Leral.net | S'informer en temps réel



Wade : On voulait Karim, il livre Habré

Rédigé par ( Les News ) le 11 Juillet 2011 à 01:04 | Lu 636 fois

La dernière décision politique du président sénégalais a produit l’effet d’un coup de tonnerre bien retentissant : Abdoulaye Wade a tout simplement décidé de renvoyer Hissène Habré au Tchad. Et la chose se fera en toute vitesse, puisque l’ancien dictateur doit arriver à N’Djamena aujourd’hui, par un vol spécial affrété par l’Etat sénégalais ; un renvoi presque sans ménagement.


Wade : On voulait Karim, il livre Habré
Mais papy Wade aura tout de même eu la délicatesse d’informer qui de droit de sa décision : bien sûr, le président tchadien, Idriss Itno, mais aussi le chef de l’Etat équato-guinéen, Teodoro Obiang Nguema, président en exercice de l’Union africaine, ainsi que Jean Ping, le président de la commission de l’UA. Dans la foulée, le ministre sénégalais de l’Intérieur, Maître Ousmane N’Gom, a signé le décret d’expulsion du « Pinochet » africain, rendant son renvoi des plus légaux.

Si les choses devaient rester en l’état, il n’y aurait plus qu’à conduire Hissène Habré, très officiellement, jusqu’à la passerelle du Jet dont le plan de vol est tout tracé, et à assister à son décollage pour enfin se dire que ce long feuilleton de l’affaire Hissène Habré s’achève ; du moins pour la partie sénégalaise de son décor. Et voici une épine que Gorgui aura réussi à enlever de son pied ; péniblement, peut-être, mais sans doute définitivement.

Car, à vrai dire, ils étaient peu nombreux, ceux qui osaient croire que le long exil doré de cet homme, réfugié au pays de la Teranga depuis sa chute en 1990, s’achèverait de la sorte.

C’est qu’il y a un hic à ce coup de tête de papy Wade. La quasi- concomitance des évènements conduit inexorablement à la conclusion que le Vieux donne dans la diversion ; alors que les Sénégalais lui jettent au visage un ras-le-bol dont ils ne décolèrent pas, Gorgui répond en renvoyant aux Tchadiens leur dictateur, jusque-là aux petits soins à Ouakam. Quel rapport, quel lien logique unit les deux faits ? On peine à le trouver. On le savait bien que Wade maîtrisait à la perfection le jeu de la pirouette habile, mais, il faut le reconnaître, ici, il fait du grand art : la prestidigitation politique. C’est que le lapin qu’il a décidé de sortir de son chapeau est en papier et tout cousu de fil blanc. Il risque de ne faire rire personne !

Car, enfin, ce n’est pas tant la décision de renvoi, mais plus le moment ainsi que la destination du renvoi qui causent problème. Déjà, en décembre 2010, le président sénégalais avertissait ainsi tout ceux qui voulaient l’entendre : le moment venu, il se « débarrasserait » de son hôte encombrant. On se rappelle tout l’imbroglio politico-judiciaire qui entoura cette affaire Habré et toutes les polémiques qui la caractérisèrent ; Hissène Habré, réfugié au Sénégal depuis son renversement en 1990, a régulièrement été la cible des familles des victimes de son règne de terreur sur le Tchad et qui dura de 1982 à sa chute.

Face à l’inflexibilité du Sénégal, ces dernières portèrent plainte en Belgique en vertu de la loi de compétence universelle. Toutes ces pressions produisirent leur effet : l’UA finit par donner mandat au Sénégal pour juger l’ancien dictateur « au nom de l’Afrique ». Wade, qui avait répondu tout d’abord que la loi sénégalaise ne l’y autorisait pas, fera la pirouette nécessaire pour accéder à la demande, mais souleva toutefois la question des contraintes financières indispensables : près d’une vingtaine de milliards de nos pauvres francs dévalués étaient jugés nécessaires ; mais malgré tout, le dossier tardait à être ficelé ; il y a un an, nouvelle passe d’armes entre la Cour de justice de l’UEMOA et les autorités sénégalaises ; et plus récemment, une UA agacée qui, à Malabo, enjoignait Gorgui de juger l’ancien dictateur ou de l’extrader « dans un autre pays ». On sentait venir donc le début de la fin du séjour sénégalais de Hissène Habré ; ce qu’on n’avait pas prévu, c’est que Gorgui, maintenant, renverrait l’ex-maître de N’Djamena chez lui.

Car, après tout, pour caricaturer, la chose se présente ainsi : les Sénégalais demandent la démission de Karim, et Gorgui leur propose de convoyer Hissène à N’Djamena. Il chercherait à botter en touche qu’il ne s’y prendrait pas autrement. Sans compter que l’homme y est attendu de pied ferme : on l’y a déjà condamné à mort par contumace. Peut-on s’attendre à ce que les autorités en place au Tchad révisent le procès et réservent un sort plus clément à cet homme dont la seule ombre hante le sommeil de bien de familles qui se souviennent toujours ? Rien n’est moins certain.

Wade pense-t-il que les Sénégalais se satisferont de son coup de génie politico-judiciaire ? Si oui, il se peut qu’il se soit lourdement trompé. Car on ne voit pas comment les tempêtes provoquées par le projet du ticket présidentiel, qui gagnèrent les villes et les régions du pays de la Teranga, et des frustrations provoquées par les délestages intempestifs de la Sénélec s’estomperont brusquement, un peu comme par magie ; on ne voit pas comment cette foule en colère qui réclame et la tête de Karim et le départ de son père saurait se satisfaire du renvoi à N’Djamena d’un ancien dictateur qui, par ailleurs, vivait emmuré dans sa résidence de luxe, à l’instar d’un nabab en villégiature prolongée.

Une actualité en chasse une autre ; à supposer que le président sénégalais mette à exécution sa décision de renvoyer Hissène Habré comme un malpropre, dans quelques jours, on passera à autre chose, c’est certain. Mais il se pourrait aussi que cette autre chose se résume en d’autres manifestations de ces mêmes Sénégalais d’hier, aujourd’hui plus mécontents devant le constat que leur président, au lieu de considérer sérieusement leurs revendications, choisit de leur jeter de la poudre aux yeux en faisant dans la pure et simple diversion.

Et ceux qui voyaient là l’occasion rêvée de faire juger « proprement » un dictateur africain par une juridiction siégeant sur son propre continent n’auront plus que leurs yeux pour pleurer. La tentative résonne désormais comme un échec retentissant. Avec la CPI, au moins l’affaire aurait été menée rondement. On ne veut pas des méthodes d’un Moreno-Ocampo dont on affirme qu’il s’acharne sur de pauvres Africains, et en même temps on se montre incapables de juger nos dictateurs nous-mêmes sous nos Tropiques : paradoxale et comique, cette attitude très spirituelle de nombre d’intellectuels Africains !

Jean Claude Kongo — L’Observateur Paalga


1.Posté par Dialagui le 11/07/2011 10:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

oh! Wade père! c'est ton fils qu'il faut renvoyer chez ses parents de la france puisque'il ose appeler les forces armées de son pays dans le notre!

2.Posté par euleuk cii biir le 14/07/2011 13:36 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

A l’instar d’Elhadj Diouf le footballeur, le président Wade va dire tout haut tout ce que le sénégalais pense tout bas. Mes chers compatriotes, IL FAUT QU’ON SE DISE COURAGEUSEMENT TOUTE LA VERITE, car elle seule peut justifier l’Utilité de l’Unité. 1 EVIDEMMENT IL PARLERA DE LA SITUATION SOCIALE ET DE LA VIOLENCE POLITIQUE. Tout le monde constate que depuis 2000, notre société a évolué plus que le système du politique sénégalais. En effet, les actions du Président de la République commencent à remettre les choses à leur place, mais bon pas comme il l’attendait. Et les récents évènements des 22, 23 et 27 juin dernier nous l’ont dit très clairement. 2 COMME TOUT BON PERE IL S’INQUIETE DE LA DISCRIMINATION QUI EXISTE AUTOUR DE SES ENFANTS MÉTISSES OU BLANCS QUE CERTAINS ESCLAVES CONSIDÈRENT COMME DES ETRANGERS PARMI NOUS AFRICAIN NEGRE. Si l’on sort un instant de nos chamailleries avec ses perspectives électorales, qui tendent à découper en tranche le sénégal, que voyons-nous ? Nous observons par exemple qu’il y a un grand problème dans le secteur médiatique. Ceux qui les dirigent sont devenus presque des gourous dans l’opposition. Dans un journal l’OBS paraissant lundi 04 juillet 2011, d’éminents manipulateurs de l’opinion publique, le politologue BJ.NDIAYE, les journalistes ND.NDIAYE, MLCAMARA et le psychologue SMMBAYE, qui ne sont du reste que des racistes traditionnels, s’exprimaient de façon discriminatoire à propos de la lettre de Karim ouverte à tous ses compatriotes. LE SENEGAL APPARTIENT DIEU ET A TOUS LES HOMMES. 3 LE CAS DE KARIM RESSEMBLE UN PEU AU CAS D’ADO. VOICI UNE PREUVE QUE J’AI REPRIS DANS LES PROPOS CI DESSUS "Quel bon travail? S'acheter des maisons en France et en Angleterre, voyager en jet prive, montrer qu'il n'est pas sénégalais [profiter de la position de son père pour croire que les sénégalais sont des incapables/ A ce jour, qu’a t'il réalise? (gorgorlu5)" 4 EN LISANT LES COMMENTAIRES XENOPHOBISTES SUR LES EGLISES PROTESTANTES, plusieurs des mes amis et moi avons appris que ces sauvageons qui prétendent être des citoyens, en faite ne sont vraiment que des complexés. Nous sommes des citoyens simples, justes et nous n’avons franchement aucun préjugé. Nous connaissons les réalités de notre pays et les problèmes vécus par des sénégalais et pourtant les véritables aspirations des jeunes sénégalais comme LE CHOMAGE ET LE VISA A/R, l’économie familiale et des droits de l’enfant et de la maman disparaissent bizarrement du débat politique national. A quoi cela tient il ? Plusieurs interprétations sont possibles mais une seule réponse est valable à nos yeux, celle de la rectification du changement vers un autre cap, en vue de la modernisation de notre démocratie pour son adaptation au temps présent et pour son adéquation aux besoins de l’ensemble des personnes vivants dans le pays de la TERANGA. abc.afrik@gmail.com

Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site

Plus de Télé
< >

Samedi 3 Décembre 2016 - 19:54 Fidel Castro : la fin du voyage