leral.net | S'informer en temps réel

Vous avez dit, Espagnols racistes

Dans sa gestion des problèmes sociaux dont le moindre n'est pas la hausse annoncée du prix de l'électricité, hausse qui va s'accompagner de délestages, le pouvoir ne pouvait espérer mieux: trouver un thème qui dévie l'attention de l'opinion et divertit au mieux les populations. Ne voilà-t-il pas, en effet, que les images d'expulsion d'un Sénégalais par des policiers espagnols sont présentées comme une nouvelle cause nationale qui doit ranger les autres problèmes aux oubliettes. Pour sa communication, un pouvoir intelligent aurait payé cher pour cela. Dans notre cas, c'est la presse qui s'en charge à sa place: des brutalités policières, certes anormales et condamnables, quoique habituelles partout, à la limite une bavure, sont présentées comme le casus belli d'un pays, l'Espagne, contre un autre, le Sénégal.


Rédigé par leral.net le Samedi 27 Juin 2009 à 01:30 | | 0 commentaire(s)|

Vous avez dit, Espagnols racistes
D'un fait divers, on passe à une affaire nationale: des unes de journaux, des émissions spéciales consacrées à l'affaire, des commentaires à longueur de colonnes....Le ministre de la Justice, Me Madické Niang, a tellement bien compris l'aubaine ainsi faite au pouvoir qu'il a repris la balle au rebond pour y aller de ses effets de manches et déclarations cocardières pour faire mousser au maximum cette affaire. Il n y a rien de mieux qu’un bruit pour en cacher un autre.

Que des policiers, qu’ils soient espagnols ou sénégalais, brutalisent un homme, c'est illégal et condamnable. N’est-ce pas, MM Kambel et Dieng ? En règle générale, les pays européens, de plus en plus fermés à l'émigration, réservent un accueil indigne aux candidats à l'expatriation. Mais l'Espagne est loin de se singulariser. Elle n'est ni plus ni moins raciste que les autres. Au surplus, être noir et candidat à l'émigration ne donne pas tous les droits, encore moins celui de se soustraire à l'obligation de se conformer aux lois des pays d'accueil. Le même principe sur la base duquel on condamne les actes illégaux commande aussi qu'on exige de tout le monde le respect de la loi.

Dans la journée de jeudi, à Paris, des centaines d'émigrés africains ont été expulsés manu militari par le service d'ordre de la Confédération Générale des Travailleurs de France, par le service d’ordre de ce syndicat. Quand des organisations de ce type, connues pour leur compréhension, voire leur soutien inconditionnel aux émigrés, en viennent à cela, c'est qu'il y a un problème. Aucun acte de racisme n'est tolérable. Mais le pire, le pitre dirait-on, c'est celui qui se fait à l'envers: combien de fois voit-on des Noirs donner des privilèges à des Blancs sur la seule base de leur couleur de peau? Il faut arriver à ne plus voir la couleur de la peau dans les situations, pour ne brandir que les principes moraux. Dans le cas du Sénégalais malmené par des policiers espagnols, il s'est agi d'un homme, un citoyen sénégalais. Point. Il aurait été un blond aux yeux bleus, que ce serait la même chose. Etait-il dans la légalité? Les policiers espagnols ont-ils outrepassé leurs droits? Les images doivent servir à établir les faits pour sanctionner les coupables. Sans exagération aucune. Mais de-là à en faire une cause nationale, pour vouer un pays aux gémonies, non! Soixante mille Sénégalais vivent en Espagne. Ce ne sont pas tous les méfaits commis contre des Noirs qui s'expliqueraient par le racisme.

Que nos gouvernants commencent donc par exiger des Occidentaux un visa d'entrée, qu'ils leur appliquent la réciprocité, c'est le meilleur moyen de les convaincre que nous sommes d'égale dignité avec eux. Que nos chefs d'Etat et autorités arrêtent de dérouler le tapis rouge et de convoyer nos compatriotes affamés pour accueillir n'importe quel président occidental alors que, lorsqu'ils vont dans ces pays, ils ne trouvent même plus un petit fonctionnaire à l'aéroport. Vous me direz qu'au rythme où nos gouvernants vont dans ces pays, ce serait trop demander aux autorités de ces Etats de les accueillir. Arrêtons donc la démagogie. Les images prises par Mbengue sont certes choquantes, mais elles sont le fait d'hommes, et non l’acte d'un Etat. D'ailleurs les coupures d'électricité nous empêchent de les voir correctement.

Malamine DIAGNE
Assurconseil
BP 3009
Dakar Etoile
Diagnenar.lemzo@gmail.com






Hebergeur d'image