leral.net | S'informer en temps réel

Vol au préjudice de son père : Le fils du cambiste, le demi-milliard volé, les filles gambiennes et Interpol

Un demi-milliard de francs Cfa. C’est la somme que Ibrahima Sy a volée à son père de cambiste, Djibril Sy. Une importante somme d’argent avec laquelle, il est allé faire la fête en Gambie avec quatre de ses copains, dont deux ont profité de leur séjour chez Jammeh pour convoler en noces. Le fils-voleur, qui a été arrêté et emprisonner à Rebeuss hier, ne détenait par dévers lui que 51 millions se FCfa lors de son arrestation par Interpol.


Rédigé par leral.net le Samedi 29 Octobre 2016 à 19:29 | | 2 commentaire(s)|

Le vieux Djibril Sy, cambiste au marché Sandaga, n’en a vu que du feu. Son fils Ibrahima Sy lui a volé 500 millions de FCfa. Une somme composée de coupures de devises internationales (Dollars et Euros). Une manne financière que Ibrahima Sy a bouffée, en seulement quelques jours, en compagnie de quatre de ses copains. La bande est allée se la couler douce en Gambie, faisant la fête avec des filles de ce pays frère, parmi les mieux dotées par la nature. De vraies bimbos, aux courbes généreuses. D’ailleurs, selon des sources, la bande a été victime de ces nymphes à la beauté ensorceleuse. Deux des amis de Ibrahima ont profité de ce séjour de rêve pour convoler en juste noces avec leurs copines. Du pur bamboula !

Vous avez dit 51 millions !
Seulement, aussitôt après avoir constaté le vol, le vieux Djibril Sy a déposé une plainte devant le Procureur. Un dossier piloté par le juge du 8e cabinet qui a immédiatement émis un mandat d’arrêt contre le jeune Ibrahima Sy. La Division des investigations criminelles (Dic), saisie pour l’enquête, donne le signalement de la bande à la Police internationale, Interpol. Habituée à ce genre d’enquête, celle-ci réussit à mettre la main sur Ibrahima Ly. Un «coli en or» que la Police internationale a hésité un moment a envoyé au Sénégal, avant de se résoudre à le faire, après avoir reçu, dans ses locaux en Gambie, le père de Ibrahima Sy. Sur les lieux, Interpol a fait savoir à la victime que son fils a flambé presque le demi milliard, en quelques jours. «Votre fils n’avait plus que 93 000 dollars Us sur lui (soit 51 millions de FCfa) au moment de son arrestation», ont fait savoir les policiers d’Interpol à Djibril Sy. Vrai ou faux ? Le père qui n’a pu que se contenter de la version de la Police internationale, est rentré au Sénégal choqué. Presqu’au bord du trauma. «D’ailleurs, quand les flics lui ont annoncé ce qui restait de l’argent, le père est entré dans un profond silence», expliquent des sources.

La Dic aux trousses des fugitifs
C’est par la suite que le «coli» a été remis à la Dic. Face aux policiers-enquêteurs sénégalais, Ibrahima Sy a reconnu les faits. Mieux, il explique avoir volé son père, parce qu’il lui a fait quitter la France, sans pouvoir lui trouver un emploi au Sénégal. La Dic qui est aux trousses des fugitifs avec leurs nouvelles épouses, a déféré Ibrahima Sy au Parquet. Et après son face-à-face avec l’avocat de la société, le jeune voleur a été placé sous mandat de dépôt, hier à la prison de Rebeuss. Où il croupit, en attendant son prochain jugement.
Seulement, les cas de vol au préjudice d’un géniteur sont devenus monnaie courante au Sénégal. Le cas de Ibrahima Sy est aujourd’hui la dernière d’une longue liste de «fils à papa» qui ont dépossédé leur pater de sommes importantes d’argent. Dans ce bataillon de «fils-voleurs», émarge Massamba Niang, rejeton de l’ancien ministre des Affaires étrangères, Me Madické Niang. De connivence avec certains de ses frères, il avait fait sauter les verrous du coffre-fort de son pater et avait disparu avec de fortes sommes estimés à plusieurs dizaines de millions de FCfa. Selon le journal «Le Quotidien» qui avait, à l’époque, relayé cette rocambolesque affaire, le fils du ministre des Affaires étrangères s’était offert des semaines de vacances à l’hôtel Radisson Blu, en compagnie de prostituées de luxe. Ils avaient également acheté un véhicule 4X4 avec l’argent volé.
Sur cette liste d’enfants-voleurs, figure également la bande de jeunes «jet-setteurs» qui excellaient dans le vol et le retrait de chèques de personnalités. Il s’agit de Amadou Makhtar, Seyni Mbaye, Youssoupha Ndiaye, Baba Lissa Ndiaye, Mouhamed Niang, Assane Ndoye et Mouhamadou Lamine Diop qui étaient arrêtés en septembre 2010 par les éléments du Commissariat spécial de l’aéroport de Dakar, la main dans le sac. Cette bande de jeunes avait vidé le compte de la mère de leur ami, emporté plusieurs millions et flambé tout dans la chaleur de la nuit dakaroise. Où l’argent coule autant que l’alcool et les épicuriens tirent comme la mitraillette. Sacrés «fils de…» !

Igfm MAMADOU SECK






Hebergeur d'image