les intestins des chats. Pour arriver dans ce petit lit d’amour douillet que sont les tripes de votre minou, il n’y a pas 36 solutions : Toxoplasma infecte d’abord un rongeur puis il modifie subtilement son comportement en prenant le contrôle de son cerveau, supprimant la peur des prédateurs. En d’autres termes, une souris infectée aura de très fortes chances de se faire boulotter par un chat, tout ça pour que le parasite puisse s’adonner aux joies de l’orgie intestinale.
 
Ok, c’est assez flippant comme truc, mais il y a bien pire. AU cours des dernières années, des scientifiques ont commencé à suspecter le fait que ce petit parasite puisse altérer le comportement humain de manière similaire. Les humains attrapent le plus souvent Toxoplasma gondii en manipulant la litière de leur chat (parce que les œufs vont ensuite dans les crottes). Ne soyez pas surpris, nous vivons tous avec une faune énorme de bactéries et de petits parasites qui sont en permanence sur nous, et Toxoplasma gondii est très commun, il est même très probable qu’il vive en vous si vous possédez un chat. Ce qui est vraiment fou en revanche c’est qu’il y a de nombreuses preuves qui montrent que ce parasite peut opérer des petits changements très subtils au niveau de la personnalité d’un humain, au cours du temps…
 
Alors bien sûr, nous ne sommes pas des souris, et le parasite aura beau essayer, il y a peu de chances qu’il parvienne à ce que vous soyez bouffé par votre chat. Mais les vraies conséquences de ce parasite sont encore plus troublantes. Les personnes infectées ont plus de chances de devenir névrosés ou schizophrènes, et ils ont des réflexes légèrement plus lents lors des expériences en laboratoire. Ils auraient aussi plus de tendances suicidaires. Tout cela serait le résultat des éléments chimiques envoyés dans le cerveau par le parasite, qui ont des conséquences différentes sur l’humain que sur la souris.
 
Bon après, ce n’est pas parce que vous avez un chat que vous êtes obligatoirement infecté par ce parasite, et il y a plein d’autres moyens de l’attraper, on vous rassure (si vous n’avez pas de chat et que vous voulez vous aussi expérimenter les joies d’être parasité un Toxoplasma gondii, vous pouvez toujours manger de la viande crue…) Et ce n’est pas parce que vous êtes infecté que vous allez obligatoirement devenir un schizophrène suicidaire zombie, c’est juste que ces problèmes arrivent un peu plus fréquemment si on prend la statistique des millions de personnes infectées dans le monde.
 
Mais bon, quoi qu’on en dise, même comme ça… Si vous aviez besoin d’une raison de plus pour ne pas héberger gratuitement chez vous un bestiau qui ne vous aime pas, qui vous manipule pour avoir à bouffer et qui bousille joyeusement l’écosystème, alors c’est plutôt une bonne raison !