leral.net | S'informer en temps réel

Vous revenez quand Monsieur le Président ?


Rédigé par leral.net le Dimanche 22 Février 2015 à 14:30 | | 5 commentaire(s)|

Vous revenez quand Monsieur le Président ?
Le sourire était sur toutes les lèvres au lendemain du séjour du président de la république à Ziguinchor. Y a de quoi se fendre les lèvres et sortir les dents, pourquoi pas rire à gorge déployée et appréhender l’avenir avec beaucoup d’espoir. Jamais une visite économique en Casamance naturelle n’a été autant fructueuse et porteuse de symboles car le sevrage fût long soutenu par des promesses sans lendemain, plus grandioses les unes que les autres (Tunnel sous la Gambie, Centrale à charbons de Oussouye, Paix en 100 jours, Train à Grands écartements Tamba-Ziguinchor). Les rêves furent des cauchemars.

Kouy door mo meun kouy saaga !

La réception des deux jumelles, Aguène et Diambogne, mythe fédérateur entre sérères et diolas, symbole du désenclavement de notre riche région, notre deuxième préoccupation après la paix imminente. Qui peut imaginer le soulagement des milliers de voyageurs exemptés des tracasseries et l’ambiance étouffante de Farafegni à la suite de la diminution des billets des places dites économiques dans les trois bateaux.

Le forum dont le thème était développement terrestre, aérien et maritime, impératif pour le développement de la Casamance, thème ne saurait être plus judicieux et pertinent, permit aux professionnels du tourisme et du développement devant le président de la république de mettre le doigt sur les différents problèmes qui handicapent les différents secteurs dans la région et pourtant porteurs de croissance. L’annonce de l’élimination de certaines taxes sur les billets d’avion Dakar-Paris qui étaient des facteurs bloquant du secteur du tourisme ne pouvait que renforcer cet état de satisfaction générale. L’exonération des taxes fiscales pendant 10 ans, attirera à coup sûr de nouveaux investisseurs et soulagera ceux qui sont déjà sur place.

L’inauguration de trois services d’une importance capitale pour la santé des populations, le Scanner m’a sauvé la vie.

Lors de l’installation des hémodialyseurs, Mr Badji atteint d’insuffisance rénale avait fait un témoignage émouvant devant une assistance toute ouïe. Dix neuf ans ce Monsieur n’a pu faire un seul séjour chez lui en Casamance parce que soumis au rendez-vous d’hémodialyse tous les quatre jours. Le service d’ophtalmologie a repris les couleurs, qu’il n’aurait jamais du perdre.

L’hôpital de la paix, après dix sept ans d’enfantement vient enfin d’avoir son baptême, pour combler un maillon dans la chaîne des infrastructures médicales.

Le stade Alin Sitoé est aujourd’hui un joyau pour l’épanouissement de notre jeunesse. Ce stade construit dans les années quatre vingt dix, a subi une première réfection dans les années deux mille, on sait ce qui est advenu après.

Après avoir reconstruit au moins cinquante pour cent de notre réseau routier communal, le président ne s’est pas arrêté en si bon chemin, une cinquantaine de bus ont été mis à la disposition des transporteurs pour remplacer, les tombeaux roulants qui dessertent notre région. Toutes ses actions de ces deux jours fabuleux, l’une à côté de l’autre, constituent des jalons certains pour l’émergence et un apport décisif pour la consolidation de la paix.

La seule tâche noire de cette visite, c’est l’œuvre de cette armée mexicaine appelée APR. Les éclopés du 06 Juin 2014, comme pour se donner une nouvelle virginité ont rivalisé d’affiches, de pancartes et de banderoles. Si ca peut les soulager, pourquoi pas ?

Ne pourrait-on pas envisager de diminuer le folklore et ces mouvements de foule qui ne sont pas un baromètre de popularité à plus forte raison d’adhésion à de tel ou de tel programme. Certains au retour de ces messes, ne peuvent même pas vous dire ce qui s’est dit. Et pourquoi le président de la république dans son calendrier n’aménage pas un espace de rencontre avec les élus locaux toutes tendances confondues ? Ces derniers étant quand même les représentants légitimes des populations.

La répétition est pédagogique, des hommes plus informés que moi, l’ont dit à qui veut les entendre, que le Sénégal, notre pays a réglé le problème politique et est rentré dans le cercle des grandes démocraties. Il ne sera plus gouverné par la rue, aucune auto flagellation, aucune grève de la faim, à plus forte raison une marche ou un petit rassemblement à l’Obélisque ne peut dévier nos hommes politiques démocratiquement élus de leurs missions. La mission historique de la rue est terminée !

Que faire ? Question pertinente que s’était posée Lénine en 1905. Aujourd’hui, s’opposer, c’est proposer un programme alternatif. Le discours politicien n’a aucune prise sur notre peuple ambitieux. Il nous appartient tous de changer de logiciel. Le président à indiquer la direction, la cadence est accéléré, attention aux canards boiteux. Enfants de l’indépendance, l’émergence devient notre sacerdoce.

Ousmane N’diadé
Responsable Afp /Ziguinchor






Hebergeur d'image



Hebergeur d'image