leral.net | S'informer en temps réel

Wade, Sarkozy et Attias ou quand le monde est parfois petit ...

Je ne résiste pas à vous dé-montrer comme parfois le monde est petit. Certes souvent au détriment des plus « grands » ... avec ou sans talonnettes ...
Alors que les émeutes qui ont récemment enflammé la ville de Dakar (Sénégal) auraient poussé Karim, le fils du président Abdoulaye Wade, à appeler la France au secours, afin que Paris accepte de faire intervenir les militaires français basé sur place pour contenir la révolte, rappelons que le « publicitaire » dudit Karim Wade n'est autre que le - nouveau - mari de Cécilia, Richard Attias, "l'ancien" étant comme chacun sait Nicolas Sarkozy en personne.


Rédigé par leral.net le Dimanche 3 Juillet 2011 à 22:48 | | 2 commentaire(s)|

Wade, Sarkozy et Attias ou quand le monde est parfois petit ...
Wade et Attias souhaiteraient tout deux faire de Dakar le Dubaï de l'Afrique du Nord.
Selon différents médias européens dont l'Express, Karim Wade, le ministre de l'Energie du Sénégal - par ailleurs fils à papa, le Président Abdoulaye Wade - aurait récemment pris peur lors des émeutes provoquées par la tentative - avortée - de la famille Wade réunie de modifier la Constitution afin de se maintenir au pouvoir.
Si l'on en croit certains journaux, fiston Wade, n'écoutant que son courage - ou presque - aurait sollicité l'intervention des militaires français basés à Dakar pour tenter de dompter le peuple.
'Réfugié dans sa maison du Point E, Karim Wade aurait appelé en catastrophe son ami Robert Bourgi pour qu'il intercède auprès de l'Elysée', révèle une autre source.
Une demande accueillie par une fin de non-recevoir. "Jamais, tant que des ressortissants français ne sont pas menacés !", lui aurait-on rétorqué. Laissant ainsi entendre que rien ne justifie actuellement que la France se mêle du conflit, et assure en quelque sorte la sécurité personnelle de Karim Wade ...
Certes, l'Ambassade du Sénégal à Paris a démenti fermement en suivant cette information, la qualifiant de « fausse et dénuée de tout fondement ». « A aucun moment, avant, pendant ou après les manifestations qui se sont déroulées ces derniers jours, le Gouvernement du Sénégal ou toute autre autorité n'a sollicité l'intervention des forces françaises ni d'aucune autre force étrangère (...) » tente-t-on de nous faire croire ...
En tout état de cause, rappelons que depuis que le président Wade a exigé le retrait des troupes françaises du Sénégal, les nouveaux accords de coopération militaire entre les deux pays ne permettent plus à la France d'intervenir militairement dans le pays, sauf pour assurer la sécurité de ses ressortissants quand leur vie est en danger.
En vertu de ces accords, le 31 juillet prochain, il ne restera plus que quelque 300 militaires instructeurs français au Sénégalt, dont lles trois objectifs, en dehors de la consolidation de la 'stabilité du Sénégal et de son environnement', visent à soutenir l'engagement sénégalais en matière de maintien de la paix en Afrique.
C'est un fait que suite à la montée de la colère d'un peuple excédé par les « magouilles » observées au sommet de l'Etat et les coupures des réseaux électriques ... et téléphoniques, les membres du gouvernement sont depuis quelques temps directement pris pour cible par les manifestants.
Pour ne citer qu'eux, précisons ainsi que le domicile du ministre de l'Elevage, Khairy Guèye, a été attaqué le 27 juin 2011 dans le quartier de Yoff, à Dakar. La maison du porte-parole du gouvernement, Serigne Mbacké Ndiaye, aurait quant à elle été incendiée par des manifestants.
Les forces de l'ordre n'étant plus en mesure de contenir les débordements dans la capitale, les autorités sénégalaises ont dû faire appel à l'armée pour protéger les domiciles de certaines personnalités politiques.
Quant aux « espoirs » de Karim Wade de voir Sarkozy autoriser une éventuelle intervention militaire française à Dakar, le site Backchich en fait un excellent résumé, indiquant « qu'entre le président français et le conseiller spécial - et néanmoins fiston du président sénégalais - Karim Wade, les sujets de désaccords n'ont jamais manqué ».
Bakchich en en dressant la liste avec compassion : la perte du port de Dakar par Bolloré, les embardées de Papa Wade contre l'Union Méditerranéenne ou la politique migratoire de la France ...
Et, cerise sur la gâteau : « les liens "de business" de Karim avec Richard Attias, tout récent mari de Cécilia ex-Sarkozy, auquel Karim a gentiment servi de guide commercial à Dubaï ».
Mieux encore, en mars 2008, la presse sénégalaise précisait que - des sources concordantes - le fils du président Abdoulaye Wade, aurait confié son image à Richard Attias, "le célèbre publiciste en charge de la communication du 11e sommet de l'Oci organisé à Dakar du 8 au 14 mars 2008."
Après la rencontre de la Umma islamique, "sa prochaine mission sera donc de « vendre » Karim Wade aux Sénégalais et sur le plan international" était-il alors précisé. Il semblerait que l'objectif n'ait pas été atteint ...

Sources : Afrik.com, Reuters, Wadeukeubi.comL'Express, Walfadjri



1.Posté par baol le 04/07/2011 07:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

en tout cas ce Attias a lamentablement échoué car l'image de Karim est réellment celle dépeinte dans sa lettre au Sénégalais : un homme angoissé et hai par ce qu'ils croient être ses sujets (les sénégalais)! ah ! le prince héritier arabe !

2.Posté par Doudou le 04/07/2011 23:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Faire de Dakar un Dubaï de l'Afrique ?
La formule serait à mourir de rire si l'alternoce ne faisait pas autant de dégâts sur la situation et l'image du Sénégal dans le monde.


Nouveau commentaire :

Tout commentaire à caractère commercial, insultant, pornographique, raciste, homophobe, incitant à la violence ou contraire aux lois sénégalaises sera supprimé, Peut entraîner votre bannissement total du site




Hebergeur d'image



Hebergeur d'image


Hebergeur d'image