Leral.net | S'informer en temps réel



WADE EN GUINEE : Le voyage avorté

Rédigé par (Plus d'informations demain sur leral .net) le 29 Septembre 2010 à 03:28 | Lu 2107 fois

Par un communiqué radiodiffusé du Bureau de presse de la présidence de la République, on aura appris la nième visite du président sénégalais en Guinée. Dans le communique, il était dit que le président Wade aura des entretiens avec tous les acteurs de la Transition. Dit de cette façon, on comprend que le leader de l'alternance sopi venait en Guinée pour tenter une médiation afin d'essayer de trouver une solution à ce que la majorité des Guinéens voudraient croire comme l'ultime blocage du processus électoral...


WADE EN GUINEE : Le voyage avorté
Mais ce voyage a été annulé... à la dernière minute, par un autre communiqué de la même source...

Cependant au-delà des intentions fort louables que pouvait avoir cette visite, la question qui demeure est celle de savoir pourquoi c'est justement Me Abdoulaye Wade qui l'effectuait ? Pourquoi, en effet, ce dernier entreprendrait-il des initiatives de médiation, alors qu'il y a quelqu'un qui a été explicitement et solennellement désigné pour cela ?

Surtout que ce médiateur attitré de la sous-région a été, dans une récente adresse à la nation, invité à apporter son coup de main au processus.

Pourquoi, alors que presque tout indique que c'est au président burkinabé de parachever sa mission, c'est Abdoulaye Wade qui vient offrir ses services ? Ou bien, la récente récusation déguisée du médiateur de la part des deux challengers, serait plus profonde qu'on n'a voulu le dire ou le laisser voir.

Dans ce cas, le président sénégalais serait ici pour mener à terme la mission de ‘'celui dont on ne veut plus''. Un passage de témoin déguisé et peut-être arrangé entre Me Wade et Blaise ? Cette occasion serait alors du pain béni pour Görgui. Intervenir et s'afficher dans la crise guinéenne est un vœu cher au président sénégalais. Il l'a fait savoir surtout du temps de son « fils spirituel » le capitaine Moussa Dadis Camara . Qu'il avait voulu adouber. Au risque de se mettre à dos certains membres de l'opposition et leurs nombreux militants.

Peut-être bien qu'il caresse encore le vœu de se racheter de cette ‘'gaffe''.

En tout cas, depuis ‘'l'éclipse'' de son « filleul », il n'est pas très loin de la crise guinéenne. Au point de se voir accusé dans certains médias de vouloir voler la vedette à son ami burkinabé. Accusations pas fondamentalement dénudées, quand on sait que le même Wade avait fait quelques tentatives d'intervention dans la crise du pays de feu Houphouët Boigny.

Mais, la volonté de se racheter, n'est certainement pas la seule explication à l'intérêt que le président du pays de la Téranga, manifeste à l'endroit de la Guinée. Il passe pour quelqu'un qui se soucie constamment de son image. C'est ainsi qu'il aurait ‘'la manie de se mêler de tout, ou presque'', selon sa dynamique opposition. On se souvient encore des propositions qu'il avait faites à la faveur du tremblement de terre en Haïti. Ce souci d'image serait d'autant plus décuplé, qu'il est actuellement en phase de faire accepter sa candidature pour l'élection présidentielle de 2012. L'image du diplomate, du négociateur et du promoteur de la paix internationale, pourrait alors pallier celle ‘'du président népotiste, corrompu et responsable du recul démocratique et des libertés individuelle et collective'', qu'il incarne aux yeux de ses opposants, dans son propre pays. Ses bons offices aux côtés des Guinéens ne seraient alors qu'un prétexte à une stratégie de communication dont lui et son pouvoir seraient bénéficiaires.

Les nombreuses potentialités dont la Guinée est détentrice seraient aussi au nombre des raisons de cet intérêt trop affiché pour le pays de Dadis.

Il faut marquer les futurs dirigeants, qui qu'ils soient, par ces missions de bons offices et d'aide à la sortie de crise. C'est pourquoi les discours et les actes posés le sont avec la plus grande prudence. L'issue de l'élection est loin d'être connue. Chacun peut encore être président. Autant nager dans le vague. L'essentiel est de demeurer dans les environs du gagnant du second tour.

En retour, ce dernier, au moment opportun se souviendra de tous ces ‘'allers-retours''. Bref, il pourrait être à la base d'un renforcement du partenariat entre les peuples sénégalais et guinéens, au nom de la très noble coopération sud-sud. Mais, rien de tout cela n'est blâmable. C'est ainsi que le monde fonctionne. Wade n'est pas venu, cette fois, mais il reviendra.

Boubacar Sanso Barry pour GuineeConakry.info


1.Posté par Etranger le 29/09/2010 09:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Il en a avalé son dentier.
A moins qu'il se soit encore fait tirer la peau:

2.Posté par rasmus le 29/09/2010 09:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

quoi que l'on puisse penser de positif ou de négatif sur wade il faut l'avouer le Senegal est le pays le plus indiqué pour mener une médiation en guinée trés franchement et ceci compte tenu de plusieurs facteurs.Aujourd'hui si ca pleur a conakry dakar retient son souffle c'est cela aussi une réalité.Dans l' affaire de la Guinée audela de la personne de wade c'est le senegal qui est interpelé.Donc opposition comme pouvoir et societe civile en avant pour une solution définitive aux contentieux de la guinée.Mais cela ne dedouane aucunement le senegal d'aller a des elections libres et democratiques

3.Posté par Sunugal le 29/09/2010 10:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Salam

Togal ci rewmi girr Yallah way. Regler la pénurie de gaz, COUPELEC, hausse de l'huile

Tu cherches plus un honneur extérieur que d'assister ceux qui t'ont élu.

Kou meun niam diodo, nako def girr mouy tok sénégal

4.Posté par sey le 29/09/2010 10:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

wade n'a qua regler le problem des senegalais dabor ils ne fait ke divise les africain le cas de cod ivoire est toujour la , il n'a qua regler le problem de senelec ;et de laisser les guineens trenquile ont veux pas le voir chez nous

5.Posté par le fou d dk le 29/09/2010 11:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

sey,
tu sé bien k wade est un pan-africaniste il f tou pr l'Afrik.d'ailleur si nou voyon le nombre de guinéens ki sont o sénegal c wade ki est le mieux placé pr réglé le conflit de la guinée san mém kon f apel a lui nou som des pays frére oubien?

6.Posté par Ndiaye le 29/09/2010 19:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

je suis contre le vieux,mais le senegal ne peut pas croiser les bras quand la guinée pays frontalier a d'esproblemes......la majeur partie des guineens pensent au senegal dans ces moments difficiles ce serait lache de les tourner le dos........maliens ivoriens senegalais tous doivent parler.

7.Posté par Tapha le 01/10/2010 16:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Vous êtes tous dans le piège !!!!!

"Kaay ma yan la, yanu la, li ci sa ndapp la bëgga gis". Wade ne veut que le prix Nobel de la Paix. Wayé duko am dé. Même ses amis néolibéraux du Fmi, ces fumiers qui ont toujours donné des bonnes notes, lui demandent de regler les problèmes d'energie du Sénégal. Et pour cause, leurs capitaux sont plus que menacés. Comment peut-on obtenir un développement dans un pays sans l'énergie. Quel piètre diplômé en économie !!!!

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site