leral.net | S'informer en temps réel

Vote du budget 2015 de la Mairie de Bakel: La question centrale du débat d'orientation budgétaire, sujet à polémique


Rédigé par leral.net le Dimanche 18 Janvier 2015 à 11:21 | | 3 commentaire(s)|

Vote du budget 2015 de la Mairie de Bakel: La question centrale du débat d'orientation budgétaire, sujet à polémique
« Le budget 2015 de la municipalité de Bakel a été voté sans débat d’orientation budgétaire », renseigne Monsieur DIOP, conseiller municipal de Bakel. Une démarche qui est contraire aux principes républicains. « Après les allocutions, la lecture du rapport de budget par le secrétaire Municipal, on nous invita à l’examen du budget. Y a t-il eu un débat d’orientation budgétaire ? Telle fût ma question. Le premier adjoint au Maire, M. Tahirou DIAKHITE, répondit par la négative. L’adjoint au Préfet est intervenu pour dire qu’il s'agissait d’un lapsus. A la suite, le deuxième adjoint et le Président du conseil départemental ont pris la parole pour dire qu’il y avait eu un débat d’orientation budgétaire. Pour explication, ils renseignent qu’ils avaient fait le tour des quartiers pour détecter les besoins des uns et des autres. Ils avaient également convié les différentes commissions pour débattre », nous renseigne M. Daouda DIOP.

« Les commissions sont-elles habilitées à se prononcer et à valider ce processus ? Y a t-il eu un PV ? Car, en tant que conseiller, je n’ai pas été convié à un débat d’une telle nature », se demande M. DIOP après les interventions. Des questions qui restèrent sans réponse selon lui.

« Toutefois, le budget fût voté dans ces conditions. J’ai voté NON au même titre que mon camarade Gaoussou DIAKHITE. Je ne peux voter un budget qui n’a pas suivi le processus normal. Je trahirai mon rôle de conseiller municipal. Je dois aussi vous signaler que plusieurs conseillers ayant voté ce budget ne maitrisent pas ces questions budgétaires. Une grande majorité est analphabète ». conclut-il.

Comme notre mission nous l’impose, nous avons jugé nécessaire de nous intéresser à la question pour nos lecteurs.
Monsieur Ibrahima SALL, Maire de Bakel balaie d’un revers de la main les accusations de M. DIOP. Joint au téléphone au nom de l’équilibre de l’information, il nous renseigne, d’un ton ferme : « Arrêtez, soyons sérieux ! Comment une Mairie peut voter un budget sans débat. C’est aberrant. Le vote du budget de la Mairie de Bakel a suivi un processus normal. La dimension participative a été bien prise en compte conformément aux textes. Jeudi passé, de 10 H à 17 H, nous avons encore discuté. Chacun a donné sa position. Le préfet de Bakel était présent. Le percepteur, conseiller financier du Maire, était là. Nous avions parlé des investissements, point par point. A Bakel, il y a quand même des intellectuels, de grands conseillers. Il faut respecter les gens et arrêter de dire n’importe quoi. Nous avions bel et bien organisé un débat jusqu' à la fatigue générale. C’est dans ce contexte que nous avions voté le budget. Un pactole de plus de 80 millions de FCFA sachant que le budget n’a jamais dépassé 25 millions CFA. Une première dans la commune de Bakel en terme de budget. L’argent est disponible. C’est cela la vérité. »

Très en verve, il continue : « Je suis une personne digne, respectable et respectueux. Ce n’est pas parce que je ne réponds pas aux attaques qu’il faut se permettre de dire tout et n’importe quoi. Comment je manage Bakel ? Je vais vous le dire mon cher.

D’abord, il faut noter que la comptabilité générale et autres mobilisations de fonds ne sont pas gérés par le Maire que je suis. Je suis ouvert d’esprit. Je délègue à mes adjoints. Je ne touche pas à l’argent. Mon travail consiste à créer des conditions de richesse pour l’essor de la ville de Bakel. Je suis entrain de changer le visage de cette ville. A l’heure où je vous parle, je m’active dans tous les secteurs.

Commençons par l’histoire de la radiologie ! Est ce à la population de financer ce lourd investissement ? Non ! Donc, j’ai fait des pieds et des mains. J’ai tapé à toutes les portes pour trouver les financements. Pas plus que ces derniers mois, j’ai eu deux rencontres avec le Ministère de la Santé. Hier seulement, j’ai rencontré la direction de ce ministère et les entrepreneurs pour finaliser ce projet afin de soulager les populations bakéloises. Le démarrage des travaux sera pour bientôt.

A l’heure où je vous parle, j’ai les maquettes de la place de l’indépendance et le futur supermarché de Bakel. Ce sont des investissements qui vont être faits. Nous construirons sous peu une salle de conférence ultramoderne. L’appel d’offre a été déjà lancé. L’entrepreneur a été choisi. Voici une vérité implacable.

En terme d’investissement, nous allons faire de grosses réparations dans le marché de Dar Es Salam. Nous allons sécuriser les lieux, donner des emplacements aux femmes qui squattent aujourd'hui les abords du marché ( coté Artère principale), mettant souvent leur vie en danger. Ce sont 19 millions de nos francs CFA qui vont être débloqués pour ces travaux.

Pour les jeunes, la salle de fête, construite depuis le temps d’Abdou N’diaye, sera remise en état. Nous allons réaménager ce haut lieu de Bakel. Elle sera modernisée et climatisée.

Vous connaissez Jikké Night Club ? Jadis, lieu de loisirs des jeunes Bakelois ! Vous allons mettre 20 millions pour l’aménagement de ce lieu. Nous ferons de ces lieux une place de choix pour la jeunesse et pour les touristes.
5 millions de nos francs seront mobilisés pour la médiathèque en face de la Mairie pour la clôture et le réaménagement. Ce sont des investissements à venir.

En terme de réalisations, allez faire un tour dans les quartiers HLM ! J’ai bitumé plusieurs rues. Et que dire de la corniche allant de Bakel Coura à Guidimpalé en passant par Dar es Salam, une grande partie est goudronnée ? Une grande partie est bitumée. 5 autres kilomètres seront goudronnés dans d’autres quartiers. L’éclairage public de la commune a été refait. Avant moi, c’était un problème récurrent.

Je gère le développement de Bakel dans la transparence. Je suis le seul Maire qui n’a jamais bénéficié d’une parcelle de la municipalité de Bakel. Avant que je ne sois Maire, j’ai occupé de grandes responsabilités dans ce pays. Mon dernier poste était la coordination de la francophonie.

J’ai crée l’histoire à Bakel. J’ai fait de l’intégration régionale une réalité. Des maires de plusieurs villes frontalières sont venues à Bakel pour dynamiser la coopération. Avant moi, aucun maire ne l’a fait. Bientôt une dizaine de maire du Sénégal, du Mali, de la Mauritanie, de la Guinée seront à Bakel pour la rencontre de la vallée. C’est cela mes préoccupations. Mettre le développement de Bakel au coeur de mon combat. Attendons le bilan de fin de parcours pour voir ce que j’ai fait pour Bakel. Mais, avant cela, permettez-moi de vous dire que j’ai les félicitations de ma population. Les Bakélois m’accompagnent dans ma mission. Les chefs de quartier de Bakel sont venus me voir pour me faire part de leur adhésion à mes actions quotidiennes. Les populations des villages du département applaudissent mes réalisations. Ils ont vu du changement à Bakel », dit-il.

« Vous savez, les commentaires des uns et des autres ne m’intéressent guère. Je suis investi d’une mission à savoir concourir au développement de mon terroir. Je m’y attèle tous les jours. Plusieurs ministères de tutelle magnifient mon travail. Le président de la république m’a félicité devant tout le monde. Que des gens me critiquent, je peux le concevoir mais reconnaitre les mérites de son prochain est aussi une preuve de grandeur humaine. Je reste digne et droit dans mes bottes pour continuer cette mission. Je suis Maire parce que j’ai un projet novateur. J’ai gagné haut la main les élections à Bakel. Qu’on me laisse continuer mon oeuvre, de grâce ! ». Tels sont les propos du Maire Ibrahima SALL lors de notre entretien téléphonique.

« Bakelinfo.com , beaucoup de mauvaises choses se disent sur moi sur votre site depuis longtemps. vous êtes habitués des faits. Venez à Bakel, filmez, interrogez les populations ! Vous verrez ce que je fais de vos propres yeux » finit-il.
Occasion fut saisie pour remettre les pendules à l’heure. « Vous savez M. le Maire, nous sommes ni pour Samba, ni pour Demba. Nous sommes pour la liberté d’expression. Clin d’oeil à l’actualité française.bakelinfo.com est un site départemental où chaque citoyen a le droit d’exprimer ses opinions en respectant bien sur la dignité et la vie privée des uns et des autres. Nous existons avant votre règne. On nous a taxés de tous les noms d’oiseaux du temps d’autres maires. Nous sommes affiliés à aucun parti. Le site restera la voix des sans voix. Nous ne manquerons pas de venir voir sur place ce dont vous avez parlé. Rendez-vous est pris. Ce sera pour bientôt si Dieu nous prête vie ».

Du reste, comme à l’accoutumée, nous vous relatons les deux versions. Parole à nos chers lecteurs ! « Attention, liberté d’expression ne veut pas dire libertinage d’expression… ».

Par ailleurs, voici ce que nous avons trouvé sur le code des collectivités locales disponible sur internet. « Au moins un mois avant l’examen du budget d’une collectivité locale, un débat a lieu dans son conseil sur les orientations budgétaires. Le projet de budget est préparé et présenté par le président du conseil régional, le maire ou le président du conseil rural, qui est tenu de le communiquer aux membres du conseil avec les rapports correspondants quinze jours avant l’ouverture de la première réunion consacrée à l’examen dudit budget. Le budget et les autorisations spéciales de recettes et de dépenses sont votés par le conseil de la collectivité locale. Ils se divisent en section de "fonctionnement" et section " d’investissement " », lit-on dans le code des collectivités locales dans son article 344, Chapitre 3, Section des dispositions générales.

Les mêmes grandes lignes sont reprises dans la Loi n° 2013-10 du 28 décembre 2013 portant Code général des Collectivités locales. Je cite l’article 253 : « Au moins un mois avant l'examen du budget d'une collectivité locale, un débat a lieu dans son conseil sur les orientations budgétaires. Le projet de budget est préparé et présenté par le président du conseil départemental ou le maire, qui est tenu de le communiquer aux membres du conseil avec les rapports correspondants quinze jours avant l'ouverture de la première réunion consacrée à l'examen dudit budget. Le budget et les autorisations spéciales de recettes et de dépenses sont votés par le conseil de la collectivité locale. Ils se divisent en section de "fonctionnement" et section " d'investissement " ».

Propos recueillis par Samba KOITA, www.bakelinfo.com








Hebergeur d'image



Hebergeur d'image