leral.net | S'informer en temps réel

Vous permettez, Mme la lionne du Ndoucoumane ?


Rédigé par leral.net le Jeudi 13 Août 2015 à 12:21 | | 5 commentaire(s)|

J’ai pris sur moi le soin de consigner quelques fragments d’un registre sans date, arrachés à de longues nuits, depuis que le Sénégal entier a appris la nouvelle. Les souvenirs vivaces des moments passés ensemble au sein de l’Alliance des Forces du Progrès m’ont aidé à tenir le cap. Devant mes feuilles, j’ai voulu m’alléger à chaque mot, me sublimer, creuser en moi pour trouver la force d’avancer jusqu’au retournement de la conscience où l’épreuve devient une chance de libération. Ainsi, vous vous êtes enfin décidée à rejoindre le Grand Parti, pour prolonger le combat, le seul qui vaille.

Vous l’avez dit à Kaffrine avec de fortes convictions qui ont ému aux larmes. Il y a encore une idée de l’homme et des valeurs à défendre, partout et à tout moment. Le Grand Parti nous sauvera de nous mêmes, pour ne pas perdre la face, pour ne pas briser les rêves de ce fameux appel du 16 juin 1999. Merci Mata, de nous rappeler qu’au vu des énormes sacrifices consentis pour implanter l’AFP, la résistance ne doit plus être l’apanage de quelques uns, dès l’instant où l’idéal de départ a été trahi. Il est le devoir de tous ceux qui ont été exclus de continuer de croire aux valeurs de justice et de dignité.

Vous l’avez sans doute remarqué : tout le peuple du 16 juin s’élance à l’assaut de cet horizon neuf qu’est le Grand Parti Suxaali Sénégal. Vous le devinez : nous sommes en train d’étendre les tentacules de notre nouvelle formation politique partout. Les Cellules et les Sections poussent comme des champignons à l’intérieur du Parti, comme dans la diaspora. Ce maillage du territoire national s’accompagne de beaucoup de départs d’hommes et de femmes responsables qui ont vécu les derniers jours de l’espoir comme une tragédie.

Vous avez vu : il vous a suffi de parler pour voir toute la meute se déchaîner. Ne les écoutez pas. Ils ne savent plus ce qu’ils font. Nous, les plus jeunes, nous vous avons connu avant avec cette image d’une vraie lionne venue du Ndoucoumane, toujours disponibles pour défricher la vie aux avants –postes, pour fixer les repères et nous communiquer des valeurs que nous conservons encore comme autant d’armes pour les combats à venir.

C’est aux trajectoires qu’on reconnaît les grandes dames : le goût de l’action au profit exclusif d’un collectif, une certaine idée de soi-même, de ce qu’il faut faire et de ce qu’il ne faut pas faire, la stature en particulier, la vision, mais surtout l’honneur et la dignité qui font cruellement défaut aujourd’hui.

Le spectacle qu’ils ont donné aux pays le lendemain de ta démission est affligeant. Il est indigne de tout ce qui peut caractériser 16 années de douleurs, de résistances et de sacrifices aussi riches les unes que les autres.

Qui, au Sénégal, peut douter que vous avez été de tout temps la plus grande responsable politique progressiste dans le Saloum qui a fait toujours gagner l’AFP à Kaolack et à kaffrine. Ex député socialiste sous le régime du président Diouf, Ministre sous l’ère Wade et Macky, puis PCA de la Société Nationale de recouvrement (SNR), récemment destituée de ce poste pour avoir été soupçonnée d’avoir une certaine proximité avec Malik Gakou qui vous appelle maman affectueusement.

Honte à celui qui ne veut pas voir qu’un pan important de l’AFP a basculé dans le Grand Parti. Avec votre démission, c’est le bastion naturel de l’AFP qui mute vers le Gand Parti.

Nous savons par ailleurs ce que vous pouvez nous apporter. Par votre allure et votre engagement, vous avez encore tant de choses à dire aujourd’hui, pour nous avoir fourni dans le passé, des grilles d’analyse valide pour l’action. Votre exemple va nous donner la force d’élever le niveau de l’horizon dans notre pays. Les chasseurs d’absolu qui tentent de s’ouvrir à ces vastes horizons valent mieux que ceux qui se résignent à un avenir mesquin. Pour la plupart d’entre eux, ils savent de toutes les façons que l’avenir et l’espoir sont perdus d’avance. Ce qui leur importe aujourd’hui, ce sont les prébendes et les prestiges, peut-être pour inaugurer les chrysanthèmes.

Massar Diop
Membre fondateur du Grand Parti,
Ex porte-parole des jeunes progressistes (exclu)
Ex membre du bureau politique






Hebergeur d'image





Hebergeur d'image